Archives de catégorie : 2019

Gabriel LEANCA, À L’ÈRE DES EMPIRES ET DES NATIONS : LA FRANCE ET LES PRINCIPAUTES DE MOLDAVIE ET DE VALACHIE (1711-1859), The isis press, 2019, (260 p., 30€)

Préface 

Avant-propos

I. Cadre conceptuel et état de la recherche I. 1. Empires, nations, corps intermédiaires et zones d’influence I. 2. L’interdépendance entre centre et périphérie dans les relations internationales à l’époque moderne : une spécificité française par rapport à l’Orient I. 3. Un regard sur l’historiographie de la matière et sur les sources disponibles (pour le xviiie siècle, jusqu’à la Révolution française) 

II. L’expansion russo-autrichienne vers les principautés de Moldavie et de Valachie dans la première moitié du xviiie siècle : l’émergence de la géopolitique de la périphérie danubienne II. 1. La campagne de Pierre le Grand en Moldavie et en Valachie et ses conséquences II. 2. Dans le sillage des Impériaux : la Russie et ses victoires annulées II. 3. Annexion ou organisation des diversions contre les Ottomans : quelle place pour les principautés de Moldavie et de Valachie dans la stratégie des Impériaux ? II. 4. Le Drang nach Südosten et l’occupation de l’Olténie (1718-1739) 

III. La France et les périphéries orientales du système international dans la première moitié du xviiie siècle III. 1. La tactique de revers et l’accentuation des rivalités impériales sur la ligne du Danube. Le traité de Prut (1711) III. 2. La nouvelle intervention diplomatique française dans la région intermédiaire. La succession de Pologne et le traité de Belgrade (1739) III. 3. Le facteur prussien et les alliances de revers : un test en Europe orientale avant la guerre de Sept Ans Continuer la lecture de Gabriel LEANCA, À L’ÈRE DES EMPIRES ET DES NATIONS : LA FRANCE ET LES PRINCIPAUTES DE MOLDAVIE ET DE VALACHIE (1711-1859), The isis press, 2019, (260 p., 30€)

Julien Vercueil, Jean-Pierre Pagé (dir.), Tableau de bord des pays d’Europe centrale et orientale et d’Eurasie, Presses de l’Inalco, 2019 (25€)

Ce Tableau de bord des pays d’Europe centrale et orientale et d’Eurasie propose une mise en perspective des évolutions économiques, sociales et politiques d’une région du monde qui s’étend de Prague à Vladivostok en passant par Tallin, Skopje, Bucarest ou Bichkek. Vingt-neuf pays sont ainsi passés en revue par douze spécialistes issus du monde universitaire, de la consultance ou des administrations publiques. Depuis 2014, date de la précédente édition de l’ouvrage, des évolutions majeures se sont manifestées : économiques (chute puis redressement des prix des hydrocarbures) ; socio-politiques (rejet croissant de la corruption et montée de l’euroscepticisme et de l’illibéralisme) ; géopolitique enfin, avec la cassure que constitue le conflit ukrainien. Structuré en deux parties, intitulées « Europe centrale et orientale » et « Eurasie », cet ouvrage entend éclairer ces changements et donner à comprendre les singularités et les similarités des trajectoires socio-économiques des pays de cette région du monde.

Francine Saint-Ramond, Les Désorientés – Expériences des soldats français aux Dardanelles et en Macédoine, 1915-1918, Presses de l’Inalco, 2019 (30€)

Plus de 80 000 soldats français ont été envoyés aux Dardanelles en 1915 par un gouvernement réticent, dans une expédition improvisée et condamnée à l’échec. Quand cet échec devint évident, les survivants ont été convoyés vers Salonique pour une autre expédition encore plus importante en Macédoine, au total près de 400 000 soldats français sont passés par cette armée d’Orient. Les soldats partaient avec appréhension vers l’inconnu, mais les mots de Constantinople, Orient et Grèce, leur rappelaient des visions littéraires agréables. Leurs mémoires montrent que les réalités furent tout sauf agréables : conditions naturelles, climat, approvisionnement, équipement, munitions, maladies ; mais leur correspondance, censurée et autocensurée, ne dit rien de cela en France et la presse se tait. Tout au contraire, elle répand l’image des plaisirs de Salonique. Chez les soldats, l’amertume est grande : ils comprennent que gagner Constantinople est impossible, ils constatent que la Macédoine ne ressemble pas à la Grèce de leurs rêves… Ce livre, nourri des mémoires et souvenirs émouvants des soldats, témoigne à la fois de leurs conditions de vie et de combat, de la crise morale qu’ils ont vécue et de la vie en Macédoine telle qu’ils l’ont découverte avec sa toute sa diversité.

Constantin Mihailovic, Mémoires d’un janissaire, Anacharsis, 2019 (160p., 9 €)

Traduit du vieux-polonais par Charles Zaremba.
Présenté et annoté par Michel Balivet.

À la fin du XVe siècle, le Serbe Constantin Mihailovic adresse aux rois de Pologne et de Hongrie ses Mémoires d’un janissaire, où il récapitule les instants les plus dramatiques du siècle de fer et de feu qui vient de s’écouler.

Il avait servi, de 1455 à 1463, dans le régiment turc des janissaires, lorsque l’Empire ottoman achevait la conquête du monde balkanique.
En forme de chronique des règnes des sultans ottomans, son récit rapporte la disparition des principautés chrétiennes, et expose, de la bataille de Kosovo à la prise de Constantinople en passant par la figure de Vlad Dracul « l’Empaleur », toute la matière qui donna lieu, quelques siècles plus tard, aux romans nationaux des Balkans contemporains.

Jehan de Wavrin, La Croisade sur le Danube, Anacharsis, 2019 (176p., 18 €)

Traduit du moyen français et présenté par Joana Barreto.

En novembre 1444, à Varna sur les rives de la mer Noire, une armée de croisés conduite par le jeune roi de Pologne Ladislas Jagellon, dit « Lancelot », fut anéantie par les Ottomans. Le roi y trouva la mort.

Mais il restait sur mer une flotte de Bourguignons qui décidèrent, malgré la défaite, de risquer quelque entreprise. On appareilla pour la mer Noire et le Danube ; l’on fit un peu de piraterie, et l’on s’empara de places fortes le long du fleuve, au plus grand bénéfice du fameux Vlad Dracul, voïvode de Valachie. Puis l’on s’en retourna, loin du désastre.
Jehan de Wavrin, oncle du commandant des navires bourguignons, relate ici la vivante chronique de cette expédition calamiteuse dans l’Orient balkanique, qui devait être connue comme la « dernière croisade ».

Marc Aymes, Les Faux-Monnayeurs d’Istanbul, Anacharsis, 2019 (208P.,18€)

Textes présentés et traduits du turc ottoman par Marc Aymes.

Au début de l’été 1844, la police d’Istanbul arrête une bande de faux-monnayeurs. Au cours des mois suivants, ils sont longuement, minutieusement interrogés par plusieurs ministres et dignitaires ottomans. Enfin, le verdict est prononcé.

Marc Aymes livre ici la traduction des audiences relatives à cette affaire tout en questionnant pas à pas le protocole d’interrogatoire observé par les autorités ottomanes.
Cette lecture rapprochée dévoile une éclectique association de malfaiteurs, menée par un marin de Santorin et un graveur français de Grenoble, et nous fait entendre de vive voix la parole de ses protagonistes. La matière première d’une singulière chronique criminelle d’Orient.

Série Famagouste/EPHE

Ce livre s’inscrit dans une série d’ouvrages préparés dans le cadre d’une collaboration entre Anacharsis et l’École Pratique des Hautes Études (Section des sciences historiques et philologiques)