Archives de catégorie : 2019

Norah Benarrosh-Orsoni, La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom, le comptoir des presses d’universités, 2019 (256 pp., 24€)

La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom

Issu d’un long et minutieux travail de terrain (2006-2013) auprès de familles roms originaires de Roumanie et installées à Montreuil, en région parisienne, ce livre décrit la vie quotidienne et les parcours de personnes vivant dans deux pays à la fois. Pour elles, la migration s’est imposée comme le meilleur moyen de concrétiser des aspirations individuelles et familiales. Il faut alors vivre ensemble malgré la distance, s’approprier deux espaces de vie, concevoir et construire peu à peu sa maison en deux endroits. Ces maisonnées roms, devenues transnationales, ont développé ce que l’auteure a appelé un double ancrage.

Dans un contexte national de forte polarisation autour de politiques publiques répressives ou inclusives, cette recherche prend à rebours les approches attendues, privilégiant les échelles individuelles et familiales pour donner à voir un processus migratoire de première génération en train de s’inventer. Examinant par le menu les usages et détournements symboliques des biens matériels, tant au cours des migrations en France qu’au retour en Roumanie, l’auteure observe que les acteurs sociaux sont pris dans une économie de prestige, dans laquelle les dons en direction de ceux restés au pays prennent une place prépondérante.

Dans leur recherche du prestige individuel et familial à travers les signes d’une réussite matérielle, la maison, reprise ou construite en Roumanie, fait office d’emblème. Cette maison, observe finement Norah Benarrosh, semble devoir vivre dans un état de perpétuel inachèvement, afin de signifier que le projet de vie de ses propriétaires est toujours en devenir.

Continuer la lecture de Norah Benarrosh-Orsoni, La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom, le comptoir des presses d’universités, 2019 (256 pp., 24€)

Magali Boumaza (dir.), Faire Mémoire. Regard croisé sur les mobilisations mémorielles (France, Allemagne, Ukraine, Turquie, Égypte), L’Harmattan, 2019 (254p., 26€)

Dans une perspective pluridisciplinaire, cet ouvrage réunit des historiens, des sociologues et des politistes qui proposent une lecture croisée de mobilisations mémorielles insistant sur la mémorialisation de lieux, revenant sur la fabrique de mémoires collectives partisane, associative et syndicale .
Les auteurs croisent les outils de la sociologie de la mémoire et de celle des mobilisations et s’intéresse à la transmission au sein des organisations militantes.

Magali Boumaza est docteure de l’IEP de Strasbourg (2002) et enseignante-chercheuse en science politique à l’Université Galatasaray d’Istanbul depuis 2007.

Ont contribué à cet ouvrage : Magali BOUMAZA, Corinne CHEVALLIER, Etienne COPEAUX, Paul CORMIER, Isil ERDINC, Alexandra GOUJON, Mayada MADBOULY, Eylem ÖZKAYA, Régis SCHLAGDENHAUFFEN.

Antoine Chalvin, Jean-Léon Muller, Katre Talviste et Marie Vrinat-Nikolov (dir.), Histoire de la traduction littéraire en Europe médiane, Presses Universitaires de Rennes, 2019 (434p., 30€)

Histoire de la traduction littéraire en Europe médiane. Des origines à 1989

Cet ouvrage, rédigé sur la base de contributions de 26 spécialistes de 16 langues et littératures d’Europe médiane, explore le rôle fondateur de la traduction dans la formation des littératures écrites en Europe. Il permet, pour la première fois, de mieux comprendre comment la circulation des textes traduits a contribué au fil des siècles à forger une culture polyphonique proprement européenne, un processus dans lequel cette partie du continent a joué un rôle largement méconnu.

Avec le soutien de la ville de Paris (programme émergence(s), du centre de recherches Europes-Eurasie (CREE) de l’Inalco et du CNRS (laboratoire irice).

La traduction des textes religieux

  • Les textes traduits
  • La pratique de la traduction
  • L’influence de la traduction sur la langue vernaculaire
  • Diffusion, réception, débats

La traduction et la formation de la littérature profane

  • Les textes traduits
  • Les traducteurs
  • Les modes de traduire
  • La traduction et la langue
  • La traduction et la littérature
  • La traduction et la société

La traduction et la modernité littéraire

  • Le contexte historique et socio-culturel
  • Géographie des flux de traduction
  • Les traducteurs
  • Les modes de traduire et les débats sur la traduction
  • La traduction et la littérature

Traduire sous le totalitarisme

  • Les textes traduits
  • Les traducteurs
  • Les modes de traduire et les débats sur la traduction
  • Diffusion et réception

Catherine Samary and Fred Leplat, Decolonial Communism, Democracy and the Commons, IIRE, 2019 (521p., 19€)

IIRE Notebook no. 62 is edited by Catherine Samary & Fred Leplat, with contributions from Samuel Farber, Silvia Federici, Franck Gaudichaud, Zagorska Golubović, Ernest Mandel, Goran Marković, Svetozar Stojanović and Raquel Varela.

How far did the Bolsheviks introduce a ‘decolonial communism’,  later destroyed by Stalin’s ‘socialism in one country’? Did the Tito-Stalin break in 1948 and the other revolutions transform these objectives? How far did the struggles and debates in the Yugoslavia of ‘market socialism’ in the mid 1960s follow a path towards democracy and the commons?

The contributors in this book review past and present experiences and Catherine Samary reconsiders the debates in the light of current thinking.

Continuer la lecture de Catherine Samary and Fred Leplat, Decolonial Communism, Democracy and the Commons, IIRE, 2019 (521p., 19€)

Olivier Bouquet, Quand les Ottomans firent le point. Histoire graphique, technique et linguistique de la ponctuation turque ottomane, Brepols, 2019 (490p., 90€)

On sait que le turc ottoman s’écrit en caractères arabes. On dit qu’à l’instar de l’arabe il n’est doté d’aucun système de ponctuation. On considère que la ponctuation du turc est le triple résultat de l’adoption de l’imprimerie, de la réforme de la langue engagée sous l’influence occidentale et de la révolution de l’alphabet latin décidée par Mustafa Kemal en 1928. En vérité, les Ottomans firent le point autrement. C’est ce qu’établit ce livre, au fil d’une enquête minutieuse qui croise belles lettres, sciences et arts du XVe siècle à nos jours. Une ponctuation ottomane existait avant l’apparition de l’imprimerie ; son devenir accompagna la transformation de la langue turque ottomane ; hors du seul domaine des influences européennes, les Ottomans créèrent leur propre ponctuation. Les systèmes de ponctuation du grec, du syriaque ou du judéo-espagnol étaient anciens et établis. Celui du turc ottoman fut tardif (fin du XIXe siècle), anomique et largement indépendant du changement d’alphabet. Il se constitua dans la continuité d’une ponctuation iconique, faite de pictogrammes et de signes de visibilité (lignes et traits, points et larmes, vides et pleins, étoiles noires et ronds dorés). Il se déploya dans les registres de l’administration et les arts de la plume, dans l’univers des sciences, de la musique et de la cartographie. Produit de la machine mais aussi de la main, la ponctuation se fit une place dans les nouvelles formes imprimées de la presse écrite, du théâtre et du roman. Mais elle nourrit également les correspondances privées et les écritures du quotidien. Certes, jusqu’à la fin de l’Empire, les Ottomans pouvaient s’en passer ou n’en utiliser qu’une partie. Mais la ponctuation était devenue un fait de langue et un lieu de vitalité intertextuelle. Et sans doute est-ce la raison pour laquelle elle investit pleinement la société graphique de la Turquie contemporaine. Bref, si elle passe encore aujourd’hui pour un objet étranger et secondaire de l’aventure des écritures orientales, la ponctuation est le produit riche et complexe d’une histoire graphique, technique et linguistique à examiner sur le temps long. Son étude éclaire aussi le passé des sociétés impériales, le présent de la République turque et le devenir du Moyen-Orient contemporain.  

Continuer la lecture de Olivier Bouquet, Quand les Ottomans firent le point. Histoire graphique, technique et linguistique de la ponctuation turque ottomane, Brepols, 2019 (490p., 90€)