Archives de catégorie : Histoire

1968 en Europe médiane/centrale (vendredi le 28 septembre 2018)

Colloque international

28 septembre, Salle des Actes à la Sorbonne (17, rue de la Sorbonne, Paris)

9 h 30 – 13 h

Antoine Marès (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Paweł Rodak (Sorbonne Université), Accueil

Présidence : Paweł Rodak (Sorbonne Université)

Jerzy Eisler (IPN, Varsovie), L’année 1968 à l’Est et à l’Ouest – les principales similitudes et différences

Patrick Pleskot (IPN, Varsovie),  Les réactions de l’OTAN à l’invasion de la Tchécoslovaquie en 1968

Présidence : Justine Faure (Université de Lille)

Jacques Rupnik (Sciences Po, Paris),  Utopie versus ‘normalité’: le Printemps de Prague revisité

Miroslav Novák (Cevro Institut, Prague), La place du réformisme communiste au cours du Printemps de Prague dans une perspective comparatiste

Déjeuner

15 h 00  – 19 h 00

Présidence : Antoine Marès

Irina Gridan (Inalco), 1968 en Roumanie : la tentation patriotique à l’épreuve des pressions soviétiques

Blażej Brzostek (Université de Varsovie), Varsovie et Bucarest : deux régimes face au défi de 1968

Françoise Mayer (Université de Montpellier),Siwiec, Palach: un geste, deux réceptions

Paul Gradvohl (Université de Lorraine), 1968, une année hongroise contradictoire 

Sacha Markovic (Paris-Sorbonne/ISP Nanterre), 1968 en Yougoslavie: entre nationalismes et désillusions révolutionnaires

Les personnes extérieures à l’Université sont priées de s’inscrire à l’adresse mail : centre-civilisation-polonaise@sorbonne-univesrite.fr (jusqu’au 25 septembre)

Continuer la lecture de 1968 en Europe médiane/centrale (vendredi le 28 septembre 2018)

BOURSES-FELLOWSHIPS 2019, ECOLE FRANÇAISE D’ATHÈNES

Date limite pour déposer votre candidature: 20 octobre 2018
Un accusé de réception sera envoyé pour tous les dossiers complets.

Le dossier de candidature comprendra les 5 éléments ci-dessous :

  • Une fiche de renseignements (saisie en ligne)
  • Un curriculum vitae
  • Une description de la recherche entreprise pour le doctorat *
  • Un projet de travail détaillé pour la durée de la bourse sollicitée *
  • Un rapport motivé du professeur dirigeant les recherches du candidat et éventuellement d’autres recommandations

    *Taille maximale de ces pièces : 10 000 caractères (espaces compris) chacune.

Pour en savoir plus.

ÉCHANGES ET CONFLITS EN MÉDITERRANÉE (1492-1830)

Date: Vendredi 14 septembre de 9h à 18h

Adresse: Maison de la Recherche, Salle Claude Simon, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Si la Méditerranée a longtemps été un espace propice aux rencontres et aux échanges entre les peuples, elle a été aussi un lieu d’antagonismes et d’affrontements. Les échanges et les conflits ont été très variés et de toute nature : religieux, politiques, diplomatiques, juridiques et culturels. Les affrontements armés autour de la Méditerranée se sont déroulés sur terre et sur mer. Échanges pacifiques ou conflits armés, ces contacts ont durablement marqué les peuples et façonné l’histoire de la Méditerranée.

Nous proposons dans le cadre d’une journée d’étude de mettre en perspective un certain nombre de cas significatifs comme autant de pistes de réflexion que l’on espère novatrices. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous souhaitons à travers cette journée aborder des problématiques diverses qui donneront lieu à la confrontation de points de vue pluridisciplinaires.

Programme de la Journée d’études

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des « aires culturelles » Les espaces ottomans, turcs, balkaniques et centrasiatiques comme laboratoire

Paris, 15 février 2019 – CETOBAC / EHESS

Pour la version PDF cliquez sur AAC JD CETOBAC 15.02.2019

La journée doctorale portera sur les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. L’objectif de cette journée sera de questionner les liens existants entre les éléments au coeur de la formation des identités des individus et des groupes sociaux – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. Elle a également pour but d’identifier des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les différents espaces étudiés.

Si la transdisciplinarité – notamment pertinente en ce qui concerne les questions identitaires – est aujourd’hui au coeur des discours et des agendas de la recherche scientifique, sa mise en oeuvre concrète semble bien plus complexe. Dans ce contexte, l’étude des aires culturelles, malgré le fait qu’elle ait subi de nombreuses critiques, se révèle être particulièrement propice aux approches trans-régionale et transnationale ainsi qu’à la transdisciplinarité. En établissant un lieu de rencontre entre historiens, sociologues, anthropologues et politologues qui travaillent sur les mêmes espaces, nous aspirons à dépasser les champs de spécialisation pour ouvrir le débat sur les questions d’identités, de croyances et de pouvoir. L’enjeu est « d’enjamber les cloisonnements institutionnels et intellectuels » (Chevrier, 2003) afin d’identifier des catégories d’analyse communes nécessaires à un penser-ensemble.

Nous invitons donc les doctorant.e.s travaillant sur les espaces concernés à explorer :

– la fabrication des identités, souvent encore perçues comme fixes et inamovibles,

– la frontière entre identité et croyance, souvent brouillée,

– la formation de groupes ou mouvement sociaux,

– et/ou les circulations entre les différents espaces.

Modalités de soumission

Les doctorant.e.s sont invité.e.s à présenter leur recherche en lien avec la thématique de la journée doctorale. Cela peut être une présentation des sources, de la méthodologie, d’un chapitre de la thèse ou de tout autre volet de leur travail en cours. Il s’agit d’une journée doctorale proposée par le CETOBaC mais ouverte à tout.e participant.e travaillant sur les espaces en question.

Les participant.e.s peuvent envoyer un texte de 500 mots incluant: une présentation de soi (le nom du directeur/directrice de recherche, l’année d’inscription en doctorat, la discipline et l’institution d’appartenance), une brève présentation de la recherche accompagnée par le titre de la thèse et le sujet qu’il/elle souhaite présenter à la journée doctorale. Les doctorant.e.s qui ont besoin d’un financement pour se déplacer sont invité.e.s à l’indiquer dans leur proposition et de préciser leur lieu de résidence.

La date limite pour la soumission des candidatures est fixée au 30 octobre 2018.

Merci d’envoyer vos propositions à l’adresse : journeedoctorale.2019@gmail.com

Comité d’organisation :

Kristina Kovalskaya GSRL/EPHE-PSL, CETOBaC/EHESS

Julia Nietsch, CETOBaC/EHESS

Sarah Sajn, CHERPA/Sciences Po Aix

Meriç Tanık, CETOBaC/EHESS

GROUPES ARMÉS, VIOLENCE ORGANISÉE ET ESPACES EURO-MÉDITERRANÉENS (1870-1914)

Appel à participation Journée d’étude internationale 

23 janvier 2019, Rome (École Française de Rome)

Date limite pour l’envoi des propositions: 10 septembre 2018

Envoyer à l’adresse: romain.bonnet@unipd.it

Télécharger l’appel

Introduction

Dans le cadre du projet du Conseil Européen de la Recherche (ERC) « Le côté obscur de la belle époque. Violence politique et association armée en Europe avant la Première Guerre Mondiale » (http://www.dissgea.unipd.it/erc-prewaras, resp. prof. Matteo Millan), l’Università degli Studi di Padova et l’École Française de Rome (EFR) organisent une journée d’étude internationale qui se déroulera le 23 janvier 2019 à Rome (EFR). Cette manifestation scientifique vise à créer un dialogue original, à la fois comparatif et transnational, autour d’un objet d’étude relativement neuf pour la période 1870-1914 : les groupes armés. Cet objet sera envisagé en lien avec la violence politique et dans le cadre d’une géographie relativement souple : celle des espaces euro-méditerranéens entendus au sens large. Autour des groupes armés, à travers leurs formes d’organisations, de légitimations et d’actions, l’étude de la violence politique permet d’approfondir empiriquement notre connaissance de ce que l’on nomme le « monopole de la violence légale ». Ces groupes armés revendiquaient des formes de légitimité qui n’étaient pas sans accointances avec la puissance étatique. Par ailleurs, ils n’étaient pas ou pas directement intégrés aux armées nationales. Notre problématique est celle-ci : comment l’usage du monopole de la violence était-il légitimé autour de ces groupes armés, à travers quelles ressemblances et quelles différences, selon quelles influences et quelles références plus ou moins larges au monde social (clan, association, nation, etc.), de part et d’autre des espaces euro-méditerranéens de1870 à 1914 ?

Continuer la lecture de GROUPES ARMÉS, VIOLENCE ORGANISÉE ET ESPACES EURO-MÉDITERRANÉENS (1870-1914)