Archives de catégorie : Littérature

Erol Özkoray, Déconstruction, Éditions Thaddée, 2019 (164 p., 20€)

Comment comprendre la Turquie contemporaine au-delà des clichés flatteurs – fidèle alliée de l’OTAN, incarnation modèle d’un islam tolérant – que diffuse à outrance l’une des plus grandes destinations touristiques internationales ? Un immense défi, car comme l’explique le héros de ce roman en partie autobiographique, la Turquie moderne et laïque, fondée par Mustafa Kemal en 1923 sur les ruines de l’Empire ottoman, est bâtie sur toute une infrastructure de mensonges abyssaux : des origines raciales délirantes mystifiant une race turque autochtone pure, à la négation d’une série de génocides, en particulier celui des Arméniens. Sans oublier leurs immenses biens spoliés, un butin qui a permis de financer en partie la guerre d’indépendance et de constituer de grandes fortunes qui ont perduré.

Dans cette découverte de la Turquie par sa « déconstruction «, le lecteur aura pour guide Cem Aren, un jeune journaliste turc formé à l’école française. Il n’aura de cesse de démasquer ces mensonges d’Etat et de lutter pour faire triompher la vérité et la justice. Dans ses tribulations romanesques entre deux villes cardinales, Istanbul et Paris, il nous replonge dans les bouillonnantes années 1970 et 1980, et nous livre toute une série de révélations : la genèse du coup d’Etat de 1980, le nettoyage de toutes les mentions du génocide des Arméniens dans les archives ottomanes, l’affaire iranienne, les «passeports Mitterrand»…

Erol Özkoray, journaliste politique auprès des grands médias turcs et français, auteur de nombreux essais, lutte depuis 30 ans pour la défense des libertés en Turquie. Il est aussi l’un des tous premiers intellectuels turcs à avoir milité pour la reconnaissance du génocide des Arméniens. Élève du lycée francophone Galatasaray, il étudie ensuite à Sciences Po Paris. Harcelé par les tribunaux en Turquie, il réside à Paris et Stockholm.

Avec Déconstruction, il se lance dans un nouveau genre, le roman.

Arnoux-Farnoux, Lucile, Kosmadaki, Polina et Jollivet, Servanne (Dir.), Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939), Ecole Française d’Athènes, 2018 (486P.,45€)

« Paris m’a ouvert les yeux » écrit le sculpteur grec Apartis, élève de Bourdelle, arrivé dans la capitale française en 1919. « C’est l’Acropole qui a fait de moi un révolté », déclare pour sa part Le Corbusier en 1933. Nous saisissons là l’essence même du « double voyage » : durant l’entre-deux-guerres, intellectuels et artistes traversent la Méditerranée orientale dans les deux sens, d’Athènes à Paris et de Paris à Athènes, chacun puisant dans ce va-et-vient fécond ce qui lui manque : les Grecs viennent se former à Paris et se frotter aux grands courants artistiques du moment, les Français partent en Grèce à la recherche d’une Antiquité renouvelée et découvrent un pays qu’ils ne soupçonnaient pas.
Le poète Séféris, le romancier Théotokas, l’architecte Pikionis, le compositeur et chef d’orchestre Mitropoulos, tous sont passés par Paris, où deux Grecs, Christian Zervos et Tériade, jouaient un rôle déterminant au sein des avant-gardes artistiques. Dans l’autre sens, des personnalités aussi diverses que les architectes Ernest Hébrard et Le Corbusier, le photographe Eli Lotar, le sculpteur Ossip Zadkine, ou encore l’écrivain Raymond Queneau, ont trouvé en Grèce les éléments d’une autre modernité, tandis que Roland Barthes, venu en 1937 jouer Les Perses d’Eschyle avec les étudiants de la Sorbonne, éprouve à Athènes un trouble dont, comme Freud, il se souviendra quarante plus tard.
Le double voyage est issu d’un programme franco-grec de recherche pluridisciplinaire qui exploite de nombreuses sources documentaires inédites ; il offre un aperçu de la richesse et de la variété des échanges littéraires et artistiques entre les deux pays durant l’entre-deux-guerres et vient combler une lacune dans un domaine de l’histoire culturelle encore très peu exploré. S’adressant aussi bien au chercheur spécialisé, qui y trouvera une bibliographie très complète et des données nouvelles, qu’au lecteur de bonne volonté, qui y découvrira un sujet passionnant, il a pour ambition de devenir un ouvrage de référence pour un public très large, en France comme en Grèce.

Alexander Manuiloff, L’État, éditions l’Espace d’un instant, 2019 (84 P. 11€)

Traduit de l’anglais par Nathalie Bassand, Préface de Tim Etchells

Début 2013, Plamen Goranov, photographe et alpiniste bulgare, est l’un des chefs de file des manifestations qui se déroulent en Bulgarie, en protestation contre la pauvreté, la corruption et la faillite de l’État. Le 19 février, à Varna, il déclare publiquement qu’il s’immolera le lendemain à 17 heures si l’administration locale refuse de démissionner. Le lendemain, il met ses menaces à exécution, avec plusieurs heures d’avance, sans laisser aucune lettre. Plus d’une douzaine d’immolations dans l’espace public suivront. Son destin évoque naturellement ceux de Jan Palach, après l’écrasement du printemps de Prague, ou du Tunisien Mohamed Bouazizi, déclencheur des printemps arabes.
L’État parle de Plamen Goranov, le premier à s’être immolé en Bulgarie, mais parle de nous aussi, des États que nous créons et de l’état dans lequel nous sommes aujourd’hui..

Alexander Manuiloff est un auteur, dramaturge, scénariste et journaliste bulgare, qui vit actuellement à Sofia. Ses œuvres pour le théâtre et le cinéma ont été programmées à Cannes, Carthage, Istanbul, Moscou, Prague, ainsi qu’à Berlin, au Theatertreffen Festival, à New York, où il a collaboré avec le collectif allemand Rimini Protokoll, et à Paris, où L’État a été présenté au festival L’Europe des théâtres en 2017.

GAZMEND KAPLLANI, LE PAYS DES PAS PERDUS, PARIS, ÉDITIONS INTERVALLES, 2019 (192 p. 17€)

KTraduit du grec par Françoise Bienfait

LE LIVRE
Karl et Frederick, deux frères que tout oppose nés dans une mêmeville d’Albanie, se retrouvent à la mort de leur père après plus de deux
décennies de séparation. Brutalement confrontés à leurs différences,
le nationaliste enraciné et l’écrivain cosmopolite vont devoir faire
face au passé de leur famille et de cet étrange territoire, cristallisant à
travers leur confrontation l’histoire chaotique des Balkans et de
l’Europe des XXe et XXIe siècles.
Gazmend Kapllani a composé avec Le Pays des pas perdus un
roman à couper le souffle qui illustre brillamment les dilemmes
individuels et collectifs traversant l’Europe d’aujourd’hui.

L’AUTEUR
Gazmend Kapllani est né en 1967 en Albanie et a vécu en Grèce de
1991 à 2012. Romancier, dramaturge, poète et éditorialiste reconnu, il
est traduit dans de nombreuses langues. Ses ouvrages Petit journal de
bord des frontières (Intervalles, 2012), Je m’appelle Europe (Intervalles,
2013), et La Dernière Page (Intervalles, 2015) font résonner les thèmes
des frontières et de la migration, des totalitarismes et de l’histoire
complexe des Balkans. Ardent défenseur des droits de l’homme, de la
justice et des minorités, il s’installe aux États-Unis en 2012 et réside
actuellement à Boston, où il enseigne l’écriture créative et l’histoire
européenne.

TROISIÈMES RENCONTRES D’ÉTUDES BALKANIQUES – VILLES DES BALKANS / THIRD BALKAN STUDIES CONFERENCE – CITIES OF THE BALKANS

Troisièmes Rencontres d’Études Balkaniques / Third Balkan Studies: Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales

12 – 14 septembre 2019, Mucem (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) – Entrée I2MP, Marseille

Programme/Program

Inscription au Colloque: veuillez envoyer un mail à i2mp@mucem.org

Conference registration: please send a mail to i2mp@mucem.org

REVUE BALKANOLOGIE, CIRCULATIONS ET RECONFIGURATIONS DES POUVOIRS DANS LES BALKANS

Deadline: 31 juillet / July 31st 

Download CfP-Balkanologie_Spec_Issue_Circulations

Balkanologie. Revue d’études interdisciplinairesest éditée par l’Association française d’études sur les Balkans. Elle publie des recherches en sciences humaines et sociales sur les Balkans depuis la période ottomane jusqu’à nos jours. Son orientation est pluridisciplinaire et son objectif est de contribuer à une meilleure compréhension du monde balkanique contemporain. C’est une revue à comité de lecture qui publie des articles en français et en anglais.

Après plusieurs années d’interruption, Balkanologie. Revue d’études pluridisciplinaires redémarre et lance un appel pour un numéro sur le thème des circulations. Les contributions aborderont l’analyse des mouvements de personnes, d’idées et de biens qui affectent les sociétés du Sud-est européen (migrations, mobilités, tourisme, réseaux, diasporas) en tant que processus sociaux à la fois globaux et locaux. L’approche par les circulations cherchera à dépasser le « nationalisme (ou le régionalisme) méthodologique » (Dumitru 2014) pour mieux saisir les enjeux mondialisés qui traversent des espaces et des sociétés souvent présentés sous l’angle de leur spécificité au travers d’une vision encore empreinte de balkanisme (Todorova 2011).

Au carrefour du local et du global, l’étude de ces processus peut conduire à interroger les allégeances nationales traditionnelles et le redéploiement des cadres de l’État régulièrement mis en cause par les théories néo-libérales, ainsi que le jeu des instances supranationales comme les revendications locales. Il s’agirait alors d’observer les conditions particulières de la reconfiguration des logiques de pouvoirs dans les pays des Balkans à la lumière de processus globaux qui voient la confrontation entre structures stato-centrées (État-nations) et structures multi-centrées (entités supranationales, migrants, diaspora, réseaux marchands, etc.).

Dans ce mouvement, les contributions pourront soulever différents questionnements : dans quelle mesure certains groupes linguistiques ou religieux s’inscrivent-ils dans des démarches d’affirmation ou de revendications particularistes ? Quelles incidences sur les grands récits et quel impact sur les relations majorité/minorité ? Ces grandes transformations ne polarisent-elles pas les débats autour de la place des appartenances entre reconnaissance de la diversité culturelle et crainte du communautarisme ? Cette dialectique (entre particularisme et intégration) peut aussi être interrogée sous un angle de géopolitique régionale et de transformations des rapports politiques à l’échelle de la Méditerranée. Les investissements turcs et russes dans la région, ou encore la présence militaire américaine, rappellent la place de la péninsule balkanique sur l’échiquier géopolitique mondial.

A cet égard, les migrations et mobilités récentes qui traversent la région ne peuvent-elle pas apparaître à la fois comme un révélateur et un catalyseur de reconfiguration des échelles de pouvoir dans les Balkans ? Dans ce contexte quelle place pour l’Union européenne, qui émerge comme un acteur majeur de l’établissement et de la diffusion de normes régissant les circulations comme c’est le cas avec le contrôle migratoire ? Vecteurs de tensions et de crispations, mais aussi de formes de solidarité et de résistance à une autorité du contrôle, dans quelle mesure les circulations nous aident-elles à comprendre les nouvelles formes de « pouvoirs » dans leurs différentes acceptions ainsi que les forces alternatives, les processus de fragmentation, pluralisation, redistribution ou contestation ?

Ce numéro est coordonné par Guillaume Javourez et Laurence Pillant (Aix-Marseille Université). Les propositions d’articles (titre et résumé de 500 mots) seront envoyées à : g.javourez@gmail.com avant le 31 juillet 2019.


Balkanologie Revue d’études interdisciplinaires is published by the French Association of Balkan Studies. The journal publishes research articles in social sciences on the Balkans from the Ottoman period to the present day. Its orientation is multidisciplinary and its objective is to contribute to a better understanding of the contemporary Balkan world. It is a peer-reviewed journal that publishes articles in both French and English.

After a break of several years, Balkanologie, Revue d’études interdisciplinaires is being restarted and is preparing a thematic issue edited by Guillaume Javourez and Laurence Pillant. Proposals (title and 500 words abstract) will be sent to g.javourez@gmail.com before July 31st 2019.

Focusing on circulations, this thematic issue investigates how movements of persons, ideas, and goods that take place in South-East European societies are strongly intertwined with both local and global social processes – in terms of migrations, mobilities, tourism, networks, and diasporas. With the notion of circulation, we seek to go beyond “methodological nationalism (or regionalism)” (Dumitru 2014) in order to better grasp the globalized issues at stake in the area, which are often analyzed through the lens of exceptionalism and Balkanism (Todorova 2011).

At the crossroads of the local and the global, the study of these processes leads to questioning traditional national allegiances and the redeployment of State’s frames that are regularly challenged by neo-liberal theories, as well as the role and practices of supranational institutions and local claims. It is then necessary to observe the particular conditions that lead to reshape the logics of power in Balkan countries, in the light of global processes that see the confrontation between state-centered structures (nation States) and multi-centered structures (supranational entities, migrants, diaspora, merchant networks, etc.)

In this perspective, contributions could raise several questions: to which extend are some linguistic or religious groups parts of affirmation processes or particularistic claims? What are the consequences on the main narratives and how do they impact the majority/minority relationships? Do these major transformations polarize the debates about place of belongings between recognition of cultural diversity and fear of communitarianism? That dialectic (between particularism and integration) can also be questioned from a perspective of regional geopolitics and transformation of political relations on the Mediterranean scale. Turkish and Russian investments in the area or the military presence of the US remind us that the Balkan peninsula is firmly located on the world geopolitical chessboard.

Can migrations and mobilities across the region reveal and catalyze the way scales of power are reconfigured in the Balkans? In that context, what about the European Union, that emerged as a major actor in the establishment and spread of norms and standards regulating circulations as in the case of migration control? As vectors of tensions but also solidarity and resistance to a control authority, how do circulations help us to understand new forms of “powers” in their different meaning as well as the alternative forces, fragmentation processes, pluralization, redistribution or contestation?