Archives de catégorie : Livres / Books

Clotilde Scordia, Istanbul-Montparnasse – Les Peintres Turcs de l’Ecole de Paris, Decirte, Paris, 2021, (268 P., 49,00€)

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Paris est la ville des Arts qui voit converger des artistes venus du monde entier pour participer à la Nouvelle Ecole de Paris. Toutes les nationalités y sont représentées dont les Turcs. Paris les découvre grâce à 2 expositions, l’une est l’exposition internationale de l’Unesco et la seconde se tient au musée Cernuschi ou les critiques remarquent la « vitalité de l’art turc moderne ».
La présence de ces artistes à Paris et leur participation aux manifestations majeures de l’époque les ont fait rentrer dans l’Histoire de l’art.

Sophie Basch, Souvenir des Dardanelles. Les céramiques de Çanakkale, des fouilles de Schliemann au japonisme, Academie royale de Belgique, Bruxelles, 2020 (176 P., 15,00€)

Souvenir des DardanellesVoisine de Troie, la ville de Çanakkale, dans le détroit des Dardanelles, s’illustra depuis le XVIIIe siècle par ses céramiques qui s’exportaient dans tout le Levant. Sous l’influence des fouilles de Schliemann, certains voyageurs s’en entichèrent au point d’y voir les descendantes des poteries homériques. En France, l’engouement pour cet art de terre coïncide avec la revalorisation des faïences traditionnelles après la défaite de 1870, encouragée par le mouvement des Arts & Crafts et par le japonisme : ni Mallarmé, ni Proust n’y furent indifférents. En Grèce et en Turquie, l’artisanat ottoman qui émerveillait Hans Christian Andersen ou Gustave Flaubert symbolise le monde d’avant les événements tragiques de 1922. Lieu de mémoire et catalyseur des passions, cette modeste production rassemble ou divise encore sur les deux rives de la mer Égée, où elle est soumise à une idéologisation de la nostalgie. L’archéologie culturelle est l’objet de cette étude comparatiste qui revendique le mélange des genres, seul apte à appréhender les discours qui ont conditionné l’appropriation, la réception et l’exposition de ce patrimoine.

Docteur en philosophie et lettres de l’ULB, Sophie Basch est professeur de littérature française à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, membre senior de l’Institut universitaire de France. Ses recherches sur l’orientalisme littéraire et artistique et sur la culture fin-de-siècle se situent à la croisée de l’histoire littéraire et de l’histoire de l’art.

 

Emanuela Costantini & Fabio Giomi, A Sud dell’Est Studi in onore di Armando Pitassio, MORLACCHI EDITORE, Perugia, 2021, (358 P., 16,00€)

Questo volume raccoglie dodici saggi dedicati ad Armando Pitassio, uno dei maggiori storici dell’Europa orientale e balcanica in Italia, per molti anni legato all’Università di Perugia. Essi offrono uno spaccato dei suoi principali temi di ricerca, che hanno spaziato dalla storia politica a quella culturale, dagli studi urbani a quelli sui movimenti sociali. Nella loro diversità, i contributi di questo libro permettono di esplorare la cangiante relazione fra religione, nazione e Stato, nonché il rapporto che lega i cambiamenti politici alla scrittura della storia in Europa dal XIX al XXI secolo. A tal fine, essi prestano una grande attenzione alle categorie del pensiero, tanto a quelle utilizzate dagli attori sociali del passato quanto a quelle forgiate dalla comunità degli storici in epoca contemporanea. L’Europa orientale e balcanica tratteggiata in questo volume risulta quindi essere una regione dinamica e aperta, attraversata incessantemente da flussi di persone, idee e beni, parte integrante e motore della modernità europea.

Anne MÉZIN & Catherine VIGNE , Les Français à Constantinople de François Ier à Bonaparte, Editions geuthner, Paris, 2020,(886 p., 60,00€)

https://geuthner.com/livres/mezin-vigne_web.jpg

Si des Français sont attestés à Constantinople bien avant sa conquête par les Ottomans en 1453, leur communauté ne s’y structura qu’à partir du règne de François Ier. Des marchands et artisans français s’y établirent dans les quartiers européens, y firent parfois souche et créèrent des comptoirs commerciaux. À leurs côtés, des religieux capucins, jésuites et autres lazaristes installèrent des missions et prirent en charge des paroisses catholiques. Une liaison maritime directe s’organisa à partir de Marseille, doublée par une navigation de cabotage entre les différentes échelles du Levant. Toutes sortes de Français, y compris de nombreuses femmes, se rendirent dès lors à Constantinople, pour le service du roi de France, le négoce, la navigation, la religion, les arts et sciences. Ils y demeurèrent plus ou moins longtemps, dans le cadre juridique de la « résidence au Levant ». Continuer la lecture de Anne MÉZIN & Catherine VIGNE , Les Français à Constantinople de François Ier à Bonaparte, Editions geuthner, Paris, 2020,(886 p., 60,00€)

Fabio Giomi, Making Muslim Women European, Voluntary Associations, Islam, And Gender in Post-Ottoman Bosnia and Yugoslavia (1878–1941), Budapest, CEU Press, 2021 (410p., €90.00)

 

This social, cultural, and political history of Slavic Muslim women of the Yugoslav region in the first decades of the post-Ottoman era is the first to provide a comprehensive overview of the issues confronting these women. It is based on a study of voluntary associations (philanthropic, cultural, Islamic-traditionalist, and feminist) of the period.

It is broadly held that Muslim women were silent and relegated to a purely private space until 1945, when the communist state “unveiled” and “liberated” them from the top down. After systematic archival research in Bosnia, Croatia, Serbia, and Austria, Fabio Giomi challenges this view by showing: • How different sectors of the Yugoslav elite through association publications, imagined the role of Muslim women in post-Ottoman times, and how Muslim women took part in the construction or the contestation of these narratives. • How associa­tions employed different means in order to forge a generation of “New Muslim Women” able to cope with the post-Ottoman political and social circumstances. • And how Muslim women used the tools provided by the associations in order to pursue their own projects, aims and agendas. The insights are relevant for today’s challenges facing Muslim women in Europe. The text is illustrated with exceptional photographs.

 

Continuer la lecture de Fabio Giomi, Making Muslim Women European, Voluntary Associations, Islam, And Gender in Post-Ottoman Bosnia and Yugoslavia (1878–1941), Budapest, CEU Press, 2021 (410p., €90.00)

Servanne Jollivet & Nicolas Manitakis (Dir.), Mataroa 1945, Du mythe à l’histoire, École Française d’athènes, collection MMB 14, 2021 (213 p., €30.00)

 

Navire militaire affrété par l’Institut français d’Athènes en décembre 1945, le Mataroa a permis à plus d’une centaine de jeunes Grecs de quitter la Grèce et de rejoindre Tarente, en Italie, avec pour destination finale Paris. Quittant un pays en ruine, profondément affaibli par la guerre et au seuil de la guerre civile, ceux-ci ont ainsi pu être accueillis en France, y mener leurs études et carrière dans des domaines aussi variés que la philosophie, la sculpture, l’architecture, la musique, etc. Au cœur de cette expédition, le directeur de l’Institut français d’Athènes de l’époque, Octave Merlier, qui rendit possible cette opération, aux allures d’épopée moderne. Longtemps passé sous silence, ce voyage constitue sans conteste l’un des événements les plus marquants de l’histoire franco-grecque de l’après-guerre. S’appuyant sur un matériel d’archives inédit, ce volume vise à offrir un éclairage historique et critique à cet événement, tantôt oblitéré, tantôt mythifié, part intégrante de la mémoire des échanges entre les deux pays.

Servanne Jollivet est philosophe, ancienne membre de l’École française d’Athènes et chercheur au CNRS (UMR 8547, Transferts culturels). Elle a notamment publié Destins d’exilés. Trois philosophes grecs en France (Axelos, Castoriadis, Papaïoannou) (Manuscrit, 2011) et L’exil est la patrie de la pensée. Kostas Axelos (Rue d’Ulm, 2015).

Nicolas Manitakis est historien, professeur assistant au Département de langue et de littérature françaises de l’université d’Athènes. Ses principaux centres d’intérêt portent sur l’histoire des relations franco-helléniques, l’histoire de l’éducation et l’histoire des migrations.

Continuer la lecture de Servanne Jollivet & Nicolas Manitakis (Dir.), Mataroa 1945, Du mythe à l’histoire, École Française d’athènes, collection MMB 14, 2021 (213 p., €30.00)