Archives de catégorie : Livres / Books

Tolga Bilener, LA TURQUIE ET LA CHINE : une nouvelle convergence en Eurasie ?, Paris, L’harmattan, 2019 (334 P., 34€)

La relation turco-chinoise démontrerait-elle qu’une « eurasianisation » de la politique étrangère turque serait en cours ? A l’heure où l’axe pro-occidental traditionnel de la politique étrangère turque est ébranlé, la volonté chinoise de mettre en oeuvre le projet des Nouvelles routes de la soie incite ces deux pays à se rapprocher davantage. Même si les points de convergence ne manquent pas, ce rapprochement est limité par des facteurs tels la question Ouïghour et l’appartenance de la Turquie au système d’alliance occidentale. Cet ouvrage se penche sur les coopérations concrètes mais aussi sur les points de divergence entre ces deux acteurs de l’Eurasie.

Tolga Bilener, docteur en sciences politiques, est enseignant-chercheur à l’Université de Galatasaray (Istanbul).

Kaïs Jewad Alazawi, DU CALIFAT AUX COUPS D’ÉTAT L’empire Ottoman de 1908 à 1913, Le Scribe Harmattan, 2018 (320 P., 27€)

Ce livre peut se lire comme une historiographie des derniers bouillonnements militaires internes de l’empire ottoman échappant à ses propres régulations et populations ; une contribution à une sociologie militaire comparée ; une réflexion critique sur le devenir arabe.

Une historiographie des derniers bouillonnements militaires internes de l’Empire ottoman échappant à ses propres régulations et populations ; une contribution à une sociologie militaire comparée ; une réflexion critique sur le devenir arabe. Avec le modèle offert par les Officiers Jeunes-Turcs aux nationalistes arabes aussi bien entre les deux guerres qu’à la suite de la décolonisation (l’armée paraissant à la fois gardienne de l’indépendance nationale et garante, par sa technique et sa hiérarchie, d’un développement économique et culturel rapide), apparaît une neuve modulation de l’introduction du militaire dans le politique… Expression d’une patrie rénovée, à la Nasser, libération, compétence technique, dignité – avant de se dégrader -, le modèle a joué en de nombreux pays arabes et plus généralement du Tiers-Monde

Kaïs Jewad ALAZAWI est Docteur en Histoire et Sociologie Arabe Contemporaine de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

 

Zdenko Zlatar, (BR)OTHER CONVERTS IN THE OTTOMAN BALKANS HISTORY * MYTH * FICTION, The ISIS PRess Istambul, 2019 (522 p., 60$)

Illustrations Preface Introduction

PART ONE: HISTORY, Chapter One The Ottoman Conquest of the Balkans Chapter Two Clad in Red: The DevşirmeRuling Class Chapter Three The Question of Conversion: The Case of Bosnia

PART TWO: MYTH, Chapter Four From the Battle to the Black Mountain: The Myth of Kosovo Chapter Five (Br)other: Death of Smail-agha Čengić Chapter Six (Br)other: Njegoš’s The Mountain Wreath

PART THREE: FICTION, Chapter Seven The Bridge between the East and the West: Andrić and Kadare Chapter Eight Laying the Foundations for The Bridge on the Drina Chapter Nine Bosnian Muslims in Andrić’s Novels

PART FOUR: ÖMER PAŞA, Chapter Ten A Convert in the Empire of the Pashas: Ömer Pasha Latas7 Chapter Eleven Bosnia’s Second Fall: Ömer Pasha’s Military Rule (1850-1852) Chapter Twelve Ivo Andrić and His Omerpaša Latas

Conclusion Bibliography Index

Odile Moreau, L’Empire ottoman au XIXe siècle, Armand Colin, 2020 (336 p., 24.90 €)

Le long XIXe siècle ottoman fut sans doute le siècle le plus long et le plus tumultueux de cet Empire. Débutant en 1774 avec l’ouverture de la question d’Orient, il se termina en 1923, lors de la proclamation de la république de Turquie.
Le xixe siècle ottoman fut aussi un siècle neuf, porteur de la problématique inédite des réformes, marquant le passage d’un ordre ancien à un ordre nouveau, par strates successives, et il bouleversa toutes les institutions, changeant durablement les relations entre État et société. De plus, les réformes se déclinèrent selon des temporalités et des modalités différenciées au centre de l’Empire ottoman, à Istanbul, et dans les provinces de son immense territoire, comme au  Caire et à Tunis.
L’évolution de l’Empire ottoman est envisagée dans sa confrontation aux nationalismes, aux tensions ethniques ou communautaires ainsi qu’au sein des relations internationales, entrant en résonance avec les enjeux contemporains.

Continuer la lecture de Odile Moreau, L’Empire ottoman au XIXe siècle, Armand Colin, 2020 (336 p., 24.90 €)

Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)

Qui étaient les Ottomans ? Quelle identité commune peut rassembler les hommes qui vécurent dans cet immense empire multiconfessionnel, multiethnique et multiculturel d’une remarquable longévité ? Les historiens s’interrogent sur la nature d’un homo ottomanicus dont on sent bien qu’il dut exister, mais qu’on ne réussit jamais à définir parfaitement.
Le présent livre fait le point sur ces réflexions, mais il ne prétend pas apporter une nouvelle réponse à la question. Ses contributeurs se sont efforcés d’envisager celle-ci autrement, en donnant la parole aux intéressés : aux Ottomans eux-mêmes. Le lecteur trouvera donc dans ce volume la traduction française de 57 textes de toutes natures, rédigés en diverses langues, de l’arabe au turc en passant par l’arménien, le grec ou l’hébreu, mais émanant tous de la société ottomane : de l’administration, des serviteurs ou des sujets du sultan, vivant dans la capitale ou en province, musulmans ou non.
De ces textes, pour la plupart jamais traduits en français et pour certains inédits, précédés chacun d’une courte introduction permettant à des lecteurs ignorant tout du sujet d’en comprendre la nature, le contexte et la signification, se dégage une vision de l’intérieur de l’Empire ottoman, de son fonctionnement et de sa société tels que pouvaient les percevoir les Ottomans.
Sous une forme toujours originale et vivante, parfois amusante (car les Ottomans pratiquaient l’humour à l’occasion), c’est une autre façon de s’initier au monde ottoman qui est proposée.

Continuer la lecture de Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)

Yoann MORVAN et Sinan LOGIE, Méga Istanbul, Traversées en lisières urbaines, Paris, le cavalier bleu, 2019, (208 p., 20€)

Istanbul, mégapole tentaculaire, offre un concentré des enjeux urbains contemporains et des contradictions turques actuelles. Conquêtes, intrigues politiques ou religieuses, tremblements de terre et incendies ont successivement balayé celle qui fut capitale de l’Empire ottoman. La métropole d’aujourd’hui 16 millions d’habitants est remodelée, à une immense échelle, par les soubresauts du capitalisme ainsi que par les gigantesques ambitions d’Erdoğan dans le cadre de son « Objectif 2023 ». La croissance de l’agglomération a été fulgurante au cours des dernières décennies. Elle recouvre le palimpseste des strates passées, notamment byzantines, détruisant au passage une partie de ses magnifiques aménités.

A travers un panorama des franges urbaines de la mégapole du Bosphore, ce livre emmène le lecteur hors des sentiers battus et des clichés. Assez méconnus, ces espaces en transition constituent un révélateur de l’intensité et de l’étendue des recompositions inégalitaires à l’œuvre. Les arpenter à pied permet de prendre la mesure de… leur démesure. L’ensemble de ces traversées urbaines pédestres esquisse une radioscopie de cette fantasmagorie urbaine (à jamais) inachevée.

Continuer la lecture de Yoann MORVAN et Sinan LOGIE, Méga Istanbul, Traversées en lisières urbaines, Paris, le cavalier bleu, 2019, (208 p., 20€)