Archives de catégorie : Livres / Books

Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)

Qui étaient les Ottomans ? Quelle identité commune peut rassembler les hommes qui vécurent dans cet immense empire multiconfessionnel, multiethnique et multiculturel d’une remarquable longévité ? Les historiens s’interrogent sur la nature d’un homo ottomanicus dont on sent bien qu’il dut exister, mais qu’on ne réussit jamais à définir parfaitement.
Le présent livre fait le point sur ces réflexions, mais il ne prétend pas apporter une nouvelle réponse à la question. Ses contributeurs se sont efforcés d’envisager celle-ci autrement, en donnant la parole aux intéressés : aux Ottomans eux-mêmes. Le lecteur trouvera donc dans ce volume la traduction française de 57 textes de toutes natures, rédigés en diverses langues, de l’arabe au turc en passant par l’arménien, le grec ou l’hébreu, mais émanant tous de la société ottomane : de l’administration, des serviteurs ou des sujets du sultan, vivant dans la capitale ou en province, musulmans ou non.
De ces textes, pour la plupart jamais traduits en français et pour certains inédits, précédés chacun d’une courte introduction permettant à des lecteurs ignorant tout du sujet d’en comprendre la nature, le contexte et la signification, se dégage une vision de l’intérieur de l’Empire ottoman, de son fonctionnement et de sa société tels que pouvaient les percevoir les Ottomans.
Sous une forme toujours originale et vivante, parfois amusante (car les Ottomans pratiquaient l’humour à l’occasion), c’est une autre façon de s’initier au monde ottoman qui est proposée.

Continuer la lecture de Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)

Yoann MORVAN et Sinan LOGIE, Méga Istanbul, Traversées en lisières urbaines, Paris, le cavalier bleu, 2019, (208 p., 20€)

Istanbul, mégapole tentaculaire, offre un concentré des enjeux urbains contemporains et des contradictions turques actuelles. Conquêtes, intrigues politiques ou religieuses, tremblements de terre et incendies ont successivement balayé celle qui fut capitale de l’Empire ottoman. La métropole d’aujourd’hui 16 millions d’habitants est remodelée, à une immense échelle, par les soubresauts du capitalisme ainsi que par les gigantesques ambitions d’Erdoğan dans le cadre de son « Objectif 2023 ». La croissance de l’agglomération a été fulgurante au cours des dernières décennies. Elle recouvre le palimpseste des strates passées, notamment byzantines, détruisant au passage une partie de ses magnifiques aménités.

A travers un panorama des franges urbaines de la mégapole du Bosphore, ce livre emmène le lecteur hors des sentiers battus et des clichés. Assez méconnus, ces espaces en transition constituent un révélateur de l’intensité et de l’étendue des recompositions inégalitaires à l’œuvre. Les arpenter à pied permet de prendre la mesure de… leur démesure. L’ensemble de ces traversées urbaines pédestres esquisse une radioscopie de cette fantasmagorie urbaine (à jamais) inachevée.

Continuer la lecture de Yoann MORVAN et Sinan LOGIE, Méga Istanbul, Traversées en lisières urbaines, Paris, le cavalier bleu, 2019, (208 p., 20€)

Gilles Veinstein, Les Esclaves du Sultan chez les Ottomans Des mamelouks aux janissaires (XIVe-XVIIe siècles) Texte établi par : Elisabetta Borromeo, Paris, Les belles lettres, 2020 (423 P., 27€)

Gilles Veinstein nous transporte au coeur de l’Empire ottoman des XIV-XVIIe siècles, en l’appréhendant par son institution politique la plus emblématique : les esclaves du sultan ou, pour reprendre la formulation ottomane, les « esclaves de la Porte (kapı kulları) ». Si ces esclaves partagent avec l’ensemble de la population servile de l’Empire ottoman les traits inhérents à leur condition, le rang qu’ils occupent dans l’État et dans la société correspond assez peu au cliché du « personnel » du sultan. Ces esclaves de la Porte témoignent d’un phénomène beaucoup plus ancien qui n’est pas propre à l’Islam mais qui, à partir de l’Empire abbasside au IXe siècle de notre ère, a connu dans plusieurs régimes musulmans un développement et une place d’une grande importance : l’esclavage gouvernemental ou étatique. En un sens, dans ce domaine comme dans bien d’autres, l’Empire ottoman ne fait que s’inscrire dans la suite des États musulmans antérieurs. Cependant, ici comme ailleurs, il renouvelle sur plus d’un point l’institution ancienne : on songe d’abord à cette méthode si décriée de recrutement, le devşirme, ou « ramassage » de jeunes garçons sujets du sultan.

La présente édition, issue des cours de Gilles Veinstein au Collège de France en 2009 et 2010, a été élaborée par Elisabetta Borromeo à partir d’un premier jet manuscrit, complété par l’enregistrement audio des cours, puis annotée.

Continuer la lecture de Gilles Veinstein, Les Esclaves du Sultan chez les Ottomans Des mamelouks aux janissaires (XIVe-XVIIe siècles) Texte établi par : Elisabetta Borromeo, Paris, Les belles lettres, 2020 (423 P., 27€)

Nadège Ragaru, ASSIGNÉS À IDENTITÉS. VIOLENCE D’ÉTAT ET EXPÉRIENCES MINORITAIRES DANS LES BALKANS POST-OTTOMANS, Istambul, éditions isis, 2019 (340 P., 40 $)

 

Introduction

Partie 1. Façonner, dire, interdire le « je » en Bulgarie : Puissance publique et stratégies de résistance minoritaires Chapitre 1. Contribution à l’historiographie de l’assimilation forcée des musulmans de Bulgarie Chapitre 2. Faire taire l’altérité. Police de la langue et mobilisations linguistiques au temps de l’assimilation forcée des Turcs de Bulgarie(1984-1989) Chapitre 3. Voyages en identités. Les espaces-temps du re/de-venir des Turcs de Bulgarie établis en Turquie Chapitre 4. Les mobilités du postcommunisme : Pratiques migratoires et constitution d’un champ de recherche sur les migrations en Bulgarie Chapitre 5. Usages politiques du passé et controverses historiographiques en Bulgarie : le cas du « massacre de Batak » (1876) Chapitre 6. Du balkanisme à une histoire transnationale des Balkans ? 

Partie 2. Politiques anti-juives, historiographie et mémoire de la Shoah en Bulgarie Chapitre 7. Les Juifs de Bulgarie et des territoires yougoslaves et grecs occupés par la Bulgarie pendant la Seconde Guerre mondiale Chapitre 8. La spoliation des biens juifs en Bulgarie pendant la Seconde Guerre mondiale : un état des lieux historiographique Chapitre 9. Nationalization through Internationalization. Writing, Remembering, and Commemorating the Holocaust in Macedonia and Bulgaria after 1989 

Partie 3. Faire État-nation en Macédoine post-yougoslave : de la conflictualité armée à la concurrence des emblèmes identitaires Chapitre 10. The Former Yugoslav Republic of Macedonia:between Ohrid and Brussels Chapitre 11. Maillage communal, frontières et nation :les imaginaires, enjeuxet pratiques de la décentralisation en Macédoine Chapitre 12. The Political Uses and Social Lives of “National Heroes”: Controversies over Skanderbeg’s Statue in Skopje Chapitre 13. Macédoine-Grèce: les pouvoirs de la métonymie

Francine Saint-Ramond, Les Désorientés – Expériences des soldats français aux Dardanelles et en Macédoine, 1915-1918, Paris, Presses de L’inalco 2019 (ebook et broché, 4,46 € et 30 €)

Plus de 80 000 soldats français ont été envoyés aux Dardanelles en 1915 par un gouvernement réticent, dans une expédition improvisée et condamnée à l’échec. Quand cet échec devint évident, les survivants ont été convoyés vers Salonique pour une autre expédition encore plus importante en Macédoine, au total près de 400 000 soldats français sont passés par cette armée d’Orient. Les soldats partaient avec appréhension vers l’inconnu, mais les mots de Constantinople, Orient et Grèce, leur rappelaient des visions littéraires agréables. Leurs mémoires montrent que les réalités furent tout sauf agréables : conditions naturelles, climat, approvisionnement, équipement, munitions, maladies ; mais leur correspondance, censurée et autocensurée, ne dit rien de cela en France et la presse se tait. Tout au contraire, elle répand l’image des plaisirs de Salonique. Chez les soldats, l’amertume est grande : ils comprennent que gagner Constantinople est impossible, ils constatent que la Macédoine ne ressemble pas à la Grèce de leurs rêves… Ce livre, nourri des mémoires et souvenirs émouvants des soldats, témoigne à la fois de leurs conditions de vie et de combat, de la crise morale qu’ils ont vécue et de la vie en Macédoine telle qu’ils l’ont découverte avec sa toute sa diversité.

Sinan KuNeralp (ED.), LES RAPPORTS DE LOUIS-SAUVEUR MARQUIS DE VILLENEUVE AMBASSADEUR DU ROI DE FRANCE AUPRÈS DE LA SUBLIME PORTE OTTOMANE (1728-1741) Tome premier (1728-1731), The isis press, 2019 (704 P., 80€)

Introduction Liste des destinataires des lettres du marquis de Villeneuve 1. Lettre adressée au Roi Louis XV Constantinople, le 5 décembre 1728 Arrivée du Marquis de Villeneuve à Constantinople 1a. Lettre adressée au comte de Maurepas Constantinople, le 5 décembre 1728 Arrivée à Constantinople. Première visite du Drogman de la Porte. Lettres écrites du Mille et de L’Argentière à l’occasion des divisions du consul avec les habitants de ces îles. La nouvelle de la mort du Sieur Le Noir, Drogman. 2. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin Constantinople, le 5 décembre 1728 Arrivée à Constantinople. Première visite du Drogman de la Porte. Sur les 6000 lt retenus par le Sieur Lenoir. Satisfaction de Monsieur de Fontenu sur les appointements qu’on lui a accordés. 3. Lettre adressée au Cardinal de Fleury Constantinople, le 5 décembre 172815 4. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 décembre 172816 Salut de 7 coups de canon que rendirent les châteaux à Monsieur de Saint-Germain et de 9 pour l’Ambassadeur. Continuation de peste, les ravages qu’elle fait à La Canée et sa manifestation à Candie. Quelques fils ou descendants des Français écrivent à Scio qu’on veut les soumettre au paiement du Carach, et le Sieur Rougeau avait exposé tout le contraire. L’affaire de l’abbé Vitalis avec le Sieur de Valnay est terminée sous l’approbation de M. d’Andrezel au moyen de 10 sequins et quelques aunes de drap que donna le consul à cet abbé qui ne continue ses plaintes que par un esprit de tracasseries. Établissement d’un aumônier aux Dardanelles à 100 lt d’appointements. Raisons qui doivent faire accorder la demande du Drogman de la Porte. 5. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin Constantinople, le 15 décembre 1728 Sur les audiences. Sept coups de canon pour les Châteaux des Dardanelles, qui en rendirent le même nombre aux vaisseaux du Roi, et qui en tirèrent ensuite pour l’Ambassadeur de Sa Majesté neuf autres. Sur la peste.

Continuer la lecture de Sinan KuNeralp (ED.), LES RAPPORTS DE LOUIS-SAUVEUR MARQUIS DE VILLENEUVE AMBASSADEUR DU ROI DE FRANCE AUPRÈS DE LA SUBLIME PORTE OTTOMANE (1728-1741) Tome premier (1728-1731), The isis press, 2019 (704 P., 80€)