Archives de catégorie : Livres / Books

Gheorghe CLIVETI, LA RÉVOLUTION DE 1821 ET LA RESTAURATION DES RÈGNES AUTOCHTONES DANS LES PRINCIPAUTÉS ROUMAINES – une « pierre de touche » pour la diplomatie européenne dans la question d’Orient, Istambul, THE ISIS press, 2020 (187 p., 20 $)

Préface-Argument 

I. L’ORDRE EUROPÉEN DE 1815 : LA CAUSE ROUMAINE DANS LE « DÉDALE ORIENTAL » Des notes historiographiques. La relevance du Concert des Grandes Puissances européennes et celle de la Sainte-Alliance Les Principautés Roumaines, « un point de la question de l’Orient », en train de devenir un problème européen

II. LA RÉVOLUTION DE 1821 : L’ÉNONCE POLITIQUE DE LA CAUSE ROUMAINE Des notes historiographiques La révolution roumaine, en rapport prudent avec l’Hétairie ou la politique de Russie et avec la demande de reconnaissance par la Porte Ottomane des « anciens droits du Pays » La réaction de Russie, la condamnation et l’exécution du dirigeant de la révolution roumaine L’intervention armée des Ottomans dans le Principautés et la fuite de beaucoup de boyards « à l’étranger »

III. LA RESTAURATION DES RÈGNES AUTOCHTONES DANS LES PRINCIPAUTÉS ROUMAINES, EN 1822 : DES IMPLICATIONS EUROPÉENNES Des notes historiographiques Le contexte européen. L’état des Principautés « Les missions des boyards à la Haute Porte » et la désignation des princes autochtones En guise de conclusion Bibliographie Index

Gábor Kármán, Tributaries and Peripheries of the Ottoman Empire, Leyde, Brill, 2020 (336 P., 115 €)

Tributaries and Peripheries of the Ottoman Empire offers thirteen studies on the relationship between Ottoman tributaries with each other in the imperial framework, as well as with neighboring border provinces of the empire’s core territories from the fifteenth to the eighteenth centuries. A variety of surveys related to the Cossack Ukraine, the Crimean Khanate, Dagestan, Moldavia, Ragusa, Transylvania, Upper Hungary and Wallachia allow the reader to see hitherto less known subtleties of the Ottoman administration’s hierarchic structures and the liberties and restrictions of the office-holders’ power. They also shed light upon the strategies of coalition-building among the elites of the tributaries as well as the core provinces of the border zones, which determined their cooperation, but also the competition between them.

Continuer la lecture de Gábor Kármán, Tributaries and Peripheries of the Ottoman Empire, Leyde, Brill, 2020 (336 P., 115 €)

John Lampe & Constantin Iordachi, Battling over the Balkans Historiographical Questions and Controversies, Budapest, Central European University Press , 2020 (341 p., 85€)

The tumultuous history of the Balkans has been subject to a plethora of conflicting interpretations, both local and external. In an attempt to help overcome the stereotypes that still pervade Balkan history, Battling over the Balkans concentrates on a set of five principal controversies from the precommunist period with which the region’s history and historiography must contend: (1) the pre-1914 Ottoman and Eastern Christian Orthodox legacies; (2) the post-1918 struggles for state-building; (3) the range of European economic and cultural influence across the interwar period, as opposed to diplomatic or political intervention; (4) the role of violence and paramilitary forces in challenging the interwar political regimes in the region; and (5) the fate of ethnic minorities into and after World War II, particularly Jews, Muslims and Roma.

In an attempt to give a voice to eminent local authors, the chapters provide samples of new regional scholarship exploring these contested issues—most of them translated into English for the first time—and are prefaced with historiographical overviews addressing the state of the debate on these specific controversies. These translations help bridge the language barriers that often separate scholarly traditions within Southeast Europe, as well as scholars in Southeast Europe and English-speaking academia. It is hoped that the volume will enable readers to identify common patterns and influences that characterize the writing of history in the region, and will stimulate new transnational and comparative approaches to the history of the Balkans. 

Colloque « Dayton 25 : la Bosnie-Herzégovine aujourd’hui »

2 et 3 décembre 2020 (En ligne)

 

En amont du colloque, le Courrier des Balkans publie depuis le 17 novembre une série de 12 articles et entretiens avec certains invités du séminaire mais aussi des artistes, des activistes, des historiens. 
Ces articles sont en accès libre sur le site du Courrier des Balkans : https://www.courrierdesbalkans.fr/La-Bosnie-Herzegovine-25-ans-apres-Dayton-par-dela-les-cliches

 

 

Nadège ragaru, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… », Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2020, (382 P. 29€)

Exception en Europe, un État allié du Reich a refusé de déporter sa communauté juive. Cette image de la Bulgarie pendant la seconde guerre mondiale a prévalu jusque récemment, quitte à omettre que, dans les territoires de la Yougoslavie et de la Grèce occupés par ce pays entre 1941 et 1944, la quasi-totalité des Juifs ont été raflés, convoyés vers la Pologne et exterminés.

Au terme d’une vaste enquête documentaire et archivistique, Nadège Ragaru reconstitue l’origine de ce qui a longtemps été tenu pour un socle de faits vrais parce que largement crus. Elle explique pourquoi une seule facette d’un passé complexe et contradictoire a fait l’objet d’une transmission prioritaire ; comment les déportations, sans être oblitérées, sont devenues secondaires dans les discours publics, les musées, les livres d’histoire et les arts ; comment la mise en écriture des persécutions contre les Juifs en Bulgarie s’est retrouvée l’otage de la guerre froide puis des luttes politiques et mémorielles de l’après-communisme dans les Balkans et le reste du monde.

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé.

Xavier Bougarel, La division Handschar, Waffen-SS de Bosnie, 1943-1945 Paris, Humensis, 2020 (448 p. 24€)

En 1943, les partisans de Tito luttent avec succès contre l’occupant allemand et les fascistes croates, les oustachis. En accord avec le mufti de Jérusalem Amin al-Husseini, Heinrich Himmler décide alors de créer la 13e division de la Waffen-SS, dite Handschar (« Poignard »). Les 20 000 hommes qui la composent sont majoritairement des musulmans de Bosnie-Herzégovine, encadrés par des officiers allemands. Entre mars 1943 et mai 1945, ils s’entraînent en France et en Allemagne avant de combattre les résistants en Bosnie, où ils commettent les pires exactions, en particulier contre la population serbe et contre les rares juifs rescapés des massacres oustachis.

Pour la première fois, un historien spécialiste des Balkans reconstitue l’histoire de cette division en croisant les archives allemandes et yougoslaves. Xavier Bougarel va au-delà des clichés pour s’intéresser aux circonstances de la création de cette division SS atypique, au profil et aux motivations de ses combattants, à la vie religieuse en son sein et aux raisons de sa dislocation finale. Ce faisant, il propose une nouvelle lecture de la Seconde Guerre mondiale dans les Balkans, marquée par l’importance des enjeux matériels immédiats, la multiplicité des stratégies individuelles de survie, ainsi que les changements incessants d’alliances et d’allégeances.