Archives de catégorie : 2018

Vesna Maric, Le Merle Bleu, Editions Intervalles (224p., 19 €)

Née en 1976 à Mostar, Vesna Maric a quitté la Bosnie à l’âge de seize ans dans un convoi de réfugiés à destination du Royaume-Uni. Le Merle bleu retrace le chemin souvent drôle et toujours décalé de Vesna. Le récit plein d’humour de cet exil désamorce avec tendresse, profondeur et une finesse inouïe les idées reçues sur le déracinement.

Contrairement à de nombreux témoignages de réfugiés, Le Merle bleu n’est jamais sombre. C’est le récit rafraîchissant d’une adolescente qui respire la joie de vivre et dont l’humeur jure furieusement avec l’étiquette que son pays d’accueil tente de lui mettre sur le dos.

Écrit avec un sens de la comédie brillant et un mordant sans pareil, Le Merle bleu est surtout un pied de nez aux stéréotypes qui parfois nous tiennent lieu de bonne conscience.

Continuer la lecture de Vesna Maric, Le Merle Bleu, Editions Intervalles (224p., 19 €)

YÒRGOS IOÀNNOU, DOULEUR DU VENDREDI SAINT, PUBLIE.GRÈCE, 2018 (184 P., 16€)

Texte traduit par Michel Volkovitch.

Voici le livre le plus étonnant de Ioànnou. On reconnaît bien son monde et pourtant tout a changé. L’auteur est toujours là, au cœur de ces récits composites, inclassables — même si, à vrai dire, la part de fiction semble ici plus grande, même si l’auteur-protagoniste se dissimule à moitié parfois, passant du je au il — et même, une fois, sans doute, au elle… On reconnaît aussi les thèmes — solitude, amours impossibles, union de l’amour et de la mort, du sexe et du sacré, du désespoir et de l’espérance. Il est vrai que cette fois le narrateur s’enhardit, l’autocensure se relâche, l’aveu se fait nettement plus explicite. Mais la grande nouveauté, c’est un spectaculaire changement de voix. Continuer la lecture de YÒRGOS IOÀNNOU, DOULEUR DU VENDREDI SAINT, PUBLIE.GRÈCE, 2018 (184 P., 16€)

Martin Schmid et René Treuil, Fouilles exécutées à Malia. LE QUARTIER MU VI. Architecture minoenne à Malia. Les bâtiments principaux du Quartier Mu (A, B, D, E) (Minoen Moyen II), Ecole Française d’Athènes (320p., 115€)

Une architecture d’exception de l’époque des premiers palais minoens : le Quartier Mu à Malia nous offre les vestiges d’un ensemble de bâtiments, indépendants tout en étant juxtaposés, qui ont été découverts dans un état de conservation remarquable, dû au violent incendie qui les a détruits. Les informations précieuses qu’ils révèlent et qui suscitent l’admiration apportent de nouvelles connaissances non seulement sur les matériaux employés et leur mise en œuvre, sur la structure des éléments architecturaux les composant – murs, ouvertures, planchers, escaliers, colonnes et piliers, corniches, puits de lumière – mais encore sur la circulation, l’articulation et la fonction des pièces à l’intérieur de ces unités de construction. Les installations encore en place comme les plates-formes et banquettes ainsi que le mobilier recueilli participent à l’identification de la fonction de certains espaces, mais les pièces les plus importantes se distinguent moins par leur grande taille que par leur décoration – panneaux en creux, dispositif tripartite de colonnettes, décor de plinthes – qui témoigne du souci esthétique des constructeurs minoens et par là des habitants du quartier. L’étude architecturale nous a conduits à proposer une restitution relativement bien assurée des volumes des bâtiments à partir des plans, du sous-sol, du rez-de-chaussée et du 1er étage. En revanche la restitution des niveaux supérieurs, 2ème étage ou terrasses, reste plus hypothétique. Ce sixième et dernier volume de la publication du Quartier Mu, consacré à l’architecture, souligne l’importance de cet ensemble exceptionnel dans l’histoire de l’architecture minoenne, dans l’évolution de la ville de Malia et dans l’histoire minoenne dans son ensemble.

Continuer la lecture de Martin Schmid et René Treuil, Fouilles exécutées à Malia. LE QUARTIER MU VI. Architecture minoenne à Malia. Les bâtiments principaux du Quartier Mu (A, B, D, E) (Minoen Moyen II), Ecole Française d’Athènes (320p., 115€)

Jean-Yves Empereur, Tony Koželj et al., The Hellenistic Harbour of Amathus Underwater Excavations, 1984-1986 Volume 1. Architecture and History, Ecole Française d’Athènes (172p., 40€)

Nous livrons ici le résultat des trois campagnes de la fouille sous-marine du port d’Amathonte de Chypre en 1984-1986, exceptionnel monument d’architecture militaire de la haute époque hellénistique. Après une description de la vingtaine de sondages entrepris le long des môles, on trouvera une nomenclature des blocs mis en œuvre dans la construction, leurs modules, la typologie des systèmes de préhension pour leur levage ainsi que pour leur mise en place par une grue à flèche verticale qui progressait au fur et à mesure de la construction du môle. On décrira les carrières voisines dans lesquelles ont été retrouvés les négatifs des blocs employés dans les môles. Les monnaies contribuent à attribuer la construction à Démétrios Poliorcète après sa victoire navale à Salamine en 306 avant J.-C. et l’abandon lors de la reprise de l’île par Ptolémée Ier en 294. Dans une seconde partie, nous étudions les puits romains tardifs fouillés sur le côté nord du bassin, témoins des forts changements du niveau marin.

Continuer la lecture de Jean-Yves Empereur, Tony Koželj et al., The Hellenistic Harbour of Amathus Underwater Excavations, 1984-1986 Volume 1. Architecture and History, Ecole Française d’Athènes (172p., 40€)

Véronique Chankowski, Xavier Lafon et Catherine Virlouvet (dir.), Entrepôts et circuits de distribution en méditerranée antique, Ecole Française d’Athènes (314p., 30€)

Rassemblant à la fois des données du monde grec et du monde romain, cet ouvrage entend contribuer à une meilleure analyse des circuits économiques méditerranéens, locaux et régionaux, en remettant au coeur de la réflexion les questions d’entreposage, des modes de distribution et de la spéculation. En s’intéressant aux lieux et bâtiments de stockage, cette enquête est en même temps une étude des circuits et des flux, qui interroge à nouveaux frais la documentation écrite et archéologique, à travers plusieurs exemples montrant le pragmatisme et la plurifonctionnalité des bâtiments, les articulations entre le rôle de l’État et l’action des particuliers, la complexité des circuits. La connaissance de l’organisation des échanges s’enrichit de nombreuses études de cas qui témoignent de techniques de construction et d’aménagements de l’espace dans les bâtiments de stockage mais aussi de réseaux d’intérêts sociaux et économiques fondés sur des groupements professionnels, qui conduisent à réenvisager les formes de l’intégration économique en Méditerranée, de l’époque classique à l’Empire.

Continuer la lecture de Véronique Chankowski, Xavier Lafon et Catherine Virlouvet (dir.), Entrepôts et circuits de distribution en méditerranée antique, Ecole Française d’Athènes (314p., 30€)

KATERÌNA ANGHELÀKI-ROOKE, LA CHAIR BEAU DÉSERT, LE MIEL DES ANGES, 2018 (160 P., 12€)

Texte traduit par Michel Volkovitch.

Son plus grand bonheur ? Elle répond : — L’amour qui devient création. La création qui devient amour. Ses poèmes, parlant à la première personne, sont les étapes d’une vaste confession — sans anecdote, réduite au sentiment — où l’amour des cœurs et des corps rayonne vers la vie, goûtée avec passion, la nature, objet d’un culte quasi religieux (« La nature est mon maître ») et la poésie bien sûr. On a rarement chanté l’amour avec autant d’ardeur et de tendresse, même si l’âge, il est vrai, change la donne : l’amour s’éloigne, la mort se rapproche, et les recueils les plus récents, dans une veine sans cesse plus élégiaque, chantent la nostalgie de la jeunesse perdue. Mais cette poésie n’a pas d’âge. Malgré les souffrances dont elle se fait l’écho, et la mélancolie dont peu à peu elle se voile, elle conserve sa vivacité, sa fraîcheur.

Publié avec le soutien du Centre culturel hellénique.