Archives de catégorie : Histoire

Hamit Bozarsan (éd.), Marges et pouvoir dans l’espace post-ottoman. XIXe – XXe siècle, Karthala (298p., 29€)

Les destins de l’Empire ottoman finissant et de l’espace postottoman ont été déterminés non pas par des « majorités silencieuses », mais par des acteurs souvent jeunes et issus des régions périphériques de l’Empire. Intégrés dans les échelons inférieurs de l’establishment civil et militaire, adeptes d’un nationalisme revanchard ou du social-darwinisme, serviteurs d’État et rebelles, ces hommes d’épée et de plume venus des marges prirent leur place dans l’histoire comme destructeurs d’Empire et bâtisseurs d’États, et pour certains comme auteurs de crimes de masse, dont le génocide des Arméniens constitue le point paroxystique.

Qu’il s’agisse de la jeunesse affiliée aux comités balkaniques, unioniste, ou de celle, baathiste, de l’Irak et de la Syrie, qui partagent tant de traits communs malgré le demi-siècle et les espaces géographiques qui les séparent, elles sont en réalité les « meilleurs produits » des systèmes qu’elles mettent à terre. C’est par cette dynamique que les « marges » semblent pouvoir s’ériger en acteurs quasi hégémoniques du changement et gagner dans un deuxième temps une indéniable centralité. Cette observation, khaldûnienne ou tocquevillienne, nous permet de saisir la nature extrêmement brutale de la rupture, mais aussi, dans certains cas, celle, tout aussi violente, des continuités qui s’établissent dans la durée entre l’« ancien régime » et le nouveau.

Continuer la lecture de Hamit Bozarsan (éd.), Marges et pouvoir dans l’espace post-ottoman. XIXe – XXe siècle, Karthala (298p., 29€)

Bosko I. Bojovic, L’Eglise orthodoxe serbe. Histoire, spiritualité, modernité, Les Editions du Cerf (384p., 34€)

Au milieu du XIIe siècle, la Serbie est une principauté insérée entre l’Adriatique et les puissants royaumes de Hongrie et de Bulgarie, mais surtout, voisine l’Empire byzantin. Évangélisés depuis la fin du IXe siècle, le pays des Serbes ne compte qu’une demi-douzaine de monastères, alors qu’à Byzance le monachisme est en plein essor depuis le Xe siècle. C’est alors que leur prince, le grand joupan Stefan Nemanja, s’investit dans la construction des églises et la fondation des monastères, avant d’abdiquer pour se faire moine, puis rejoindre son fils cadet, le moine Sava (futur premier archevêque de l’Église de Serbie) au Mont Athos, pour y fonder le monastère serbe de Chilandar. En quelques dizaines d’années à peine, la Serbie est constellée de dizaines, puis de centaines d’églises et de monastères. L’assimilation de la culture byzantine est un processus continu auquel s’ajoute vers la fin du Moyen Âge une interprétation locale des structures sociales. Les cultes des saints jouent un rôle d’individuation au sein des sociétés cristallisées autour des hiérarchies monarchiques. L’autorité séculière et sacerdotale cultive les témoignages individuels et les manifestations collectives du bienfondé eschatologique de l’ordre établi. Le fait est que la transformation de la société issue d’un modèle traditionnel, y compris les tenants et les aboutissants de valeur religieuse, se prolonge sans interruption dans les Balkans, avec néanmoins quelques périodes de stagnation et de régression. La modernité érigée comme un principe universel, censé être mis en pratique dans la société serbe, progresse lentement et avec atermoiements, s’inscrivant dans la longue durée depuis plus de deux siècles.

Continuer la lecture de Bosko I. Bojovic, L’Eglise orthodoxe serbe. Histoire, spiritualité, modernité, Les Editions du Cerf (384p., 34€)

CfP: Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle), Slavica occitan

Appel à contributions pour Slavica occitania, revue semestrielle interdisciplinaire publiée par le laboratoire LLA-CREATIS (univ. Toulouse Jean-Jaurès), dirigée par Dany Savelli (dir. éditoriale) pour un numéro coordonné par Marie Vrinat-Nikolov (INALCO/CREEE et CETOBaC), consacré à : Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle).

Titre et proposition (env. 20 lignes) en français: pour le 15 juillet 2018

Texte en français, résumés et mots clés en français et en anglais, notice bio/bibliographique : pour le 1er mars 2019

Envoyer à l’adresse : marie.vrinatnikolov@gmail.com

Dans Les lieux de mémoire, Pierre Nora liait intimement la notion de génération aux périodes de crise : « Il n’y a pas de génération sans conflit ni sans autoproclamation de la conscience d’elle-même, qui font de la politique et de la littérature les champs privilégiés de l’apparition générationnelle1 » Se référant, notamment, à Nora, ainsi qu’au concept de génération « effective2 », entendue comme émergeant « au cours des grandes ruptures historiques », François Georgeon s’est intéressé au cas de l’Empire ottoman et de la Turquie, dans son article sur « Les Jeunes Turcs étaient-ils jeunes3 ? », et à l’émergence, à l’époque de la révolution jeune-turque, d’une génération effective résultant des transformations à l’œuvre dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat.

En élargissant le propos aux Balkans et à la Turquie au XXe siècle, on s’interrogera sur les premières générations – acteurs, observateurs, ceux qui ont profité et ceux qui ont subi – des ruptures et des périodes de transition, nombreuses dans cet espace au cours du XXe siècle : révolution des Jeunes Turcs de 1908, guerres balkaniques, création d’un État albanais, guerres mondiales, création de la république turque en 1923, avènement et chute des régimes communistes (et régimes autoritaires), dislocation de l’ex-Yougoslavie et guerre…

Le terme de génération sera considéré dans un sens large, celui des sociologues, comme celui des historiens : en tant que cohorte ou génération biologique, mais aussi en tant que groupe lié horizontalement par « un fort un sentiment de communauté intellectuelle que leur a procuré une expérience historique partagée4 ». On ne considérera pas seulement, comment cela a souvent été fait, contre qui et quoi les générations de la rupture se sont élevées, mais aussi pour qui et pour quoi elles ont œuvré.

La perspective sera transdisciplinaire, convoquant histoire, anthropologie, arts et littérature, sociologie, sociolinguistique, sciences politiques, permettant ainsi de contribuer à la réflexion sur la notion de génération.

On questionnera notamment les points suivants :

Continuer la lecture de CfP: Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle), Slavica occitan

Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Mini-atelier TEPSIS: le 22 juin de 14h à 19h à l’EHESS, 105 boulevard Raspail en salle 8. 

Coordination : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC)

Intervenants :

Marinos SARIYANNIS (Institut d’études méditerranéennes, Réthymnon, Grèce) : Illegitimacy and justification : Ottoman images of revolt 

Benjamin LANDAIS(Université d’Avignon) : L’empereur et le ‘bandit’ : entre criminalisation et politisation des violences collectives dans le Banat habsbourgeois au XVIIIe siècle 

Hubert ŁASZKIEWICZ (Université de Varsovie, Pologne) : Confédération de Targowica (1792) : rébellion et émotions au nom d’un passé légitime.

Discutants : Marie-Elizabeth DUCREUX (EHESS), Christine LEBEAU (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Fabrice MICALEFF (Université de Nantes), Gregorio SALINERO (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous réserve).

Questions classiques de l’histoire moderne, les désobéissances et les rebellions ont été traditionnellement abordées dans une perspective économique ou sociologique. Ces dernières années ont apporté un renouvellement méthodologique important qui accorde une large place aux analyses anthropologiques et à la perspective comparatiste, en privilégiant certaines facettes « nouvelles » : l’imaginaire et les mises en scène des rébellions, la pluralité des discours et des mémoires de la révolte, les transferts d’expérience. 

Continuer la lecture de Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

The First Century of Photography Photography as History/ Historicizing Photography in Ottoman and Post-Ottoman Territories (1839 – 1939)

Atelier de recherche, en anglais (inscription préalable obligatoire) :
Mardi 19 juin 2018 à ANAMED de 9h00 à 18h30
Mercredi 20 juin 2018 à l’Université de Boğaziçi (Ibrahim Bodur Auditorium), de 10h30 à 17h30
Inscription obligatoire avant le 18 juin midi :  https://www.inscription-facile.com/form/I7LiWWhOj2W5b2DUE95Q

Panel Public, en anglais avec traduction simultanée vers le turc (ouvert au public, sans inscription préalable)
Jeudi 21 juin 2018 à ANAMED de 14h00 à 16h00

SOUTENANCE DE THÈSE D’ANDREAS GUIDI

Titre de thèse: Youth and generations between two empires. Changing sociabilities from Ottoman to Italian rule in Rhodes

Lundi 9 juillet 2018 à 16h 

Adresse: Université Humboldt, Institut für Geschichtswissenschaft, Salle 5028, Friedrichstraße 191, 10117 Berlin

Jury:

  • Nathalie CLAYER (EHESS/CNRS), Directrice de thèse
  • Hannes GRANDITS (Université Humboldt de Berlin), Codirecteur de thèse
  • Andreas ECKERT (Université Humboldt de Berlin)
  • Alexander NÜTZENADEL (Université Humboldt de Berlin)
  • Aron RODRIGUE (Université de Stanford)
  • Alexandre TOUMARKINE (INaLCO)