Archives de catégorie : 2018

Olivier BOUQUET, Les Ottomans. Questions d’Orient, La documentation française, juillet-août 2018, (64p., 9,90€)

L’État ottoman conquiert Constantinople en 1453. Il connaît son apogée au XVIe siècle. Mais il échoue à s’emparer de Vienne en 1683 avant d’être distancé dans les domaines militaire et économique, une évolution que ne peuvent contrer les réformes des XVIIIe et XIXe siècles. Les réductions territoriales subies par la suite alimentent la « Question d’Orient ». L’Empire s’effondre en 1922. La République, fondée alors par Mustafa Kemal entend détruire l’ordre impérial. À rebours, son lointain successeur, Recep Tayyip Erdogan, homme fort de la Turquie depuis 2003, désireux de développer l’influence diplomatique et le poids géopolitique de son pays dans les anciens territoires de l’Empire, s’appuie sur une exaltation de l’histoire, de l’héritage et du patrimoine ottomans.

Continuer la lecture de Olivier BOUQUET, Les Ottomans. Questions d’Orient, La documentation française, juillet-août 2018, (64p., 9,90€)

INGRID THOBOIS, MISS SARAJEVO, EDITIONS BUCHET-CHASTEL, 2018 (224 P., 16 €)

Printemps 1993. Joaquim, vingt ans, débarque au milieu de Sarajevo assiégée. Armé de son seul appareil photo, il cherche à échapper à son enfance et à se confronter à la mort. Cette mort que vient de choisir sa jeune sœur Viviane, fatiguée d’expier dans l’anorexie un tabou familial jamais levé.

Été 2017. Joaquim apprend le décès de son père. Le temps d’un Paris-Rouen, lui reviennent en rafales les souvenirs de sa famille bourgeoise, apparemment sans défaut, verrouillée autour de son secret. En contrepoint, il revit les mois passés à Sarajevo, qui lui ont permis de se soustraire à l’emprise du passé et d’inventer sa vie. Mais peut-on réellement se libérer du fardeau familial ? Quel est, au bout du compte, le prix du non-dit ?

Un roman qui mêle la grande et la petite histoire, et interroge la façon dont l’individu peut construire, en dépit des secrets de famille, son propre rapport à la vie.

Hamit Bozarsan (éd.), Marges et pouvoir dans l’espace post-ottoman. XIXe – XXe siècle, Karthala (298p., 29€)

Les destins de l’Empire ottoman finissant et de l’espace postottoman ont été déterminés non pas par des « majorités silencieuses », mais par des acteurs souvent jeunes et issus des régions périphériques de l’Empire. Intégrés dans les échelons inférieurs de l’establishment civil et militaire, adeptes d’un nationalisme revanchard ou du social-darwinisme, serviteurs d’État et rebelles, ces hommes d’épée et de plume venus des marges prirent leur place dans l’histoire comme destructeurs d’Empire et bâtisseurs d’États, et pour certains comme auteurs de crimes de masse, dont le génocide des Arméniens constitue le point paroxystique.

Qu’il s’agisse de la jeunesse affiliée aux comités balkaniques, unioniste, ou de celle, baathiste, de l’Irak et de la Syrie, qui partagent tant de traits communs malgré le demi-siècle et les espaces géographiques qui les séparent, elles sont en réalité les « meilleurs produits » des systèmes qu’elles mettent à terre. C’est par cette dynamique que les « marges » semblent pouvoir s’ériger en acteurs quasi hégémoniques du changement et gagner dans un deuxième temps une indéniable centralité. Cette observation, khaldûnienne ou tocquevillienne, nous permet de saisir la nature extrêmement brutale de la rupture, mais aussi, dans certains cas, celle, tout aussi violente, des continuités qui s’établissent dans la durée entre l’« ancien régime » et le nouveau.

Continuer la lecture de Hamit Bozarsan (éd.), Marges et pouvoir dans l’espace post-ottoman. XIXe – XXe siècle, Karthala (298p., 29€)

Bosko I. Bojovic, L’Eglise orthodoxe serbe. Histoire, spiritualité, modernité, Les Editions du Cerf (384p., 34€)

Au milieu du XIIe siècle, la Serbie est une principauté insérée entre l’Adriatique et les puissants royaumes de Hongrie et de Bulgarie, mais surtout, voisine l’Empire byzantin. Évangélisés depuis la fin du IXe siècle, le pays des Serbes ne compte qu’une demi-douzaine de monastères, alors qu’à Byzance le monachisme est en plein essor depuis le Xe siècle. C’est alors que leur prince, le grand joupan Stefan Nemanja, s’investit dans la construction des églises et la fondation des monastères, avant d’abdiquer pour se faire moine, puis rejoindre son fils cadet, le moine Sava (futur premier archevêque de l’Église de Serbie) au Mont Athos, pour y fonder le monastère serbe de Chilandar. En quelques dizaines d’années à peine, la Serbie est constellée de dizaines, puis de centaines d’églises et de monastères. L’assimilation de la culture byzantine est un processus continu auquel s’ajoute vers la fin du Moyen Âge une interprétation locale des structures sociales. Les cultes des saints jouent un rôle d’individuation au sein des sociétés cristallisées autour des hiérarchies monarchiques. L’autorité séculière et sacerdotale cultive les témoignages individuels et les manifestations collectives du bienfondé eschatologique de l’ordre établi. Le fait est que la transformation de la société issue d’un modèle traditionnel, y compris les tenants et les aboutissants de valeur religieuse, se prolonge sans interruption dans les Balkans, avec néanmoins quelques périodes de stagnation et de régression. La modernité érigée comme un principe universel, censé être mis en pratique dans la société serbe, progresse lentement et avec atermoiements, s’inscrivant dans la longue durée depuis plus de deux siècles.

Continuer la lecture de Bosko I. Bojovic, L’Eglise orthodoxe serbe. Histoire, spiritualité, modernité, Les Editions du Cerf (384p., 34€)

Vesna Maric, Le Merle Bleu, Editions Intervalles (224p., 19 €)

Née en 1976 à Mostar, Vesna Maric a quitté la Bosnie à l’âge de seize ans dans un convoi de réfugiés à destination du Royaume-Uni. Le Merle bleu retrace le chemin souvent drôle et toujours décalé de Vesna. Le récit plein d’humour de cet exil désamorce avec tendresse, profondeur et une finesse inouïe les idées reçues sur le déracinement.

Contrairement à de nombreux témoignages de réfugiés, Le Merle bleu n’est jamais sombre. C’est le récit rafraîchissant d’une adolescente qui respire la joie de vivre et dont l’humeur jure furieusement avec l’étiquette que son pays d’accueil tente de lui mettre sur le dos.

Écrit avec un sens de la comédie brillant et un mordant sans pareil, Le Merle bleu est surtout un pied de nez aux stéréotypes qui parfois nous tiennent lieu de bonne conscience.

Continuer la lecture de Vesna Maric, Le Merle Bleu, Editions Intervalles (224p., 19 €)

YÒRGOS IOÀNNOU, DOULEUR DU VENDREDI SAINT, PUBLIE.GRÈCE, 2018 (184 P., 16€)

Texte traduit par Michel Volkovitch.

Voici le livre le plus étonnant de Ioànnou. On reconnaît bien son monde et pourtant tout a changé. L’auteur est toujours là, au cœur de ces récits composites, inclassables — même si, à vrai dire, la part de fiction semble ici plus grande, même si l’auteur-protagoniste se dissimule à moitié parfois, passant du je au il — et même, une fois, sans doute, au elle… On reconnaît aussi les thèmes — solitude, amours impossibles, union de l’amour et de la mort, du sexe et du sacré, du désespoir et de l’espérance. Il est vrai que cette fois le narrateur s’enhardit, l’autocensure se relâche, l’aveu se fait nettement plus explicite. Mais la grande nouveauté, c’est un spectaculaire changement de voix. Continuer la lecture de YÒRGOS IOÀNNOU, DOULEUR DU VENDREDI SAINT, PUBLIE.GRÈCE, 2018 (184 P., 16€)