Archives de catégorie : Géographie

Troisièmes rencontres d’études balkaniques – Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Third Balkan Studies Conference – Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales

Appel à participation (Colloque) / Call for papers (Conference)

Date limite: 22 février 2019 / Deadline: 22 February 2019

Marseille, MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, 12 et 13 septembre 2019/ September 12th & 13th 2019

[English below]
 
Ce colloque s’inscrit dans la continuité des Deuxièmes rencontres d’études balkaniques « A la recherche des Balkans : entre Europe et Méditerranée ? » tenues en juin 2016 à Marseille (Mucem et Villa Méditerranée). Il vise à valoriser la reprise depuis cette date des activités de l’Association française d’études sur les Balkans (AFEBalk) et à accroître le rayonnement de la recherche francophone sur cette région en favorisant les synergies entre chercheurs et chercheuses travaillant sur l’Europe du Sud-Est et basées en France ou dans d’autres pays. Les rencontres de 2019 s’intéresseront aux espaces urbains, un objet se prêtant naturellement à la pluridisciplinarité, comme le reflète l’essor des études urbaines en histoire ou dans les sciences sociales du contemporain.

 

Dans les Balkans comme ailleurs, les transformations sociales, économiques et politiques ont modelé avec force les paysages urbains. Ainsi, ces espaces s’affirment comme des terrains d’observation féconds pour comprendre les processus à l’œuvre dans les sociétés balkaniques. Dans le même temps, ces villes sont le théâtre manifeste d’(en)jeux de pouvoir locaux, nationaux et/ou globaux et permettent en cela d’aborder des questions qui les dépassent. 

 

Si les plus anciennes villes de cette région sont des centres de commerce, souvent littoraux, qui répondent au modèle répandu en Méditerranée de villes-comptoirs, l’avènement des empires ottoman et habsbourgeois y a contribué à l’émergence d’un autre type urbain, notamment caractérisé par la prédominance de l’administration et du contrôle militaire. Avec l’affirmation des État-nations au XIXe siècle, les relations entre société et territoire y ont été profondément modifiées, consacrant les villes, et en particulier les capitales, comme les principaux lieux de l’activité économique et politique, et installant, plus que dans toutes les autres régions d’Europe, la macrocéphalie à cette nouvelle échelle.

 

Dans les villes les plus importantes comme dans les centres mineurs, les paysages urbains y sont le reflet des dynamiques économiques, politiques, culturelles comme des recompositions identitaires complexes, souvent contradictoires, qui traversent la péninsule. Longtemps analysées plutôt comme le résultat de décisions prises d’en haut par les décideurs politiques, ces villes paraissent avoir été sans cesse remodelées par des événements majeurs – guerres, incendies, révolutions – autant que par les pratiques quotidiennes de leurs habitants. Les nombreux mouvements politiques et sociaux – nationalisme, socialisme, féminisme etc. – et leurs promesses d’émancipation ne se sont ainsi pas limités à voir la ville comme un décor, mais ils l’ont sans cesse façonnée et transformée.

Continuer la lecture de Troisièmes rencontres d’études balkaniques – Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Third Balkan Studies Conference – Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales

GDR Connaissance de l’Europe médiane

Le premier séminaire du GDR Connaissance de l’Europe médiane de l’année universitaire, aura lieu le vendredi 23 novembre à 14 h 30 à l’Institut d’études slaves.
À l’occasion de la sortie aux Presses universitaires de Rennes du numéro 14 (daté de novembre 2018) de la revue Monde(s) intitulé « L’Europe médiane, carrefours et connexion », tout en revenant sur son contenu et ce qui a présidé à son organisation, nous poserons la question suivante : L’Europe médiane fait-elle sens aujourd’hui ? Vous trouverez ci-dessous le lien de l’introduction à ce numéro (copier le lien dans votre moteur de recherche) :
Cinq intervenants de quatre disciplines différentes interviendront chacun une quinzaine de minutes pour lancer la discussion et le partage d’idées qui constitueront l’essentiel de cette séance à laquelle tous sont conviés pour enrichir le débat par d’autres disciplines (géographie etc.):

  • Mateusz Chmurski (Paris-Sorbonne)
  • David Do Paço (Science Po Paris)
  • Marie-Elizabeth Ducreux (CNRS/EHESS-CRH)
  • Paul Gradvohl (Université de Lorraine)
  • Frédéric Zalewski (Université de Nanterre-Paris-Ouest)

En raison des contraintes de sécurité, il est impératif que vous signaliez votre présence à l’adresse suivante: antoine.mares@wanadoo.fr

Ce séminaire sera aussi l’occasion de vous informer des activités de l’année et de l’avenir du GDR. 

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des « aires culturelles » Les espaces ottomans, turcs, balkaniques et centrasiatiques comme laboratoire

Paris, 15 février 2019 – CETOBAC / EHESS

Pour la version PDF cliquez sur AAC JD CETOBAC 15.02.2019

La journée doctorale portera sur les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. L’objectif de cette journée sera de questionner les liens existants entre les éléments au coeur de la formation des identités des individus et des groupes sociaux – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. Elle a également pour but d’identifier des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les différents espaces étudiés.

Si la transdisciplinarité – notamment pertinente en ce qui concerne les questions identitaires – est aujourd’hui au coeur des discours et des agendas de la recherche scientifique, sa mise en oeuvre concrète semble bien plus complexe. Dans ce contexte, l’étude des aires culturelles, malgré le fait qu’elle ait subi de nombreuses critiques, se révèle être particulièrement propice aux approches trans-régionale et transnationale ainsi qu’à la transdisciplinarité. En établissant un lieu de rencontre entre historiens, sociologues, anthropologues et politologues qui travaillent sur les mêmes espaces, nous aspirons à dépasser les champs de spécialisation pour ouvrir le débat sur les questions d’identités, de croyances et de pouvoir. L’enjeu est « d’enjamber les cloisonnements institutionnels et intellectuels » (Chevrier, 2003) afin d’identifier des catégories d’analyse communes nécessaires à un penser-ensemble.

Nous invitons donc les doctorant.e.s travaillant sur les espaces concernés à explorer :

– la fabrication des identités, souvent encore perçues comme fixes et inamovibles,

– la frontière entre identité et croyance, souvent brouillée,

– la formation de groupes ou mouvement sociaux,

– et/ou les circulations entre les différents espaces.

Modalités de soumission

Les doctorant.e.s sont invité.e.s à présenter leur recherche en lien avec la thématique de la journée doctorale. Cela peut être une présentation des sources, de la méthodologie, d’un chapitre de la thèse ou de tout autre volet de leur travail en cours. Il s’agit d’une journée doctorale proposée par le CETOBaC mais ouverte à tout.e participant.e travaillant sur les espaces en question.

Les participant.e.s peuvent envoyer un texte de 500 mots incluant: une présentation de soi (le nom du directeur/directrice de recherche, l’année d’inscription en doctorat, la discipline et l’institution d’appartenance), une brève présentation de la recherche accompagnée par le titre de la thèse et le sujet qu’il/elle souhaite présenter à la journée doctorale. Les doctorant.e.s qui ont besoin d’un financement pour se déplacer sont invité.e.s à l’indiquer dans leur proposition et de préciser leur lieu de résidence.

La date limite pour la soumission des candidatures est fixée au 30 octobre 2018.

Merci d’envoyer vos propositions à l’adresse : journeedoctorale.2019@gmail.com

Comité d’organisation :

Kristina Kovalskaya GSRL/EPHE-PSL, CETOBaC/EHESS

Julia Nietsch, CETOBaC/EHESS

Sarah Sajn, CHERPA/Sciences Po Aix

Meriç Tanık, CETOBaC/EHESS

CfP: Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle), Slavica occitan

Appel à contributions pour Slavica occitania, revue semestrielle interdisciplinaire publiée par le laboratoire LLA-CREATIS (univ. Toulouse Jean-Jaurès), dirigée par Dany Savelli (dir. éditoriale) pour un numéro coordonné par Marie Vrinat-Nikolov (INALCO/CREEE et CETOBaC), consacré à : Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle).

Titre et proposition (env. 20 lignes) en français: pour le 15 juillet 2018

Texte en français, résumés et mots clés en français et en anglais, notice bio/bibliographique : pour le 1er mars 2019

Envoyer à l’adresse : marie.vrinatnikolov@gmail.com

Dans Les lieux de mémoire, Pierre Nora liait intimement la notion de génération aux périodes de crise : « Il n’y a pas de génération sans conflit ni sans autoproclamation de la conscience d’elle-même, qui font de la politique et de la littérature les champs privilégiés de l’apparition générationnelle1 » Se référant, notamment, à Nora, ainsi qu’au concept de génération « effective2 », entendue comme émergeant « au cours des grandes ruptures historiques », François Georgeon s’est intéressé au cas de l’Empire ottoman et de la Turquie, dans son article sur « Les Jeunes Turcs étaient-ils jeunes3 ? », et à l’émergence, à l’époque de la révolution jeune-turque, d’une génération effective résultant des transformations à l’œuvre dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat.

En élargissant le propos aux Balkans et à la Turquie au XXe siècle, on s’interrogera sur les premières générations – acteurs, observateurs, ceux qui ont profité et ceux qui ont subi – des ruptures et des périodes de transition, nombreuses dans cet espace au cours du XXe siècle : révolution des Jeunes Turcs de 1908, guerres balkaniques, création d’un État albanais, guerres mondiales, création de la république turque en 1923, avènement et chute des régimes communistes (et régimes autoritaires), dislocation de l’ex-Yougoslavie et guerre…

Le terme de génération sera considéré dans un sens large, celui des sociologues, comme celui des historiens : en tant que cohorte ou génération biologique, mais aussi en tant que groupe lié horizontalement par « un fort un sentiment de communauté intellectuelle que leur a procuré une expérience historique partagée4 ». On ne considérera pas seulement, comment cela a souvent été fait, contre qui et quoi les générations de la rupture se sont élevées, mais aussi pour qui et pour quoi elles ont œuvré.

La perspective sera transdisciplinaire, convoquant histoire, anthropologie, arts et littérature, sociologie, sociolinguistique, sciences politiques, permettant ainsi de contribuer à la réflexion sur la notion de génération.

On questionnera notamment les points suivants :

Continuer la lecture de CfP: Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle), Slavica occitan

Martin Schmid et René Treuil, Fouilles exécutées à Malia. LE QUARTIER MU VI. Architecture minoenne à Malia. Les bâtiments principaux du Quartier Mu (A, B, D, E) (Minoen Moyen II), Ecole Française d’Athènes (320p., 115€)

Une architecture d’exception de l’époque des premiers palais minoens : le Quartier Mu à Malia nous offre les vestiges d’un ensemble de bâtiments, indépendants tout en étant juxtaposés, qui ont été découverts dans un état de conservation remarquable, dû au violent incendie qui les a détruits. Les informations précieuses qu’ils révèlent et qui suscitent l’admiration apportent de nouvelles connaissances non seulement sur les matériaux employés et leur mise en œuvre, sur la structure des éléments architecturaux les composant – murs, ouvertures, planchers, escaliers, colonnes et piliers, corniches, puits de lumière – mais encore sur la circulation, l’articulation et la fonction des pièces à l’intérieur de ces unités de construction. Les installations encore en place comme les plates-formes et banquettes ainsi que le mobilier recueilli participent à l’identification de la fonction de certains espaces, mais les pièces les plus importantes se distinguent moins par leur grande taille que par leur décoration – panneaux en creux, dispositif tripartite de colonnettes, décor de plinthes – qui témoigne du souci esthétique des constructeurs minoens et par là des habitants du quartier. L’étude architecturale nous a conduits à proposer une restitution relativement bien assurée des volumes des bâtiments à partir des plans, du sous-sol, du rez-de-chaussée et du 1er étage. En revanche la restitution des niveaux supérieurs, 2ème étage ou terrasses, reste plus hypothétique. Ce sixième et dernier volume de la publication du Quartier Mu, consacré à l’architecture, souligne l’importance de cet ensemble exceptionnel dans l’histoire de l’architecture minoenne, dans l’évolution de la ville de Malia et dans l’histoire minoenne dans son ensemble.

Continuer la lecture de Martin Schmid et René Treuil, Fouilles exécutées à Malia. LE QUARTIER MU VI. Architecture minoenne à Malia. Les bâtiments principaux du Quartier Mu (A, B, D, E) (Minoen Moyen II), Ecole Française d’Athènes (320p., 115€)

Jean-Yves Empereur, Tony Koželj et al., The Hellenistic Harbour of Amathus Underwater Excavations, 1984-1986 Volume 1. Architecture and History, Ecole Française d’Athènes (172p., 40€)

Nous livrons ici le résultat des trois campagnes de la fouille sous-marine du port d’Amathonte de Chypre en 1984-1986, exceptionnel monument d’architecture militaire de la haute époque hellénistique. Après une description de la vingtaine de sondages entrepris le long des môles, on trouvera une nomenclature des blocs mis en œuvre dans la construction, leurs modules, la typologie des systèmes de préhension pour leur levage ainsi que pour leur mise en place par une grue à flèche verticale qui progressait au fur et à mesure de la construction du môle. On décrira les carrières voisines dans lesquelles ont été retrouvés les négatifs des blocs employés dans les môles. Les monnaies contribuent à attribuer la construction à Démétrios Poliorcète après sa victoire navale à Salamine en 306 avant J.-C. et l’abandon lors de la reprise de l’île par Ptolémée Ier en 294. Dans une seconde partie, nous étudions les puits romains tardifs fouillés sur le côté nord du bassin, témoins des forts changements du niveau marin.

Continuer la lecture de Jean-Yves Empereur, Tony Koželj et al., The Hellenistic Harbour of Amathus Underwater Excavations, 1984-1986 Volume 1. Architecture and History, Ecole Française d’Athènes (172p., 40€)