Archives de catégorie : Littérature

Samim Akgönül, Dictionnaire insolite de la Turquie, Cosmopole, Paris 2021 (160 P., 11€)

Plus qu’un pays de contrastes, la Turquie est un pays de contradictions. Ceci dit, elle offre une telle diversité de paysages, de populations, de saveurs, de mélodies qu’il est impossible de la définir et la décrire de manière monolithique. Au détour de cérémonies, de projets fous et de savoureuses expressions, Samim Akgönül donne à découvrir des poètes et des musiciens, de fortes personnalités contemporaines, la figure du bakkal, Hodja, Sinan, Adıvar et Loti. Allons voir les mots tavla, arabesk, commérage, börek, çiğ köfte ou encore kolonya… et, comme on dit en turc, haydi bakalım !

Au-delà des guides touristiques, les dictionnaires insolites vous font voyager par les mots et aident à briser les idées reçues.

Études Balkaniques 2021/1 (n° 25), Mémoire et identité nationales : 1821-2021

Table des Matières

Kostas Théologou, Introduction, La nation est-elle un principe spirituel ? Réflexions sur la mémoire collective et l’identité nationale

Gordana Blagojević,  La Première Guerre mondiale et l’identité nationale serbe à travers le prisme des lieux de sépultures militaires serbes en Grèce.

Una Popović, Entre les deux mondes : la création en cours de l’identité personnelle et nationale.

Kostas Théologou, Mémoire collective, rituels et performances dans la Grèce moderne : les danses traditionnelles du sacrifice

Ivana Jevtić, L’Héritage artistique des Paléologues et l’art orthodoxe pendant l’époque ottomane : les portraits des sages grecs.

Amir Muzur et Iva Rinčić, La relation à Ivo Andrić et à son héritage littéraire comme reflet des tensions entre trois nations balkaniques.

Georgios Arabatzis, Le spectre de Byzance chez Markos Renieris : orientalisme et sciences humaines.

Boris B. Brajovic, Anthropos polytropos et hypermnésie

Angeliki Konstantakopoulou, La formation et la mémoire de l’État bulgare revisitées.

Ivica Kelam et Ivana Ivančić Medved, Traumatisme et nostalgie pendant la transition démocratique. L’exemple de la République de Croatie.

Iordanis Koumasidis, La mémoire nationale du xixe siècle dans les romans grecs contemporains : Aris Sfakianakis et Vangelis Bekas.

Quatrièmes Rencontres d’Etudes Balkaniques (30 juin-2 juillet 2022, MUCEM)

[English below]

Nous avons le plaisir de vous informer de la tenue des Quatrièmes rencontres d’études balkaniques, organisées par l’Association française d’études sur les Balkans (AFEBalk), au MUCEM, à Marseille, du 30 juin au 2 juillet 2022. La thématique choisie pour cette édition est “Balkans connectés”.

Le colloque vise à rassembler les forces vives de la recherche sur les Balkans. Il est ouvert à toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. Nous invitons donc toutes les personnes intéressées par cette manifestation à soumettre leurs propositions de communication ou de panel avant le 7 janvier 2022.

Vous trouverez le texte de l’appel à communication, les thématiques privilégiées et toutes les informations pour soumettre vos propositions à l’adresse suivante : https://etudesbalk4.sciencesconf.org   

Attention: la création d’un compte sciencesconf est obligatoire pour soumettre une proposition.

Au plaisir de vous retrouver à Marseille, 

Bien cordialement,

###

Dear colleagues,

We are pleased to announce the upcoming Fourth Conference in Balkan Studies. Organized by the French Association of Balkan Studies (AFEBalk), they will be held at the MUCEM, in Marseille between June 30 and July 2, 2022. The theme chosen for this edition is “Connected Balkans”.

The 2022 edition aims to bring together the driving forces of research on the Balkans in the frame of a conference open to all relevant disciplines of the Humanities and Social Sciences. We therefore invite all those interested in this event to submit their individual paper or panel proposals before January 7, 2022.

Prospective applicants can read the call, consult the large thematic scope and submit their proposals via the following link: https://etudesbalk4.sciencesconf.org    

Please note that creating a sciencesconf account is mandatory for proposal submission.

We look forward to seeing you in Marseille,

Ivana Sajko, Trilogie de la désobéissance, Paris, Éditions espace d’un instant, 2021 (P.120, 12,00€)

Traduit du croate par Miloš Lazin, Anne Madelain, Vanda Mikšić et Sara Perrin Préface de Miloš Lazin.

avec le soutien de la Maison Antoine-Vitez, du Centre national du livre et du ministère de la Culture de la République de Croatie.

Au début de Rose is a rose is a rose is a rose, Ivana Sajko écrit : « Je voulais écrire sur l’amour, persuadée que c’était un thème subversif – à la fois esthétique et politique. » 

Scènes de la pomme est inspiré du récit biblique du péché originel. Est-il possible de concevoir un paradis privé dans ce monde de catastrophes ?

« Tout a été foutu en l’air et on ne peut pas le dire autrement. » Ainsi démarre la pièce Ce n’est pas nous, ce n’est que du verre, parce que « l’économie s’est effondrée comme des dominos. Le même mécanisme, la même vitesse ». 

Les textes dramatiques d’Ivana Sajko sont peuplés des perdants de la modernisation, dans leur combat pour survivre et, peut-être, aimer.

Continuer la lecture de Ivana Sajko, Trilogie de la désobéissance, Paris, Éditions espace d’un instant, 2021 (P.120, 12,00€)

Erol Özkoray, Déconstruction, Éditions Thaddée, 2019 (164 p., 20€)

Comment comprendre la Turquie contemporaine au-delà des clichés flatteurs – fidèle alliée de l’OTAN, incarnation modèle d’un islam tolérant – que diffuse à outrance l’une des plus grandes destinations touristiques internationales ? Un immense défi, car comme l’explique le héros de ce roman en partie autobiographique, la Turquie moderne et laïque, fondée par Mustafa Kemal en 1923 sur les ruines de l’Empire ottoman, est bâtie sur toute une infrastructure de mensonges abyssaux : des origines raciales délirantes mystifiant une race turque autochtone pure, à la négation d’une série de génocides, en particulier celui des Arméniens. Sans oublier leurs immenses biens spoliés, un butin qui a permis de financer en partie la guerre d’indépendance et de constituer de grandes fortunes qui ont perduré.

Dans cette découverte de la Turquie par sa « déconstruction «, le lecteur aura pour guide Cem Aren, un jeune journaliste turc formé à l’école française. Il n’aura de cesse de démasquer ces mensonges d’Etat et de lutter pour faire triompher la vérité et la justice. Dans ses tribulations romanesques entre deux villes cardinales, Istanbul et Paris, il nous replonge dans les bouillonnantes années 1970 et 1980, et nous livre toute une série de révélations : la genèse du coup d’Etat de 1980, le nettoyage de toutes les mentions du génocide des Arméniens dans les archives ottomanes, l’affaire iranienne, les «passeports Mitterrand»…

Erol Özkoray, journaliste politique auprès des grands médias turcs et français, auteur de nombreux essais, lutte depuis 30 ans pour la défense des libertés en Turquie. Il est aussi l’un des tous premiers intellectuels turcs à avoir milité pour la reconnaissance du génocide des Arméniens. Élève du lycée francophone Galatasaray, il étudie ensuite à Sciences Po Paris. Harcelé par les tribunaux en Turquie, il réside à Paris et Stockholm.

Avec Déconstruction, il se lance dans un nouveau genre, le roman.

Arnoux-Farnoux, Lucile, Kosmadaki, Polina et Jollivet, Servanne (Dir.), Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939), Ecole Française d’Athènes, 2018 (486P.,45€)

« Paris m’a ouvert les yeux » écrit le sculpteur grec Apartis, élève de Bourdelle, arrivé dans la capitale française en 1919. « C’est l’Acropole qui a fait de moi un révolté », déclare pour sa part Le Corbusier en 1933. Nous saisissons là l’essence même du « double voyage » : durant l’entre-deux-guerres, intellectuels et artistes traversent la Méditerranée orientale dans les deux sens, d’Athènes à Paris et de Paris à Athènes, chacun puisant dans ce va-et-vient fécond ce qui lui manque : les Grecs viennent se former à Paris et se frotter aux grands courants artistiques du moment, les Français partent en Grèce à la recherche d’une Antiquité renouvelée et découvrent un pays qu’ils ne soupçonnaient pas.
Le poète Séféris, le romancier Théotokas, l’architecte Pikionis, le compositeur et chef d’orchestre Mitropoulos, tous sont passés par Paris, où deux Grecs, Christian Zervos et Tériade, jouaient un rôle déterminant au sein des avant-gardes artistiques. Dans l’autre sens, des personnalités aussi diverses que les architectes Ernest Hébrard et Le Corbusier, le photographe Eli Lotar, le sculpteur Ossip Zadkine, ou encore l’écrivain Raymond Queneau, ont trouvé en Grèce les éléments d’une autre modernité, tandis que Roland Barthes, venu en 1937 jouer Les Perses d’Eschyle avec les étudiants de la Sorbonne, éprouve à Athènes un trouble dont, comme Freud, il se souviendra quarante plus tard.
Le double voyage est issu d’un programme franco-grec de recherche pluridisciplinaire qui exploite de nombreuses sources documentaires inédites ; il offre un aperçu de la richesse et de la variété des échanges littéraires et artistiques entre les deux pays durant l’entre-deux-guerres et vient combler une lacune dans un domaine de l’histoire culturelle encore très peu exploré. S’adressant aussi bien au chercheur spécialisé, qui y trouvera une bibliographie très complète et des données nouvelles, qu’au lecteur de bonne volonté, qui y découvrira un sujet passionnant, il a pour ambition de devenir un ouvrage de référence pour un public très large, en France comme en Grèce.