Archives de catégorie : Livres / Books

ISIL ERDINC, Syndicats et politique en Turquie. Les ressorts sociaux du pouvoir de l’AKP (2002-2015), Dalloz, (388p., 65€)

Cet ouvrage a pour objet les relations entre les syndicats, les partis politiques et l’Etat en Turquie sous le gouvernement AKP (2002-2015). Cette recherche soulève la question du rôle des institutions étatiques dans la production des champs (ce qui renvoie à la question, désormais classique en sociologie de l’action publique, des processus de sectorisation).

Continuer la lecture de ISIL ERDINC, Syndicats et politique en Turquie. Les ressorts sociaux du pouvoir de l’AKP (2002-2015), Dalloz, (388p., 65€)

Catherine PINGUET, Adalar’a Çıkmak, İstanbul Açıklarındaki Bir Takımadanın Öyküsü, Türkiye İş Bankası Kültür Yayınları, 2018 (222 p., 65TL)

Traduction de l’ouvrage, Les Iles des Princes un Archipel au Large D’Istanbul, publié Empreintes temps-présent en 2013. Traduit par Orhun Alkan.

Quatre îles de l’archipel (Burgaz, Kinali, Heybeli, Büyükada) sont habitées tout au long de l’année et quotidiennement desservie par les ferries, tandis que les cinq autres îles, de taille beaucoup plus réduite, sont quasi désertes. Selon le temps, clair ou brumeux, selon que soufflent les vents du sud-ouest ou du nord-est, ces îles paraissent tantôt étonnamment proches, tantôt à peine discernables. En cas de tempête et d’épais brouillard, elles sont coupées du monde et provisoirement inaccessibles. De nos jours, les Turcs les appellent simplement adalar (les îles) et les Européens disent toujours îles des Princes. Continuer la lecture de Catherine PINGUET, Adalar’a Çıkmak, İstanbul Açıklarındaki Bir Takımadanın Öyküsü, Türkiye İş Bankası Kültür Yayınları, 2018 (222 p., 65TL)

Gabor DEMETER & Krisztian CSAPLAR-DEGOVICS, A Study in the Theory and Practice of Destabilization : Violence and Strategies of Survival in Ottoman Macedonia (1903-1913), The Isis Press, 2018 (222p., 25$)

I. Introduction

Concepts, goals, methods The location General remarks

II. The background to the tension and the komitadji phenomenon 

  • Conflict types – general overview
  • The escalation of the conflicts Some temporal and spatial patterns of četa activity
  • Četa types and their origins
  • The social background and functions of the revolutionary organizations
  • Financial sources
  • Methods of rule

Continuer la lecture de Gabor DEMETER & Krisztian CSAPLAR-DEGOVICS, A Study in the Theory and Practice of Destabilization : Violence and Strategies of Survival in Ottoman Macedonia (1903-1913), The Isis Press, 2018 (222p., 25$)

Lucien Calvié, La question yougoslave et l’Europe, Editions de Cygne, 2018 (178p., 18 €)

Les questions yougoslave, allemande et européenne sont comparables à des poupées russes emboîtées les unes dans les autres. Dans la destruction de la Yougoslavie de 1991-1992 à 1999, le rôle de l’Allemagne tout récemment unifiée en 1989-1990 et, sous son impulsion déjà hégémonique, de la CEE, devenue Union européenne (UE), fut souvent négatif. Le paradoxe de cette destruction, c’est que la Yougoslavie refondée par Tito en 1945 après la défaite hitlérienne, bien plus nettement que la première Yougoslavie unifiée en 1918 sous une dynastie serbe victorieuse et centralisatrice, était – avec son séduisant socialisme autogestionnaire – « européenne » avant la lettre, trop peut-être pour son malheur : multinationale, pluriculturelle, fédérale, voire confédérale, et soucieuse de modernisation économique et d’ouverture sur le monde. Sous prétexte d’une « crise » persistante, l’intégration à l’UE des États ex-yougoslaves est à présent interrompue. D’où une coupure potentiellement néfaste entre les États déjà intégrés – Croatie et Slovénie – et ceux en attente plus ou moins sceptique d’intégration – Bosnie-Herzégovine, Macédoine, Monténégro et Serbie –, comme si perduraient les anciennes lignes de fracture entre Empires romains d’Occident et d’Orient, catholicisme et orthodoxie, Empire austro-hongrois et Empire ottoman ou encore capitalisme et socialisme ou communisme.

 

Continuer la lecture de Lucien Calvié, La question yougoslave et l’Europe, Editions de Cygne, 2018 (178p., 18 €)

Nedim Gürsel, La seconde vie de Mahomet. Le prophète dans la littérature, CNRS Editions, 2018 (256p., 20 €)

Pierre le Vénérable, Dante, Goethe, Voltaire, Hugo, Renan, Assia Djebar, Salman Rushdie : du Moyen Âge à nos jours, ces auteurs ont évoqué Mahomet, faisant du prophète de l’islam tantôt un personnage historique désacralisé, tantôt un héros romanesque fictif.

Au Moyen Âge, au plus fort de la conquête musulmane, l’Occident chrétien voit en Mahomet un imposteur, un faux-prophète, voire un Antéchrist prêt à combattre le Messie. La littérature médiévale peint de grossières caricatures de rituels musulmans, et n’hésite pas à proférer des injures à l’adresse du prophète. C’est au siècle des Lumières, avec Voltaire et Goethe notamment, que l’on tente d’identifier et d’étudier sérieusement le personnage historique. Mais il faut encore attendre les Romantiques, Lamartine et Hugo entre autres, pour que le prophète de l’islam bénéficie d’une image positive en Occident. Il est même alors qualifié de personnage attachant ! Au XXe siècle enfin, de nouveaux auteurs prennent la liberté de faire de lui un personnage de roman. Avec Driss Chraïbi, Assia Djebar, Salim Bachi, Marek Halter et Salman Rushdie, Mahomet devient imaginaire, de plus en plus éloigné de la figure traditionnelle musulmane.

Continuer la lecture de Nedim Gürsel, La seconde vie de Mahomet. Le prophète dans la littérature, CNRS Editions, 2018 (256p., 20 €)

Sandrine Agusta-Boularot, Sandrine Huber et William Van Andringa (dir.), Quand naissent les Dieux, Coédition Ecole Française d’Athènes et de Rome, 2018 (427p., 57 €)

Quelles étaient les circonstances et motivations de la fondation des lieux de culte antiques ? Qu’est ce qui présidait au choix des dieux ? Quels étaient les agents et les processus d’exécution de la genèse des temples ? Quels étaient les critères qui prévalaient dans le choix des sites sacrés ou les modalités d’installation d’un temple sur des structures existantes ? L’enquête proposée dans cet ouvrage sur la naissance des dieux dans l’Antiquité méditerranéenne, à forte tonalité archéologique et présentant des dossiers inédits pour une grande part, permet de proposer un bilan collectif sur les multiples implications de la formation des lieux de culte dans l’Antiquité, en partant de la documentation fournie par les sanctuaires compris non pas seulement comme des lieux de culte, mais également comme des lieux de cristallisation de la mémoire collective des sociétés antiques. Un tel sujet, exploré dans le cadre d’un colloque organisé à Rome en 2015, se prêtait particulièrement bien au programme de recherches commun des Écoles françaises d’Athènes et de Rome qui proposait de réfléchir sur les lieux de culte. En partant des fouilles et études menées par les deux Écoles depuis le XIXe siècle, l’objectif annoncé de ce programme est avant tout de faire dialoguer l’Est et l’Ouest méditerranéen, souvent séparés par les cloisonnements disciplinaires de l’histoire et l’archéologie grecque et romaine, voire provinciale.