Archives de catégorie : Histoire

REVUE BALKANOLOGIE, CIRCULATIONS ET RECONFIGURATIONS DES POUVOIRS DANS LES BALKANS

Deadline: 31 juillet / July 31st 

Download CfP-Balkanologie_Spec_Issue_Circulations

Balkanologie. Revue d’études interdisciplinairesest éditée par l’Association française d’études sur les Balkans. Elle publie des recherches en sciences humaines et sociales sur les Balkans depuis la période ottomane jusqu’à nos jours. Son orientation est pluridisciplinaire et son objectif est de contribuer à une meilleure compréhension du monde balkanique contemporain. C’est une revue à comité de lecture qui publie des articles en français et en anglais.

Après plusieurs années d’interruption, Balkanologie. Revue d’études pluridisciplinaires redémarre et lance un appel pour un numéro sur le thème des circulations. Les contributions aborderont l’analyse des mouvements de personnes, d’idées et de biens qui affectent les sociétés du Sud-est européen (migrations, mobilités, tourisme, réseaux, diasporas) en tant que processus sociaux à la fois globaux et locaux. L’approche par les circulations cherchera à dépasser le « nationalisme (ou le régionalisme) méthodologique » (Dumitru 2014) pour mieux saisir les enjeux mondialisés qui traversent des espaces et des sociétés souvent présentés sous l’angle de leur spécificité au travers d’une vision encore empreinte de balkanisme (Todorova 2011).

Au carrefour du local et du global, l’étude de ces processus peut conduire à interroger les allégeances nationales traditionnelles et le redéploiement des cadres de l’État régulièrement mis en cause par les théories néo-libérales, ainsi que le jeu des instances supranationales comme les revendications locales. Il s’agirait alors d’observer les conditions particulières de la reconfiguration des logiques de pouvoirs dans les pays des Balkans à la lumière de processus globaux qui voient la confrontation entre structures stato-centrées (État-nations) et structures multi-centrées (entités supranationales, migrants, diaspora, réseaux marchands, etc.).

Dans ce mouvement, les contributions pourront soulever différents questionnements : dans quelle mesure certains groupes linguistiques ou religieux s’inscrivent-ils dans des démarches d’affirmation ou de revendications particularistes ? Quelles incidences sur les grands récits et quel impact sur les relations majorité/minorité ? Ces grandes transformations ne polarisent-elles pas les débats autour de la place des appartenances entre reconnaissance de la diversité culturelle et crainte du communautarisme ? Cette dialectique (entre particularisme et intégration) peut aussi être interrogée sous un angle de géopolitique régionale et de transformations des rapports politiques à l’échelle de la Méditerranée. Les investissements turcs et russes dans la région, ou encore la présence militaire américaine, rappellent la place de la péninsule balkanique sur l’échiquier géopolitique mondial.

A cet égard, les migrations et mobilités récentes qui traversent la région ne peuvent-elle pas apparaître à la fois comme un révélateur et un catalyseur de reconfiguration des échelles de pouvoir dans les Balkans ? Dans ce contexte quelle place pour l’Union européenne, qui émerge comme un acteur majeur de l’établissement et de la diffusion de normes régissant les circulations comme c’est le cas avec le contrôle migratoire ? Vecteurs de tensions et de crispations, mais aussi de formes de solidarité et de résistance à une autorité du contrôle, dans quelle mesure les circulations nous aident-elles à comprendre les nouvelles formes de « pouvoirs » dans leurs différentes acceptions ainsi que les forces alternatives, les processus de fragmentation, pluralisation, redistribution ou contestation ?

Ce numéro est coordonné par Guillaume Javourez et Laurence Pillant (Aix-Marseille Université). Les propositions d’articles (titre et résumé de 500 mots) seront envoyées à : g.javourez@gmail.com avant le 31 juillet 2019.


Balkanologie Revue d’études interdisciplinaires is published by the French Association of Balkan Studies. The journal publishes research articles in social sciences on the Balkans from the Ottoman period to the present day. Its orientation is multidisciplinary and its objective is to contribute to a better understanding of the contemporary Balkan world. It is a peer-reviewed journal that publishes articles in both French and English.

After a break of several years, Balkanologie, Revue d’études interdisciplinaires is being restarted and is preparing a thematic issue edited by Guillaume Javourez and Laurence Pillant. Proposals (title and 500 words abstract) will be sent to g.javourez@gmail.com before July 31st 2019.

Focusing on circulations, this thematic issue investigates how movements of persons, ideas, and goods that take place in South-East European societies are strongly intertwined with both local and global social processes – in terms of migrations, mobilities, tourism, networks, and diasporas. With the notion of circulation, we seek to go beyond “methodological nationalism (or regionalism)” (Dumitru 2014) in order to better grasp the globalized issues at stake in the area, which are often analyzed through the lens of exceptionalism and Balkanism (Todorova 2011).

At the crossroads of the local and the global, the study of these processes leads to questioning traditional national allegiances and the redeployment of State’s frames that are regularly challenged by neo-liberal theories, as well as the role and practices of supranational institutions and local claims. It is then necessary to observe the particular conditions that lead to reshape the logics of power in Balkan countries, in the light of global processes that see the confrontation between state-centered structures (nation States) and multi-centered structures (supranational entities, migrants, diaspora, merchant networks, etc.)

In this perspective, contributions could raise several questions: to which extend are some linguistic or religious groups parts of affirmation processes or particularistic claims? What are the consequences on the main narratives and how do they impact the majority/minority relationships? Do these major transformations polarize the debates about place of belongings between recognition of cultural diversity and fear of communitarianism? That dialectic (between particularism and integration) can also be questioned from a perspective of regional geopolitics and transformation of political relations on the Mediterranean scale. Turkish and Russian investments in the area or the military presence of the US remind us that the Balkan peninsula is firmly located on the world geopolitical chessboard.

Can migrations and mobilities across the region reveal and catalyze the way scales of power are reconfigured in the Balkans? In that context, what about the European Union, that emerged as a major actor in the establishment and spread of norms and standards regulating circulations as in the case of migration control? As vectors of tensions but also solidarity and resistance to a control authority, how do circulations help us to understand new forms of “powers” in their different meaning as well as the alternative forces, fragmentation processes, pluralization, redistribution or contestation?

Fabio GIOMI, Ece ZERMAN (dir.), avec Rebecca ROGERS « Genre et espace (post-)ottoman » in Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°48, Belin, 2019 (328p., 21 €)

Ce numéro de Clio. FGH se propose de revisiter l’histoire de la transition entre Empire et État-nation en interrogeant la relation multiforme et complexe qui lie changements de régime politique et changements de régime de genre. L’espace analysé est celui qui recouvre une partie de l’Empire ottoman et des États qui lui ont succédé, plus précisément les Balkans et l’Asie Mineure. Cet espace, partagé à l’heure actuelle en une dizaine d’États, constitue un véritable laboratoire pour les sciences sociales. Il embrasse des paysages socio-politiques extraordinairement différents et présente une grande variété linguistique. Trois religions principales, l’islam, le christianisme et le judaïsme – elles-mêmes diversement pratiquées – y coexistent et, suivant les contextes, ont réuni la majorité des fidèles ou formé des minorités confessionnelles.

Sur la longue durée pourtant, sans remonter à l’histoire romaine et byzantine, ces régions ont en effet été intégrées du xive au xxe siècle selon les différents territoires dans une structure politique commune, l’Empire ottoman. Au cours des dernières décennies, un nombre croissant de recherches se sont intéressées aux formes et aux temporalités de l’intégration de ces régions dans cette structure impériale, ainsi que dans l’histoire globale des empires. Une grande attention a aussi été portée à l’héritage de cette histoire partagée suite à la dissolution de l’Empire ottoman. Ainsi une vague d’études souvent labélisées « post-ottomanes » (post-ottoman en anglais, postosmanischen en allemand) s’est épanouie dans différents contextes universitaires afin d’étudier la transition de l’Empire aux États-nations dans toutes ses dimensions et en tenant compte des spécificités locales. Inspirés par ces approches, nous nous sommes lancés dans le projet de revisiter l’histoire du passage de l’Empire ottoman aux États balkaniques et turc en intégrant la perspective de genre.

Visual Salonica

Journée d’études Visual Salonica. Jalons pour un projet de recherche collectif sur les cultures visuelles à Thessalonique. Premier atelier consacré à la période 1912-1945 

Jeudi 16 mai 2019,  9h-18h, entrée libre

Institut national d’histoire de l’art (INHA) –  2, rue Vivienne ou  6, rue des Petits-Champs, Paris 75002

Selanik, Salonique, Thessalonique est, au tournant des XIXe et XXe siècles, un lieu de vie et de côtoiement de Grecs orthodoxes, Turcs musulmans, Dönme, Serbes, Bulgares, Arméniens grégoriens, Albanais, Tsiganes et, surtout de Juifs sépharades particulièrement nombreux – une mosaïque de communautés dont témoignent, en langue française, les travaux de Meropi Anastassiadou. Or la ville semble entretenir un rapport fusionnel aux images reproductibles fixes et animées. Cette relation que nous postulons intime et particulièrement marquante, nous paraît prégnante durant une longue période de bouleversements politiques, culturels et sociaux couvrant a minima la fin de l’Empire ottoman, l’avènement de l’État grec moderne jusqu’à l’annexion nazie même si l’après-seconde guerre mondiale (de la guerre civile à la metapoliteusis) mériterait d’être envisagé.

Le programme est disponible ici.

Catherine Samary and Fred Leplat, Decolonial Communism, Democracy and the Commons, IIRE, 2019 (521p., 19€)

IIRE Notebook no. 62 is edited by Catherine Samary & Fred Leplat, with contributions from Samuel Farber, Silvia Federici, Franck Gaudichaud, Zagorska Golubović, Ernest Mandel, Goran Marković, Svetozar Stojanović and Raquel Varela.

How far did the Bolsheviks introduce a ‘decolonial communism’,  later destroyed by Stalin’s ‘socialism in one country’? Did the Tito-Stalin break in 1948 and the other revolutions transform these objectives? How far did the struggles and debates in the Yugoslavia of ‘market socialism’ in the mid 1960s follow a path towards democracy and the commons?

The contributors in this book review past and present experiences and Catherine Samary reconsiders the debates in the light of current thinking.

Continuer la lecture de Catherine Samary and Fred Leplat, Decolonial Communism, Democracy and the Commons, IIRE, 2019 (521p., 19€)

Olivier Bouquet, Quand les Ottomans firent le point. Histoire graphique, technique et linguistique de la ponctuation turque ottomane, Brepols, 2019 (490p., 90€)

On sait que le turc ottoman s’écrit en caractères arabes. On dit qu’à l’instar de l’arabe il n’est doté d’aucun système de ponctuation. On considère que la ponctuation du turc est le triple résultat de l’adoption de l’imprimerie, de la réforme de la langue engagée sous l’influence occidentale et de la révolution de l’alphabet latin décidée par Mustafa Kemal en 1928. En vérité, les Ottomans firent le point autrement. C’est ce qu’établit ce livre, au fil d’une enquête minutieuse qui croise belles lettres, sciences et arts du XVe siècle à nos jours. Une ponctuation ottomane existait avant l’apparition de l’imprimerie ; son devenir accompagna la transformation de la langue turque ottomane ; hors du seul domaine des influences européennes, les Ottomans créèrent leur propre ponctuation. Les systèmes de ponctuation du grec, du syriaque ou du judéo-espagnol étaient anciens et établis. Celui du turc ottoman fut tardif (fin du XIXe siècle), anomique et largement indépendant du changement d’alphabet. Il se constitua dans la continuité d’une ponctuation iconique, faite de pictogrammes et de signes de visibilité (lignes et traits, points et larmes, vides et pleins, étoiles noires et ronds dorés). Il se déploya dans les registres de l’administration et les arts de la plume, dans l’univers des sciences, de la musique et de la cartographie. Produit de la machine mais aussi de la main, la ponctuation se fit une place dans les nouvelles formes imprimées de la presse écrite, du théâtre et du roman. Mais elle nourrit également les correspondances privées et les écritures du quotidien. Certes, jusqu’à la fin de l’Empire, les Ottomans pouvaient s’en passer ou n’en utiliser qu’une partie. Mais la ponctuation était devenue un fait de langue et un lieu de vitalité intertextuelle. Et sans doute est-ce la raison pour laquelle elle investit pleinement la société graphique de la Turquie contemporaine. Bref, si elle passe encore aujourd’hui pour un objet étranger et secondaire de l’aventure des écritures orientales, la ponctuation est le produit riche et complexe d’une histoire graphique, technique et linguistique à examiner sur le temps long. Son étude éclaire aussi le passé des sociétés impériales, le présent de la République turque et le devenir du Moyen-Orient contemporain.  

Continuer la lecture de Olivier Bouquet, Quand les Ottomans firent le point. Histoire graphique, technique et linguistique de la ponctuation turque ottomane, Brepols, 2019 (490p., 90€)

MILAN VUKASINOVIC : SOUTENANCE DE THESE

« Nicée, Épire, Serbie. Idéologie et relations de pouvoir dans les récits de la première moitié du XIIIe siècle »

Mercredi 6 mars 2019 à 14 h00

Lieu : EHESS / CéSor (salle Alphonse Dupront), 10 rue Monsieur Le Prince 75006 Paris

Jury

  • M. Paolo Odorico (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Vlada Stankovic (Directeur de thèse), University of Belgrade
  • Mme Ruth Macrides, University of Birmingham
  • Mme Elisabeth Malamut, Aix-Marseille Université
  • Mme Marie-Elisabeth Mitsou, EHESS
  • Mme Ingela Nilsson, Uppsala University
  • Mme Larisa Vilimonovic, University of Belgrade