Archives de catégorie : 2018

Kira Kaurinkoski, Le “Retour” des grecs de Russie. Identites, memoires, trajectoires, Ecole Française d’athenes, 2018 (494 p., 60€)

Cet ouvrage examine les raisons qui, après la fin de la guerre froide, ont poussé des personnes et des populations entières, installées en Ukraine – ainsi que dans d’autres républiques d’ex-Union soviétique – depuis des siècles, à revendiquer une origine grecque et à élaborer des projets de migration de « retour » vers la Grèce. Il étudie les migrations grecques vers l’Empire russe où des Grecs, dans leur grande majorité ressortissants de l’Empire ottoman, se sont installés en nombre dès le XVIIIe s. Dans un second temps, il analyse les migrations de retour diasporiques et les migrations économiques transnationales d’Ukraine – et d’autres républiques d’ex-Union soviétique –, vers la Grèce et vers Chypre, dès la fin des années 1980. Il retrace, en particulier, l’histoire d’un groupe diasporique, les Grecs de Mariupol, et essaye d’analyser pourquoi il n’y a pas eu de « retour » collectif de ces Grecs vers la « mère-patrie imaginée ».

Kira Kaurinkoski est anthropologue, ancienne membre de l’École française d’Athènes et chercheuse associée à Aix-Marseille université (UMR 7307, Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative). Ses recherches portent sur les diasporas et les migrations russes et postsoviétiques, et les mobilités et les minorités dans la région égéenne.

Nathalie clayer, Fabio Giomi, Emmanuel Szurek (éd.), Kemalism: Transnational Politics in the Post Ottoman World, 2018 (368P., 85£)

Usually Kemalism is seen as a program of reforms or an ideology imposed by the founder of modern Turkey, Mustafa Kemal Atatürk, after he came to power in 1923. Indeed, since the early 1930s, the Turkish state endeavoured to impose a monolithic definition of the term, connected to the development of the personality cult of Mustafa Kemal himself.

However, this book argues that Kemalism can only be fully understood from a transnational perspective. The national frame is not the only appropriate scale of analysis for shedding light on the process of the nationalization of societies and nationalism itself. In the same way, the Turkish national lens is not necessarily the most adequate one for understanding the genesis and evolution of what Kemalism stood for from the early 1920s onward. Thus, without denying the role of Turkish state and non-state actors in making Kemalism a global symbolic product, the aim of this book is to observe how the latter was elaborated through complex patterns of circulation inside and outside of Turkey.

Featuring case studies from across the post-Ottoman space and using new primary source research, each chapter examines the different ways in which national borders forged, refracted and transformed the label “Kemalism”. Across the Balkans and the Middle East, the volume investigates six different topics (language, alphabet, woman, law, dress, and Orientalism) in six areas during the interwar period (Turkey, Bulgaria, Cyprus, Albania, Yugoslavia, and Egypt). The focus is on how the objects in circulation were transformed in the very process of circulation, and how they came to assume different significations and forms in various time-space configurations. 

Continuer la lecture de Nathalie clayer, Fabio Giomi, Emmanuel Szurek (éd.), Kemalism: Transnational Politics in the Post Ottoman World, 2018 (368P., 85£)

Catherine horel, DE L’EXOTISME À LA MODERNITÉ. UN SIÈCLE DE VOYAGE FRANÇAIS EN HONGRIE (1818-1910), EDITIONS DE BOURG, 2018 (224p., 24€)

Cette étude des écrits des visiteurs français partis à la découverte de la Hongrie du XIXe siècle suit les transformations à la fois des moyens de voyager (depuis les temps pionniers, au lendemain des guerres napoléoniennes, jusqu’à l’époque des trains de luxe) et des perceptions d’une Hongrie qui se débarrasse lentement de la connotation presque orientalisante qui était la sienne, au tournant des Lumières, et qui surmonte peu à peu ses archaïsmes sociétaux. Ingénieurs, savants, journalistes : de nouvelles catégories d’observateurs apparaissent. Après le compromis de 1867 qui octroie enfin l’autonomie politique de la Hongrie et avec le brillant développement urbanistique de Budapest, se déclenche un véritable enthousiasme qui va culminer en 1896, avec les célébrations du Millénaire hongrois.

Leon KONTENTE, Les Français du Levant dans la Tourmente de la Révolution (1789-1814) – Les Echelles de la Mer Egée, Libra kitap, 2018 (164P., 100 TL)

Au XVIIIe siècle, la France est très présente dans le Levant. Des Français, consuls, missionnaires, négociants, militaires, marins, artisans, antiquaires, orientalistes ou aventuriers sont établis dans les ports ottomans ; certains y vivent depuis plusieurs générations. La Révolution française, qui a tant marqué les esprits en France et dans le monde, touche aussi ces Français, qui de prime abord, ne se sentent pas concernés par tous ces changements. Pourtant ils en seront les premières victimes ; l’arrêt des activités commerciales, le blocus continental, les faillites en cascade des négociants, la carence diplomatique de la France et surtout l’inutile campagne d’Egypte, vont mettre à rude épreuve les relations entre les deux pays. A la Restauration, la France dans le Levant n’est plus que l’ombre d’elle-même. Le commerce entre l’Empire ottoman et l’Occident est désormais dominé par les Anglais et l’époque de la flamboyante ambassade de Choiseul-Gouffier n’est plus qu’un lointain souvenir. Les Français établis dans les Echelles, abandonnés à leur sort durant toutes ces années se sentent sacrifiés au nom d’une politique orientale nouvelle qui détricote tout ce qui avait été construit sous l’Ancien Régime. Cet ouvrage s’intéresse à la vie quotidienne de ces Français du Levant, à leurs préoccupations et à leurs attentes, à leurs espoirs et à leurs souffrances. Le vécu de ces hommes et de ces femmes, que l’on peut assimiler à de la micro histoire, permet aussi de mieux comprendre l’impact de la Révolution française dans l’Empire ottoman.

Continuer la lecture de Leon KONTENTE, Les Français du Levant dans la Tourmente de la Révolution (1789-1814) – Les Echelles de la Mer Egée, Libra kitap, 2018 (164P., 100 TL)

Nora Lafi, Esprit civique et organisation citadine dans l’Empire ottoman (XVe-XXe siècles), Brill, 2018 (360p., 100 €)

This book proposes a study of the old regime forms of Ottoman municipal urban governance that were progressively built between the 15th and the 18th c. on the basis of various heritages (Byzantine, Medieval Islamic, Seljukid, Sassanid, medieval Ottoman) as well as an interpretation of the reforms of the Tanzimat era under the light of this re-evaluation of the previous system. This allows the author to propose innovative ideas on the very nature of civic life, social organization and modernity in the Islamic world. The research is based on original archives from Istanbul (BOA) and various cities of the Empire, from Aleppo to Tunis, Thessaloniki to Alexandria or Damascus and Cairo to Tripoli. 


Cet ouvrage est consacré à l’étude des racines et des caractéristiques de la gouvernance urbaine dans l’empire ottoman. Il démontre comment s’est développée sur la base de différents héritages (Byzantin, Islamique médiéval, Seljukide, Sassanide et Ottoman médiéval) à partir du XVe siècle une forme municipale d’ancien régime et étudie sa transformation durant les réformes de l’ère des Tanzimat au XIXe siècle. L’auteure propose ainsi des interprétations innovantes quant à la dimension civique de la vie urbaine, l’organisation sociale et l’impact ambigu avec la modernité dans un contexte islamique. L’étude s’appuie sur des archives inédites trouvées à Istanbul (BOA) et dans des villes comme Alep, Tunis, Thessalonique, Alexandrie, Damas, Le Caire et Tripoli.

Olivier BOUQUET, Les Ottomans. Questions d’Orient, La documentation française, juillet-août 2018, (64p., 9,90€)

L’État ottoman conquiert Constantinople en 1453. Il connaît son apogée au XVIe siècle. Mais il échoue à s’emparer de Vienne en 1683 avant d’être distancé dans les domaines militaire et économique, une évolution que ne peuvent contrer les réformes des XVIIIe et XIXe siècles. Les réductions territoriales subies par la suite alimentent la « Question d’Orient ». L’Empire s’effondre en 1922. La République, fondée alors par Mustafa Kemal entend détruire l’ordre impérial. À rebours, son lointain successeur, Recep Tayyip Erdogan, homme fort de la Turquie depuis 2003, désireux de développer l’influence diplomatique et le poids géopolitique de son pays dans les anciens territoires de l’Empire, s’appuie sur une exaltation de l’histoire, de l’héritage et du patrimoine ottomans.

Continuer la lecture de Olivier BOUQUET, Les Ottomans. Questions d’Orient, La documentation française, juillet-août 2018, (64p., 9,90€)