Archives de catégorie : Littérature

Antoine Chalvin, Jean-Léon Muller, Katre Talviste et Marie Vrinat-Nikolov (dir.), Histoire de la traduction littéraire en Europe médiane, Presses Universitaires de Rennes, 2019 (434p., 30€)

Histoire de la traduction littéraire en Europe médiane. Des origines à 1989

Cet ouvrage, rédigé sur la base de contributions de 26 spécialistes de 16 langues et littératures d’Europe médiane, explore le rôle fondateur de la traduction dans la formation des littératures écrites en Europe. Il permet, pour la première fois, de mieux comprendre comment la circulation des textes traduits a contribué au fil des siècles à forger une culture polyphonique proprement européenne, un processus dans lequel cette partie du continent a joué un rôle largement méconnu.

Avec le soutien de la ville de Paris (programme émergence(s), du centre de recherches Europes-Eurasie (CREE) de l’Inalco et du CNRS (laboratoire irice).

La traduction des textes religieux

  • Les textes traduits
  • La pratique de la traduction
  • L’influence de la traduction sur la langue vernaculaire
  • Diffusion, réception, débats

La traduction et la formation de la littérature profane

  • Les textes traduits
  • Les traducteurs
  • Les modes de traduire
  • La traduction et la langue
  • La traduction et la littérature
  • La traduction et la société

La traduction et la modernité littéraire

  • Le contexte historique et socio-culturel
  • Géographie des flux de traduction
  • Les traducteurs
  • Les modes de traduire et les débats sur la traduction
  • La traduction et la littérature

Traduire sous le totalitarisme

  • Les textes traduits
  • Les traducteurs
  • Les modes de traduire et les débats sur la traduction
  • Diffusion et réception

Laurent Mignon – Professeur invité à l’EHESS

Laurent Mignon est professeur associé en langue et littérature turques à l’Université d’Oxford et est Fellow du Saint Antony’s College. Ses sujets de recherches incluent la littérature et l’histoire intellectuelle turques modernes, les littératures mineures de Turquie, la littérature socialiste, l’ésotérisme et les formes de spiritualités alternatives, ainsi que la réception de la poésie japonaise en Turquie.

Il est invité dans le cadre du Programme Professeurs invités de l’EHESS, sur proposition de Nathalie CLAYER (CETOBaC).

CONFÉRENCES

« “Dieu créa l’univers et l’homme Dieu” : La dissidence religieuse dans la littérature sépharade de langue turque »

Dans le cadre du séminaire « Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du sud-est aux XIXe-XXIe siècles », organisé par Nathalie Clayer et Fabio Giomi. 

Après une courte présentation de la genèse de la littérature judéo-turque en Turquie ottomane, j’aborderai les écrits politico-religieux d’Avram Naon, Isak Ferera et Mahir Ruso publiés dans le contexte de la revue progressiste Mir’ât (Le miroir, 1909) et leur influence à l’époque républicaine. Leur humanisme d’inspiration religieuse se voulait un défi à la fois aux autorités politiques et religieuses.

  • Lundi 25 mars 2019, de 17h à 19h, EHESS, salle 7, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

« Yahya Kemal Beyatli : Mythes et mythologies »

Dans le cadre du séminaire « Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du sud-est aux XIXe-XXIe siècles », organisé par Nathalie Clayer et Fabio Giomi.

Le poète et essayiste Yahya Kemal Beyatlı est lu aujourd’hui comme le chantre de la civilisation turco-ottomane et l’auteur d’une poésie néoclassique où se rencontrent Baki et Baudelaire, Nedim et Moréas. Pourtant outre des textes et poèmes qui expriment une nostalgie certaine pour un islam populaire turco-ottoman, d’autres textes chantent les dieux et délices de la Grèce et de la Rome antiques. Cette conférence propose de dresser le portrait du poète entre son mythe et sa passion pour la mythologie.

  • Lundi 1er Avril 2019, de 17h à 19h, EHESS, salle 7, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

« Les haïkus de Kikaku entre Emile Steinhilber-Oberlin et Orhan Veli. »

Dans le cadre des Rencontres du CETOBaC avec l’INaLCO

L’histoire du haïku en Occident est le produit de rencontres entre modernismes littéraires et traditions japonaises. Bien que moins étudiée, la situation turque est similaire. Le poète avant-gardiste Orhan Veli Kanık découvrit le haïku durant les années 30 à travers les traductions du poète Takarai Kikaku réalisées par Kuni Matsuo and Emile Steinilber-Oberlin, ouvrant ainsi de nouvelles voies pour sa quête minimaliste.

  • Vendredi 5 avril 2019, de 9h30 à 11h, INaLCO, Auditorium du Pôle des langues et civilisations, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris

« Écrire une histoire alternative de la littérature ottomane »

Dans le cadre du séminaire de Timour Muhidine (INaLCO).

A l’aube de la guerre des Balkans (1912-13), l’écrivain anarchisant Baha Tevfik invitait les intellectuels à se libérer du « joug du passé et de la nationalité. » Dans les pas de Tevfik, je m’interrogerai sur les conséquences de cette invitation pour les historiens de la littérature turco-ottomane en évoquant les littératures mineures, la place de la littérature missionnaire ainsi que l’impact de la « révolution des lettres » de 1928 sur l’historiographie littéraire.

  • Jeudi 11 avril 2019, de 17h à 19h, BULAC, salle RJ 23, 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris (la date de la conférence a changé)

Rencontres du CETOBaC avec l’INaLCO

Vendredi 5 avril 2019, de 9h à 18h, Auditorium du Pôle des langues et civilisations, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris

9h : Accueil

9h15 : Introduction

Marc AYMES, CNRS / CETOBaC

Alexandre TOUMARKINE, INaLCO / CERMOM

9h30-11h : La littérature et le contemporain

Présidence : Timour MUHIDINE, INaLCO / CERMOM

Laurent MIGNON, Université d’Oxford, professeur invité de l’EHESS

Les haïkus de Kikaku entre Emile Steinhilber-Oberlin et Orhan Veli

Marie VRINAT-NIKOLOV, INaLCO / CREE

Les langues ignorées de l’espace littéraire bulgare

Madalina VARTEJANU-JOUBERT, INaLCO / CERMOM

Textes anciens et méthodes contemporaines

11h : Pause

11h30-13h00 : Le religieux et le laïc

Présidence : Chantal VERDEIL, INaLCO / CERMOM

Marcella RUBINO, Université Paris 1

Violence et religion dans l’œuvre de Yusuf Zaydan : projet sociétal, projet littéraire

Çiğdem OGUZ, Université de Naples Frédéric II, associée au CETOBaC

Rethinking the Late Ottoman Intellectual History from the Perspectives of Global History and histoire croisée : The Journey of “Morale Laïque” in the Late Ottoman Empire

Francesco CHIABOTTI, INaLCO / CERMOM

Comment être islamologue en France aujourd’hui ?

13h : Déjeuner

14h30-16h00 : Espaces des migrants

Présidence : Stéphane SAWAS, INaLCO / CERLOM

Ségolène DÉBARRE, Université Paris 1 / Géographie-Cités

Gaye PETEK, fondatrice de l’association ELELE – Migrations et cultures de Turquie

Écrire sur l’histoire des migrations turques en France

Sophie HOHMANN, INaLCO / CREE

Migrations des Suds (Asie centrale et Caucase Sud) vers les régions arctiques

Charlotte WATELET, EHESS / CETOBaC

Des Kurdes parmi les Kurdes. Ethnographie d’un camp de réfugiés

16h : Pause

16h30-18h00

En présence de Nawar BULBUL, auteur et metteur en scène de la pièce Safînat al-hubb

Projection du film Safînat al-hubb / Love Boat, écrit et réalisé par Ma’an Mouslli, 2016suivie d’une discussion avec la salle animée par Frédéric HITZEL, CNRS / CETOBaC

18h : Cocktail de clôture

Contrats doctoraux fléchés 2019 – 2022

Dans le cadre du soutien apporté aux actions de coopération internationale, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) propose un dispositif de contrats doctoraux fléchés à l’international (ACI). Ce dispositif peut bénéficier à tout doctorant dont les recherches s’inscrivent dans le cadre des programmes scientifiques d’une des cinq Écoles françaises à l’étranger : École française d’AthènesÉcole française de Rome, Institut français d’Archéologie orientaleÉcole française d’Extrême-Orient, Casa de Velazquez (École des hautes études hispaniques). (Pour en savoir plus)

 Les dossiers de candidatures doivent parvenir directement à chacune des EFE concernée, sous forme d’un document PDF unique comprenant:
 
– un projet de thèse de cinq pages au maximum;
– le CV du candidat pressenti pour entreprendre cette recherche;
– une lettre de présentation du ou des directeur(s) de thèse pressenti(s) ;
– l’avis du directeur de l’ED.
 
Conformément à ses statuts, l’École française d’Athènes « développe en Grèce et à Chypre, où elle dispose de missions permanentes, ainsi que dans les Balkans, des recherches dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours. ». Elle peut donc accueillir en septembre 2019 et pour une durée de trois ans un doctorant travaillant dans ces champs géographiques et chronologiques.
 
Les documents devront être envoyés sous format électronique (PDF unique) à l’adresse candidatures@efa.gravant le 30 avril 2019 à 15h00 (heure de Paris). Les résultats seront transmis au cours du mois de juin, avant la réunion des conseils des Écoles doctorales pour l’attribution des contrats ministériels.

Veuillez prendre note que cette allocation vient s’ajouter au contingent d’allocations dont dispose chaque École Doctorale : elle constitue donc à la fois un renforcement de l’aide aux jeunes chercheurs et un soutien à la recherche française à l’étranger. Pour l’EFA c’est aussi l’occasion de renforcer le partenariat avec les universités françaises.

INGRID THOBOIS, MISS SARAJEVO, EDITIONS BUCHET-CHASTEL, 2018 (224 P., 16 €)

Printemps 1993. Joaquim, vingt ans, débarque au milieu de Sarajevo assiégée. Armé de son seul appareil photo, il cherche à échapper à son enfance et à se confronter à la mort. Cette mort que vient de choisir sa jeune sœur Viviane, fatiguée d’expier dans l’anorexie un tabou familial jamais levé.

Été 2017. Joaquim apprend le décès de son père. Le temps d’un Paris-Rouen, lui reviennent en rafales les souvenirs de sa famille bourgeoise, apparemment sans défaut, verrouillée autour de son secret. En contrepoint, il revit les mois passés à Sarajevo, qui lui ont permis de se soustraire à l’emprise du passé et d’inventer sa vie. Mais peut-on réellement se libérer du fardeau familial ? Quel est, au bout du compte, le prix du non-dit ?

Un roman qui mêle la grande et la petite histoire, et interroge la façon dont l’individu peut construire, en dépit des secrets de famille, son propre rapport à la vie.