Archives de catégorie : Histoire

Visual Salonica

Journée d’études Visual Salonica. Jalons pour un projet de recherche collectif sur les cultures visuelles à Thessalonique. Premier atelier consacré à la période 1912-1945 

Jeudi 16 mai 2019,  9h-18h, entrée libre

Institut national d’histoire de l’art (INHA) –  2, rue Vivienne ou  6, rue des Petits-Champs, Paris 75002

Selanik, Salonique, Thessalonique est, au tournant des XIXe et XXe siècles, un lieu de vie et de côtoiement de Grecs orthodoxes, Turcs musulmans, Dönme, Serbes, Bulgares, Arméniens grégoriens, Albanais, Tsiganes et, surtout de Juifs sépharades particulièrement nombreux – une mosaïque de communautés dont témoignent, en langue française, les travaux de Meropi Anastassiadou. Or la ville semble entretenir un rapport fusionnel aux images reproductibles fixes et animées. Cette relation que nous postulons intime et particulièrement marquante, nous paraît prégnante durant une longue période de bouleversements politiques, culturels et sociaux couvrant a minima la fin de l’Empire ottoman, l’avènement de l’État grec moderne jusqu’à l’annexion nazie même si l’après-seconde guerre mondiale (de la guerre civile à la metapoliteusis) mériterait d’être envisagé.

Le programme est disponible ici.

Catherine Samary and Fred Leplat, Decolonial Communism, Democracy and the Commons, IIRE, 2019 (521p., 19€)

IIRE Notebook no. 62 is edited by Catherine Samary & Fred Leplat, with contributions from Samuel Farber, Silvia Federici, Franck Gaudichaud, Zagorska Golubović, Ernest Mandel, Goran Marković, Svetozar Stojanović and Raquel Varela.

How far did the Bolsheviks introduce a ‘decolonial communism’,  later destroyed by Stalin’s ‘socialism in one country’? Did the Tito-Stalin break in 1948 and the other revolutions transform these objectives? How far did the struggles and debates in the Yugoslavia of ‘market socialism’ in the mid 1960s follow a path towards democracy and the commons?

The contributors in this book review past and present experiences and Catherine Samary reconsiders the debates in the light of current thinking.

Continuer la lecture de Catherine Samary and Fred Leplat, Decolonial Communism, Democracy and the Commons, IIRE, 2019 (521p., 19€)

Olivier Bouquet, Quand les Ottomans firent le point. Histoire graphique, technique et linguistique de la ponctuation turque ottomane, Brepols, 2019 (490p., 90€)

On sait que le turc ottoman s’écrit en caractères arabes. On dit qu’à l’instar de l’arabe il n’est doté d’aucun système de ponctuation. On considère que la ponctuation du turc est le triple résultat de l’adoption de l’imprimerie, de la réforme de la langue engagée sous l’influence occidentale et de la révolution de l’alphabet latin décidée par Mustafa Kemal en 1928. En vérité, les Ottomans firent le point autrement. C’est ce qu’établit ce livre, au fil d’une enquête minutieuse qui croise belles lettres, sciences et arts du XVe siècle à nos jours. Une ponctuation ottomane existait avant l’apparition de l’imprimerie ; son devenir accompagna la transformation de la langue turque ottomane ; hors du seul domaine des influences européennes, les Ottomans créèrent leur propre ponctuation. Les systèmes de ponctuation du grec, du syriaque ou du judéo-espagnol étaient anciens et établis. Celui du turc ottoman fut tardif (fin du XIXe siècle), anomique et largement indépendant du changement d’alphabet. Il se constitua dans la continuité d’une ponctuation iconique, faite de pictogrammes et de signes de visibilité (lignes et traits, points et larmes, vides et pleins, étoiles noires et ronds dorés). Il se déploya dans les registres de l’administration et les arts de la plume, dans l’univers des sciences, de la musique et de la cartographie. Produit de la machine mais aussi de la main, la ponctuation se fit une place dans les nouvelles formes imprimées de la presse écrite, du théâtre et du roman. Mais elle nourrit également les correspondances privées et les écritures du quotidien. Certes, jusqu’à la fin de l’Empire, les Ottomans pouvaient s’en passer ou n’en utiliser qu’une partie. Mais la ponctuation était devenue un fait de langue et un lieu de vitalité intertextuelle. Et sans doute est-ce la raison pour laquelle elle investit pleinement la société graphique de la Turquie contemporaine. Bref, si elle passe encore aujourd’hui pour un objet étranger et secondaire de l’aventure des écritures orientales, la ponctuation est le produit riche et complexe d’une histoire graphique, technique et linguistique à examiner sur le temps long. Son étude éclaire aussi le passé des sociétés impériales, le présent de la République turque et le devenir du Moyen-Orient contemporain.  

Continuer la lecture de Olivier Bouquet, Quand les Ottomans firent le point. Histoire graphique, technique et linguistique de la ponctuation turque ottomane, Brepols, 2019 (490p., 90€)

MILAN VUKASINOVIC : SOUTENANCE DE THESE

« Nicée, Épire, Serbie. Idéologie et relations de pouvoir dans les récits de la première moitié du XIIIe siècle »

Mercredi 6 mars 2019 à 14 h00

Lieu : EHESS / CéSor (salle Alphonse Dupront), 10 rue Monsieur Le Prince 75006 Paris

Jury

  • M. Paolo Odorico (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Vlada Stankovic (Directeur de thèse), University of Belgrade
  • Mme Ruth Macrides, University of Birmingham
  • Mme Elisabeth Malamut, Aix-Marseille Université
  • Mme Marie-Elisabeth Mitsou, EHESS
  • Mme Ingela Nilsson, Uppsala University
  • Mme Larisa Vilimonovic, University of Belgrade

Rencontres du CETOBaC avec l’INaLCO

Vendredi 5 avril 2019, de 9h à 18h, Auditorium du Pôle des langues et civilisations, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris

9h : Accueil

9h15 : Introduction

Marc AYMES, CNRS / CETOBaC

Alexandre TOUMARKINE, INaLCO / CERMOM

9h30-11h : La littérature et le contemporain

Présidence : Timour MUHIDINE, INaLCO / CERMOM

Laurent MIGNON, Université d’Oxford, professeur invité de l’EHESS

Les haïkus de Kikaku entre Emile Steinhilber-Oberlin et Orhan Veli

Marie VRINAT-NIKOLOV, INaLCO / CREE

Les langues ignorées de l’espace littéraire bulgare

Madalina VARTEJANU-JOUBERT, INaLCO / CERMOM

Textes anciens et méthodes contemporaines

11h : Pause

11h30-13h00 : Le religieux et le laïc

Présidence : Chantal VERDEIL, INaLCO / CERMOM

Marcella RUBINO, Université Paris 1

Violence et religion dans l’œuvre de Yusuf Zaydan : projet sociétal, projet littéraire

Çiğdem OGUZ, Université de Naples Frédéric II, associée au CETOBaC

Rethinking the Late Ottoman Intellectual History from the Perspectives of Global History and histoire croisée : The Journey of “Morale Laïque” in the Late Ottoman Empire

Francesco CHIABOTTI, INaLCO / CERMOM

Comment être islamologue en France aujourd’hui ?

13h : Déjeuner

14h30-16h00 : Espaces des migrants

Présidence : Stéphane SAWAS, INaLCO / CERLOM

Ségolène DÉBARRE, Université Paris 1 / Géographie-Cités

Gaye PETEK, fondatrice de l’association ELELE – Migrations et cultures de Turquie

Écrire sur l’histoire des migrations turques en France

Sophie HOHMANN, INaLCO / CREE

Migrations des Suds (Asie centrale et Caucase Sud) vers les régions arctiques

Charlotte WATELET, EHESS / CETOBaC

Des Kurdes parmi les Kurdes. Ethnographie d’un camp de réfugiés

16h : Pause

16h30-18h00

En présence de Nawar BULBUL, auteur et metteur en scène de la pièce Safînat al-hubb

Projection du film Safînat al-hubb / Love Boat, écrit et réalisé par Ma’an Mouslli, 2016suivie d’une discussion avec la salle animée par Frédéric HITZEL, CNRS / CETOBaC

18h : Cocktail de clôture

Contrats doctoraux fléchés 2019 – 2022

Dans le cadre du soutien apporté aux actions de coopération internationale, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) propose un dispositif de contrats doctoraux fléchés à l’international (ACI). Ce dispositif peut bénéficier à tout doctorant dont les recherches s’inscrivent dans le cadre des programmes scientifiques d’une des cinq Écoles françaises à l’étranger : École française d’AthènesÉcole française de Rome, Institut français d’Archéologie orientaleÉcole française d’Extrême-Orient, Casa de Velazquez (École des hautes études hispaniques). (Pour en savoir plus)

 Les dossiers de candidatures doivent parvenir directement à chacune des EFE concernée, sous forme d’un document PDF unique comprenant:
 
– un projet de thèse de cinq pages au maximum;
– le CV du candidat pressenti pour entreprendre cette recherche;
– une lettre de présentation du ou des directeur(s) de thèse pressenti(s) ;
– l’avis du directeur de l’ED.
 
Conformément à ses statuts, l’École française d’Athènes « développe en Grèce et à Chypre, où elle dispose de missions permanentes, ainsi que dans les Balkans, des recherches dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours. ». Elle peut donc accueillir en septembre 2019 et pour une durée de trois ans un doctorant travaillant dans ces champs géographiques et chronologiques.
 
Les documents devront être envoyés sous format électronique (PDF unique) à l’adresse candidatures@efa.gravant le 30 avril 2019 à 15h00 (heure de Paris). Les résultats seront transmis au cours du mois de juin, avant la réunion des conseils des Écoles doctorales pour l’attribution des contrats ministériels.

Veuillez prendre note que cette allocation vient s’ajouter au contingent d’allocations dont dispose chaque École Doctorale : elle constitue donc à la fois un renforcement de l’aide aux jeunes chercheurs et un soutien à la recherche française à l’étranger. Pour l’EFA c’est aussi l’occasion de renforcer le partenariat avec les universités françaises.