Archives de catégorie : 2018

Arnoux-Farnoux, Lucile, Kosmadaki, Polina et Jollivet, Servanne (Dir.), Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939), Ecole Française d’Athènes, 2018 (486P.,45€)

« Paris m’a ouvert les yeux » écrit le sculpteur grec Apartis, élève de Bourdelle, arrivé dans la capitale française en 1919. « C’est l’Acropole qui a fait de moi un révolté », déclare pour sa part Le Corbusier en 1933. Nous saisissons là l’essence même du « double voyage » : durant l’entre-deux-guerres, intellectuels et artistes traversent la Méditerranée orientale dans les deux sens, d’Athènes à Paris et de Paris à Athènes, chacun puisant dans ce va-et-vient fécond ce qui lui manque : les Grecs viennent se former à Paris et se frotter aux grands courants artistiques du moment, les Français partent en Grèce à la recherche d’une Antiquité renouvelée et découvrent un pays qu’ils ne soupçonnaient pas.
Le poète Séféris, le romancier Théotokas, l’architecte Pikionis, le compositeur et chef d’orchestre Mitropoulos, tous sont passés par Paris, où deux Grecs, Christian Zervos et Tériade, jouaient un rôle déterminant au sein des avant-gardes artistiques. Dans l’autre sens, des personnalités aussi diverses que les architectes Ernest Hébrard et Le Corbusier, le photographe Eli Lotar, le sculpteur Ossip Zadkine, ou encore l’écrivain Raymond Queneau, ont trouvé en Grèce les éléments d’une autre modernité, tandis que Roland Barthes, venu en 1937 jouer Les Perses d’Eschyle avec les étudiants de la Sorbonne, éprouve à Athènes un trouble dont, comme Freud, il se souviendra quarante plus tard.
Le double voyage est issu d’un programme franco-grec de recherche pluridisciplinaire qui exploite de nombreuses sources documentaires inédites ; il offre un aperçu de la richesse et de la variété des échanges littéraires et artistiques entre les deux pays durant l’entre-deux-guerres et vient combler une lacune dans un domaine de l’histoire culturelle encore très peu exploré. S’adressant aussi bien au chercheur spécialisé, qui y trouvera une bibliographie très complète et des données nouvelles, qu’au lecteur de bonne volonté, qui y découvrira un sujet passionnant, il a pour ambition de devenir un ouvrage de référence pour un public très large, en France comme en Grèce.

Georges de Hongrie, Des Turcs. TRAITÉ SUR LES MŒURS, LES COUTUMES ET LA PERFIDIE DES TURCS, 2018 (192p., 9€)

Traduit du latin par Joël Schnapp.
Notes de Michel Balivet et Joël Schnapp.

Capturé tout jeune lors d’une bataille, Georges de Hongrie passa près de vingt ans en captivité dans l’Empire ottoman du XVe siècle. Converti, il intégra probablement une confrérie de derviches et prêcha l’islam. À son retour en terre chrétienne, devenu moine dominicain, il s’inspire de son expérience pour rédiger son Traité sur les mœurs, les coutumes et la perfidie des Turcs.

Tout à la fois réquisitoire contre l’islam turc, prophétie apocalyptique, récit de captivité et précis ethnographique, l’ouvrage connut en Occident un succès retentissant.
Les Turcs y devenaient le repoussoir de l’Occident, le miroir de ses doutes et la figure de toutes ses angoisses. Un rôle appelé à une très longue postérité.

Kira Kaurinkoski, Le “Retour” des grecs de Russie. Identites, memoires, trajectoires, Ecole Française d’athenes, 2018 (494 p., 60€)

Cet ouvrage examine les raisons qui, après la fin de la guerre froide, ont poussé des personnes et des populations entières, installées en Ukraine – ainsi que dans d’autres républiques d’ex-Union soviétique – depuis des siècles, à revendiquer une origine grecque et à élaborer des projets de migration de « retour » vers la Grèce. Il étudie les migrations grecques vers l’Empire russe où des Grecs, dans leur grande majorité ressortissants de l’Empire ottoman, se sont installés en nombre dès le XVIIIe s. Dans un second temps, il analyse les migrations de retour diasporiques et les migrations économiques transnationales d’Ukraine – et d’autres républiques d’ex-Union soviétique –, vers la Grèce et vers Chypre, dès la fin des années 1980. Il retrace, en particulier, l’histoire d’un groupe diasporique, les Grecs de Mariupol, et essaye d’analyser pourquoi il n’y a pas eu de « retour » collectif de ces Grecs vers la « mère-patrie imaginée ».

Kira Kaurinkoski est anthropologue, ancienne membre de l’École française d’Athènes et chercheuse associée à Aix-Marseille université (UMR 7307, Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative). Ses recherches portent sur les diasporas et les migrations russes et postsoviétiques, et les mobilités et les minorités dans la région égéenne.

Nathalie clayer, Fabio Giomi, Emmanuel Szurek (éd.), Kemalism: Transnational Politics in the Post Ottoman World, 2018 (368P., 85£)

Usually Kemalism is seen as a program of reforms or an ideology imposed by the founder of modern Turkey, Mustafa Kemal Atatürk, after he came to power in 1923. Indeed, since the early 1930s, the Turkish state endeavoured to impose a monolithic definition of the term, connected to the development of the personality cult of Mustafa Kemal himself.

However, this book argues that Kemalism can only be fully understood from a transnational perspective. The national frame is not the only appropriate scale of analysis for shedding light on the process of the nationalization of societies and nationalism itself. In the same way, the Turkish national lens is not necessarily the most adequate one for understanding the genesis and evolution of what Kemalism stood for from the early 1920s onward. Thus, without denying the role of Turkish state and non-state actors in making Kemalism a global symbolic product, the aim of this book is to observe how the latter was elaborated through complex patterns of circulation inside and outside of Turkey.

Featuring case studies from across the post-Ottoman space and using new primary source research, each chapter examines the different ways in which national borders forged, refracted and transformed the label “Kemalism”. Across the Balkans and the Middle East, the volume investigates six different topics (language, alphabet, woman, law, dress, and Orientalism) in six areas during the interwar period (Turkey, Bulgaria, Cyprus, Albania, Yugoslavia, and Egypt). The focus is on how the objects in circulation were transformed in the very process of circulation, and how they came to assume different significations and forms in various time-space configurations. 

Continuer la lecture de Nathalie clayer, Fabio Giomi, Emmanuel Szurek (éd.), Kemalism: Transnational Politics in the Post Ottoman World, 2018 (368P., 85£)

Catherine horel, DE L’EXOTISME À LA MODERNITÉ. UN SIÈCLE DE VOYAGE FRANÇAIS EN HONGRIE (1818-1910), EDITIONS DE BOURG, 2018 (224p., 24€)

Cette étude des écrits des visiteurs français partis à la découverte de la Hongrie du XIXe siècle suit les transformations à la fois des moyens de voyager (depuis les temps pionniers, au lendemain des guerres napoléoniennes, jusqu’à l’époque des trains de luxe) et des perceptions d’une Hongrie qui se débarrasse lentement de la connotation presque orientalisante qui était la sienne, au tournant des Lumières, et qui surmonte peu à peu ses archaïsmes sociétaux. Ingénieurs, savants, journalistes : de nouvelles catégories d’observateurs apparaissent. Après le compromis de 1867 qui octroie enfin l’autonomie politique de la Hongrie et avec le brillant développement urbanistique de Budapest, se déclenche un véritable enthousiasme qui va culminer en 1896, avec les célébrations du Millénaire hongrois.

Leon KONTENTE, Les Français du Levant dans la Tourmente de la Révolution (1789-1814) – Les Echelles de la Mer Egée, Libra kitap, 2018 (164P., 100 TL)

Au XVIIIe siècle, la France est très présente dans le Levant. Des Français, consuls, missionnaires, négociants, militaires, marins, artisans, antiquaires, orientalistes ou aventuriers sont établis dans les ports ottomans ; certains y vivent depuis plusieurs générations. La Révolution française, qui a tant marqué les esprits en France et dans le monde, touche aussi ces Français, qui de prime abord, ne se sentent pas concernés par tous ces changements. Pourtant ils en seront les premières victimes ; l’arrêt des activités commerciales, le blocus continental, les faillites en cascade des négociants, la carence diplomatique de la France et surtout l’inutile campagne d’Egypte, vont mettre à rude épreuve les relations entre les deux pays. A la Restauration, la France dans le Levant n’est plus que l’ombre d’elle-même. Le commerce entre l’Empire ottoman et l’Occident est désormais dominé par les Anglais et l’époque de la flamboyante ambassade de Choiseul-Gouffier n’est plus qu’un lointain souvenir. Les Français établis dans les Echelles, abandonnés à leur sort durant toutes ces années se sentent sacrifiés au nom d’une politique orientale nouvelle qui détricote tout ce qui avait été construit sous l’Ancien Régime. Cet ouvrage s’intéresse à la vie quotidienne de ces Français du Levant, à leurs préoccupations et à leurs attentes, à leurs espoirs et à leurs souffrances. Le vécu de ces hommes et de ces femmes, que l’on peut assimiler à de la micro histoire, permet aussi de mieux comprendre l’impact de la Révolution française dans l’Empire ottoman.

Continuer la lecture de Leon KONTENTE, Les Français du Levant dans la Tourmente de la Révolution (1789-1814) – Les Echelles de la Mer Egée, Libra kitap, 2018 (164P., 100 TL)