Archives de catégorie : 2020

Sophie Basch, Souvenir des Dardanelles. Les céramiques de Çanakkale, des fouilles de Schliemann au japonisme, Academie royale de Belgique, Bruxelles, 2020 (176 P., 15,00€)

Souvenir des DardanellesVoisine de Troie, la ville de Çanakkale, dans le détroit des Dardanelles, s’illustra depuis le XVIIIe siècle par ses céramiques qui s’exportaient dans tout le Levant. Sous l’influence des fouilles de Schliemann, certains voyageurs s’en entichèrent au point d’y voir les descendantes des poteries homériques. En France, l’engouement pour cet art de terre coïncide avec la revalorisation des faïences traditionnelles après la défaite de 1870, encouragée par le mouvement des Arts & Crafts et par le japonisme : ni Mallarmé, ni Proust n’y furent indifférents. En Grèce et en Turquie, l’artisanat ottoman qui émerveillait Hans Christian Andersen ou Gustave Flaubert symbolise le monde d’avant les événements tragiques de 1922. Lieu de mémoire et catalyseur des passions, cette modeste production rassemble ou divise encore sur les deux rives de la mer Égée, où elle est soumise à une idéologisation de la nostalgie. L’archéologie culturelle est l’objet de cette étude comparatiste qui revendique le mélange des genres, seul apte à appréhender les discours qui ont conditionné l’appropriation, la réception et l’exposition de ce patrimoine.

Docteur en philosophie et lettres de l’ULB, Sophie Basch est professeur de littérature française à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, membre senior de l’Institut universitaire de France. Ses recherches sur l’orientalisme littéraire et artistique et sur la culture fin-de-siècle se situent à la croisée de l’histoire littéraire et de l’histoire de l’art.

 

Anne MÉZIN & Catherine VIGNE , Les Français à Constantinople de François Ier à Bonaparte, Editions geuthner, Paris, 2020,(886 p., 60,00€)

https://geuthner.com/livres/mezin-vigne_web.jpg

Si des Français sont attestés à Constantinople bien avant sa conquête par les Ottomans en 1453, leur communauté ne s’y structura qu’à partir du règne de François Ier. Des marchands et artisans français s’y établirent dans les quartiers européens, y firent parfois souche et créèrent des comptoirs commerciaux. À leurs côtés, des religieux capucins, jésuites et autres lazaristes installèrent des missions et prirent en charge des paroisses catholiques. Une liaison maritime directe s’organisa à partir de Marseille, doublée par une navigation de cabotage entre les différentes échelles du Levant. Toutes sortes de Français, y compris de nombreuses femmes, se rendirent dès lors à Constantinople, pour le service du roi de France, le négoce, la navigation, la religion, les arts et sciences. Ils y demeurèrent plus ou moins longtemps, dans le cadre juridique de la « résidence au Levant ». Continuer la lecture de Anne MÉZIN & Catherine VIGNE , Les Français à Constantinople de François Ier à Bonaparte, Editions geuthner, Paris, 2020,(886 p., 60,00€)

Gheorghe CLIVETI, LA RÉVOLUTION DE 1821 ET LA RESTAURATION DES RÈGNES AUTOCHTONES DANS LES PRINCIPAUTÉS ROUMAINES – une « pierre de touche » pour la diplomatie européenne dans la question d’Orient, Istambul, THE ISIS press, 2020 (187 p., 20 $)

Préface-Argument 

I. L’ORDRE EUROPÉEN DE 1815 : LA CAUSE ROUMAINE DANS LE « DÉDALE ORIENTAL » Des notes historiographiques. La relevance du Concert des Grandes Puissances européennes et celle de la Sainte-Alliance Les Principautés Roumaines, « un point de la question de l’Orient », en train de devenir un problème européen

II. LA RÉVOLUTION DE 1821 : L’ÉNONCE POLITIQUE DE LA CAUSE ROUMAINE Des notes historiographiques La révolution roumaine, en rapport prudent avec l’Hétairie ou la politique de Russie et avec la demande de reconnaissance par la Porte Ottomane des « anciens droits du Pays » La réaction de Russie, la condamnation et l’exécution du dirigeant de la révolution roumaine L’intervention armée des Ottomans dans le Principautés et la fuite de beaucoup de boyards « à l’étranger »

III. LA RESTAURATION DES RÈGNES AUTOCHTONES DANS LES PRINCIPAUTÉS ROUMAINES, EN 1822 : DES IMPLICATIONS EUROPÉENNES Des notes historiographiques Le contexte européen. L’état des Principautés « Les missions des boyards à la Haute Porte » et la désignation des princes autochtones En guise de conclusion Bibliographie Index

Gábor Kármán, Tributaries and Peripheries of the Ottoman Empire, Leyde, Brill, 2020 (336 P., 115 €)

Tributaries and Peripheries of the Ottoman Empire offers thirteen studies on the relationship between Ottoman tributaries with each other in the imperial framework, as well as with neighboring border provinces of the empire’s core territories from the fifteenth to the eighteenth centuries. A variety of surveys related to the Cossack Ukraine, the Crimean Khanate, Dagestan, Moldavia, Ragusa, Transylvania, Upper Hungary and Wallachia allow the reader to see hitherto less known subtleties of the Ottoman administration’s hierarchic structures and the liberties and restrictions of the office-holders’ power. They also shed light upon the strategies of coalition-building among the elites of the tributaries as well as the core provinces of the border zones, which determined their cooperation, but also the competition between them.

Continuer la lecture de Gábor Kármán, Tributaries and Peripheries of the Ottoman Empire, Leyde, Brill, 2020 (336 P., 115 €)

John Lampe & Constantin Iordachi, Battling over the Balkans Historiographical Questions and Controversies, Budapest, Central European University Press , 2020 (341 p., 85€)

The tumultuous history of the Balkans has been subject to a plethora of conflicting interpretations, both local and external. In an attempt to help overcome the stereotypes that still pervade Balkan history, Battling over the Balkans concentrates on a set of five principal controversies from the precommunist period with which the region’s history and historiography must contend: (1) the pre-1914 Ottoman and Eastern Christian Orthodox legacies; (2) the post-1918 struggles for state-building; (3) the range of European economic and cultural influence across the interwar period, as opposed to diplomatic or political intervention; (4) the role of violence and paramilitary forces in challenging the interwar political regimes in the region; and (5) the fate of ethnic minorities into and after World War II, particularly Jews, Muslims and Roma.

In an attempt to give a voice to eminent local authors, the chapters provide samples of new regional scholarship exploring these contested issues—most of them translated into English for the first time—and are prefaced with historiographical overviews addressing the state of the debate on these specific controversies. These translations help bridge the language barriers that often separate scholarly traditions within Southeast Europe, as well as scholars in Southeast Europe and English-speaking academia. It is hoped that the volume will enable readers to identify common patterns and influences that characterize the writing of history in the region, and will stimulate new transnational and comparative approaches to the history of the Balkans. 

Colloque « Dayton 25 : la Bosnie-Herzégovine aujourd’hui »

2 et 3 décembre 2020 (En ligne)

 

En amont du colloque, le Courrier des Balkans publie depuis le 17 novembre une série de 12 articles et entretiens avec certains invités du séminaire mais aussi des artistes, des activistes, des historiens. 
Ces articles sont en accès libre sur le site du Courrier des Balkans : https://www.courrierdesbalkans.fr/La-Bosnie-Herzegovine-25-ans-apres-Dayton-par-dela-les-cliches