Archives de catégorie : Livres / Books

Anastassios Anastassiadis, La réforme orthodoxe Église, État et société en Grèce à l’époque de la confessionnalisation post-ottomane (1833-1940), Athènes, École française d’Athènes, (569 P. 60 €)

 
La Réforme orthodoxe est la première analyse sociohistorique complète du processus centenaire de rénovation conservatrice de l’Église orthodoxe grecque, un processus qui a vu le passage à une religion « moderne », l’innovation religieuse et l’activisme social rimer avec l’affirmation de l’intolérance sur les plans religieux et politique. S’appuyant sur des recherches approfondies dans les archives publiques et religieuses de Grèce, de France et du Vatican, ainsi que sur un éventail impressionnant de pamphlets et de périodiques publiés tout autour de la Méditerranée orientale, l’ouvrage brosse un tableau sans précédent de ce que l’on peut appeler la composante grecque-orthodoxe de la confessionnalisation ottomane tardive. Remettant en question les récits d’un lien ininterrompu entre une Église orthodoxe immuable ancrée dans la tradition et un État national grec pratiquant l’intolérance religieuse depuis sa fondation, ce livre soutient que la configuration politico-religieuse actuelle de la Grèce est le produit des transformations majeures survenues pendant l’entre-deux-guerres, lorsque le zèle des activistes orthodoxes de Grèce et de l’Empire ottoman a profité de la crise sociale et nationale dramatique qui a suivi la Katastrophi de 1922 pour finalement donner l’impulsion à ce que l’on peut appeler à juste titre la version orthodoxe de la réforme et inaugurer une modernité grecque-orthodoxe.

Ancien membre et directeur des études de l’École française d’Athènes, Anastassios (Tassos) Anastassiadis est actuellement associate professor au Département d’Histoire et d’études classiques de l’université McGill à Montréal où il occupe aussi la chaire Phrixos Papachristidis d’études grecques et gréco-canadiennes. Ses travaux portent sur la dialectique entre inertie et militantisme dans les processus de rénovation institutionnelle en Grèce et en Méditerranée orientale au long xixe siècle avec une prédilection pour les domaines de la religion et de l’éducation.


Continuer la lecture de Anastassios Anastassiadis, La réforme orthodoxe Église, État et société en Grèce à l’époque de la confessionnalisation post-ottomane (1833-1940), Athènes, École française d’Athènes, (569 P. 60 €)

Léon KONTENTE, Les Débuts de la Presse dans l’Empire Ottoman : Le Spectateur Oriental (1821-1827), Istanbul, Libra Yay., 2021, (197 p. 17€)

Les Débuts de la Presse dans l’Empire Ottoman: Le Spectateur Oriental

Le Spectateur Oriental de Smyrne (Izmir) a été le premier journal publié dans l’Empire ottoman en 1821. Or de nombreuses sources font débuter la presse à Smyrne avec le Smyrnéen en 1824. Ceci s’explique par le fait que très peu d’exemplaires de ce journal ont survécu à ce jour. Le Spectateur Oriental a été publié entre 1821 et 1827 (excepté les quelques mois où il a été remplacé par le Smyrnéen) et a changé de nom en début 1828 pour devenir le Courrier de Smyrne. A cette date il n’y avait encore aucun journal publié à Constantinople, la capitale de l’Empire ottoman.

C’est à travers cette presse étrangère que nous découvrons le Spectateur Oriental. Des dizaines de journaux, principalement francophones allant du Courrier de Gand à l’Écho du Midi de Toulouse citent le Spectateur Oriental, reproduisent ses articles, le critiquent et quelquefois approuvent ses points de vue.

Le Spectateur Oriental est aussi un témoin irréfutable de l’importance de la francophonie dans cette partie du globe. Les joutes perpétuelles qui opposent le Spectateur Oriental, à son rival l’Abeille Grecque, installée sur la côte opposée de la mer Égée, se font dans la langue de Molière, et avec une fluidité et une finesse qui surprend encore de nos jours.

Hamit BOZARSLAN, Histoire de la Turquie de l’Empire ottoman à nos jours, troisième édition actualisée, Paris, Tallandier, 2021, (704 p., 12,90€)

Histoire de la Turquie

S’étendant jadis des portes de Vienne au Yémen, de l’Algérie à l’Irak, l’Empire ottoman s’effondre en 1923 et cède la place à la république de Mustafa Kemal. Aujourd’hui, la Turquie d’Erdogan, impliquée dans de nombreuses guerres régionales, suscite des inquiétudes dans les pays occidentaux.

L’Empire ottoman connaît plusieurs siècles de conquêtes territoriales, notamment celle de Constantinople en 1453 par le sultan Mehmed II. Le règne de Suleyman le Magnifique parachève cet empire universel. Sa longévité, plus de 600 ans, est une exception dans le monde musulman. Au début du XIXe siècle, il tente de se réformer : absolutisme éclairé, règne autocratique d’Abdülhamid II, révolution jeune-turque de 1908… Après une décennie de guerre, marquée par le génocide des Arméniens, un régime autoritaire, celui de Mustafa Kemal, voit le jour. À la lumière de ces sept siècles d’histoire, Hamit Bozarslan donne à comprendre la Turquie contemporaine, incarnée par son leader islamo-nationaliste Erdogan.

Historien et politologue, Hamit Bozarslan enseigne à l’EHESS. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages tels que Une histoire de la violence au Moyen-Orient (2011), une Histoire de la Turquie. De l’Empire à nos jours (Tallandier, 2011 – Texto, 2015) et le coauteur de Comprendre le génocide des Arméniens. 1915 à nos jours (Tallandier, 2015).

Samim Akgönül, LA TURQUIE « NOUVELLE » ET LES FRANCO-TURCS, L’Harmattan, Paris, 2021 (226.P, 22,00€)

Couverture La Turquie

Depuis deux décennies, la Turquie, sous le régime dominé par Recep Tayyip Erdogan, change de peau. Les développements internes de la Turquie et ses relations avec son environnement immédiat ont un effet direct et indirect sur la communauté « turque » de France, formée non seulement par des immigrés mais aussi des générations nées et socialisées en France. Ces Franco-Turcs entretiennent des relations d’interdépendance avec la Turquie et suivent les débats politiques et sociaux turcs de très près. Ce livre est un va-et-vient entre les développements internes de la Turquie et leurs perceptions de la part des Franco-Turcs dans une perspective historique et politique.

Samim Akgönül est historien et politologue, directeur du Département d’Études turques de l’Université de Strasbourg où il enseigne la langue, l’histoire et la sociologie de la Turquie contemporaine.

Ivana Sajko, Trilogie de la désobéissance, Paris, Éditions espace d’un instant, 2021 (P.120, 12,00€)

Traduit du croate par Miloš Lazin, Anne Madelain, Vanda Mikšić et Sara Perrin Préface de Miloš Lazin.

avec le soutien de la Maison Antoine-Vitez, du Centre national du livre et du ministère de la Culture de la République de Croatie.

Au début de Rose is a rose is a rose is a rose, Ivana Sajko écrit : « Je voulais écrire sur l’amour, persuadée que c’était un thème subversif – à la fois esthétique et politique. » 

Scènes de la pomme est inspiré du récit biblique du péché originel. Est-il possible de concevoir un paradis privé dans ce monde de catastrophes ?

« Tout a été foutu en l’air et on ne peut pas le dire autrement. » Ainsi démarre la pièce Ce n’est pas nous, ce n’est que du verre, parce que « l’économie s’est effondrée comme des dominos. Le même mécanisme, la même vitesse ». 

Les textes dramatiques d’Ivana Sajko sont peuplés des perdants de la modernisation, dans leur combat pour survivre et, peut-être, aimer.

Continuer la lecture de Ivana Sajko, Trilogie de la désobéissance, Paris, Éditions espace d’un instant, 2021 (P.120, 12,00€)

François Georgeon, Au pays du raki, Le vin et l’alcool de l’Empire ottoman à la Turquie d’Erdogan, Paris, CNRS éditions, 2021 (P. 368, 25,00€)

On croit souvent qu’en terre d’islam, l’alcool se serait heurté au mur infranchissable de l’interdit religieux. Comme si le Coran – qui prohibe le vin ici-bas, mais le promet dans l’au-delà – avait réglé la question une fois pour toutes.

Comment comprendre, alors, la promotion du raki, dont la production est attestée dès le XVIe siècle, au rang de « boisson nationale » dans la Turquie moderne ? Ou le goût parfois immodéré du sultan Mahmud II pour le champagne ?

En réalité, dans une longue durée rythmée par l’alternance de périodes de prohibition et de libéralisation, vins et autres boissons alcoolisées n’ont cessé d’être consommés dans l’immense espace multiconfessionnel de l’Empire ottoman. C’est cette histoire discrète, histoire des marges et de la transgression, mais aussi de véritables « cultures du boire », qui se trouve ici révélée.

Des tavernes interlopes d’Istanbul aux libations secrètes des en passant par les vignobles de Thrace ou d’Anatolie, des rituels soufis aux éclats de la poésie bachique, des indignations plus ou moins feintes des religieux aux hésitations du pouvoir – jusque dans la Turquie actuelle –, l’alcool devient le précipité d’une vaste histoire sociale, culturelle et politique.

Épilogue de Nicolas Elias et Jean-François Pérouse,

« Boire dans la Turquie d’Erdogan »