Archives de catégorie : Appel à participation (CfP)

Troisièmes rencontres d’études balkaniques – Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Third Balkan Studies Conference – Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales

Appel à participation (Colloque) / Call for papers (Conference)

Date limite: 22 février 2019 / Deadline: 22 February 2019

Marseille, MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, 12 et 13 septembre 2019/ September 12th & 13th 2019

[English below]
 
Ce colloque s’inscrit dans la continuité des Deuxièmes rencontres d’études balkaniques « A la recherche des Balkans : entre Europe et Méditerranée ? » tenues en juin 2016 à Marseille (Mucem et Villa Méditerranée). Il vise à valoriser la reprise depuis cette date des activités de l’Association française d’études sur les Balkans (AFEBalk) et à accroître le rayonnement de la recherche francophone sur cette région en favorisant les synergies entre chercheurs et chercheuses travaillant sur l’Europe du Sud-Est et basées en France ou dans d’autres pays. Les rencontres de 2019 s’intéresseront aux espaces urbains, un objet se prêtant naturellement à la pluridisciplinarité, comme le reflète l’essor des études urbaines en histoire ou dans les sciences sociales du contemporain.

 

Dans les Balkans comme ailleurs, les transformations sociales, économiques et politiques ont modelé avec force les paysages urbains. Ainsi, ces espaces s’affirment comme des terrains d’observation féconds pour comprendre les processus à l’œuvre dans les sociétés balkaniques. Dans le même temps, ces villes sont le théâtre manifeste d’(en)jeux de pouvoir locaux, nationaux et/ou globaux et permettent en cela d’aborder des questions qui les dépassent. 

 

Si les plus anciennes villes de cette région sont des centres de commerce, souvent littoraux, qui répondent au modèle répandu en Méditerranée de villes-comptoirs, l’avènement des empires ottoman et habsbourgeois y a contribué à l’émergence d’un autre type urbain, notamment caractérisé par la prédominance de l’administration et du contrôle militaire. Avec l’affirmation des État-nations au XIXe siècle, les relations entre société et territoire y ont été profondément modifiées, consacrant les villes, et en particulier les capitales, comme les principaux lieux de l’activité économique et politique, et installant, plus que dans toutes les autres régions d’Europe, la macrocéphalie à cette nouvelle échelle.

 

Dans les villes les plus importantes comme dans les centres mineurs, les paysages urbains y sont le reflet des dynamiques économiques, politiques, culturelles comme des recompositions identitaires complexes, souvent contradictoires, qui traversent la péninsule. Longtemps analysées plutôt comme le résultat de décisions prises d’en haut par les décideurs politiques, ces villes paraissent avoir été sans cesse remodelées par des événements majeurs – guerres, incendies, révolutions – autant que par les pratiques quotidiennes de leurs habitants. Les nombreux mouvements politiques et sociaux – nationalisme, socialisme, féminisme etc. – et leurs promesses d’émancipation ne se sont ainsi pas limités à voir la ville comme un décor, mais ils l’ont sans cesse façonnée et transformée.

Continuer la lecture de Troisièmes rencontres d’études balkaniques – Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Third Balkan Studies Conference – Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales

Extended deadline – Of Great Powers and Failed States. State Assessment from the Late 19th Century to Today

Deadline:  January 15, 2019

Marburg, 3 – 5 July 2019

The way we view states has changed considerably over the past one and a half centuries. Imperial power is no longer seen as a criterion for successful statehood, while political experts of 19th century Europe would not have focused on economic growth and contemporary standards of good governance to determine whether a state will prosper or not.
    
A critical, historical perspective thus challenges the objectivity of today’s methods of state assessment and sharpens our understanding of how markers of statehood have changed as part of broader historical developments. Further developing this historical perspective is the objective of a three-day interdisciplinary conference hosted in Marburg by the Herder Institute for Historical Research on East Central Europe and the University of Birmingham on 3 – 5 July 2019. The conference will bring historians and political scientists together to critically scrutinise modern frameworks of state assessment by bringing them into connection with their historical roots. Thus, the conference will provide an alternative approach to the history of international relations as well as of the modern social sciences.

A main aim of the conference is to discuss when and how a “modern”, discursive framework of state assessment emerged and how it developed over time. For this, we want to investigate how the circulation of knowledge and practices associated with state assessment functioned and changed. We will examine how claims to scientific objectivity contributed to a broader international science of statehood that influenced international politics, economies, and state building over the 20th century. We will put a focus on practitioners of state assessment, such as social scientists, but also “laymen”, such as businessmen, politicians, journalists, and their networks. Another focus will be on the development of institutions of state assessment, such as inquiry commissions and scientific institutions.
    
The chronological focus of the conference is on the late 19th to the early 21st century, with a focus on profound historical ruptures such as the World Wars and the end of the Cold War, but contributions that span a longer period of time are also highly welcome. We invite contributions on all parts of the world.
    
We welcome proposals both from doctoral students and early-career researchers as well as from established scholars. Apart from historians and political scientists, we also invite scholars to apply who work in disciplines that concern themselves with the critical inquiry into state assessment, such as (but not restricted to) economics, geography, and sociology. We also aim to organise a section particularly dedicated to doctoral students and early post-doctoral researchers, a second one for established experts on the topic, and a third designed to bring academics and active practitioners of state assessment into a conversation.

The conference language is English.

The new, extended deadline for proposals is the 15th of January 2019. We aim to give feedback to applicants no later than February 2019.

The conference will take place at the Herder Institute in Marburg. The organisers will cover costs for travel and accommodation.

Themes and questions:

The following list includes topics closely related to the conference theme. It is not complete, and please feel free to submit proposals for topics that concern state assessment but are not listed below. In general, we are interested how norms of “successful” (and “failed”) statehood changed from geographical reach in 19th century political geography to the contemporary focus on institutions and economic growth. How are “successful” and “failed” states conceptualised at particular points in time, and what spurs these concepts to change? How are frameworks of state assessment updated, complemented or supplanted? What role do scientific innovations play in this development? Who are the practitioners, and who has hegemony over the practice of state assessment? What impact does the assessment of a state’s likelihood for survival have on this state itself – i.e. can state assessment become a self-fulfilling prophecy?

List of possible topics:
1.    Normative discourses that focus on successful or failing states, such as discourses on regions considered problematic (the “Third World”, East/South-East Asia, post-communist Eastern Europe, etc.) or discourses that categorise problematic states (“failed states”, “fragile states”, “states-at-risk”, etc.)
2.    The significance of the rise of modern sciences for the assessment of states (e.g. statistics, demography, economics, computerisation, etc.)
3.    Case studies of the assessment of successful and failing states (e.g. the US “Inquiry” during the First World War, Soviet “scientific forecasting”, the European Bank for Reconstruction and Development’s assessment of post-communist East Central Europe, etc.)
4.    Historical contexts and the emergence of categories for state assessment (e.g. national self-determination as a prerequisite for independent statehood, territorial coherence as a marker for successful states, economic indicators such as economic growth, etc.)
5.    Practitioners of state assessment and their networks (e.g. scientific communities, international organisations and NGOs, commercial enterprises, etc.)
6.    State assessment and its impact on international politics (e.g. the assessment of the interwar “seasonal states”, international politics and state collapse in the Middle East and at the Horn of Africa, interaction with non-recognised states such as the “Islamic State”, or the Donetsk People’s Republic, etc.)
 

Contact Info: 

To submit your proposal and CV or for further information on the conference, please get in touch with the organisers:

Dr Klaus Richter (University of Birmingham) – k.richter@bham.ac.uk

Dr Heidi Hein Kircher (Herder Institute, Marburg) – heidi.hein-kircher@herder-institut.de

Contact Email: 

Se mobiliser en contexte autoritaire / Mobilizations in authoritarian context

Appel à communication pour la Section Thématique 48 « Se mobiliser en contexte autoritaire » se tiendra lors du prochain congrès de l’AFSP en juillet 2019 à Bordeaux.

Les propositions de communication devront être envoyées par courriel à chacune des responsables scientifiques de la ST avant le 12 décembre 2018.

Paper proposals must be sent by e-mail to each of the panel’s conveners before December 12th, 2018.

Responsables scientifiques :

Işıl Erdinç (IRISSO, Université Paris Dauphine)

isilerdinc2@gmail.com

Ayşen Uysal (CRESPPA/CSU, IFEA)

uysalaysen@yahoo.fr

La section thématique entend interroger les modes et les stratégies d’action collective en contexte autoritaire. Juan Linz (2006) définit l’autoritarisme comme un régime au pluralisme limité. La section thématique vise ainsi à discuter l’engagement dans les régimes autoritaires et plus largement dans les régimes formellement démocratiques (les démocraties électorales) mais dont les pratiques des gouvernements ne peuvent permettre de les caractériser comme démocratiques, les régimes hybrides, les zones grises, les autoritarismes compétitifs (Levitsky et Way, 2010). La section thématique est ouverte à toutes les propositions portant sur des mobilisations dans des situations autoritaires tant dans les pays dits de Sud que dans les pays dits du Nord.

Continuer la lecture de Se mobiliser en contexte autoritaire / Mobilizations in authoritarian context

Fellow – Chercheurs résidents à l’Ecole Française d’Athènes

Les Écoles françaises à l’étranger ont mis en place depuis 2012 un statut de chercheurs résidents.
À l’École française d’Athènes, les enseignants-chercheurs, les chercheurs statutaires ou les post-doctorants sous contrat dans une institution de recherche ou dans un établissement d’enseignement supérieur peuvent bénéficier de ce dispositif. Ils sont accueillis pour une durée de un à six mois, éventuellement renouvelable, afin de développer un projet s’inscrivant la programmation quinquennale de l’École française d’Athènes.

L’appel à candidature pour l’année 2019 est lancé. Les dossiers peuvent être déposés jusqu’au 22 octobre 2018 à 12h (heure d’Athènes).

Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer ici.

 

BOURSES-FELLOWSHIPS 2019, ECOLE FRANÇAISE D’ATHÈNES

Date limite pour déposer votre candidature: 20 octobre 2018
Un accusé de réception sera envoyé pour tous les dossiers complets.

Le dossier de candidature comprendra les 5 éléments ci-dessous :

  • Une fiche de renseignements (saisie en ligne)
  • Un curriculum vitae
  • Une description de la recherche entreprise pour le doctorat *
  • Un projet de travail détaillé pour la durée de la bourse sollicitée *
  • Un rapport motivé du professeur dirigeant les recherches du candidat et éventuellement d’autres recommandations

    *Taille maximale de ces pièces : 10 000 caractères (espaces compris) chacune.

Pour en savoir plus.

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des « aires culturelles » Les espaces ottomans, turcs, balkaniques et centrasiatiques comme laboratoire

Paris, 15 février 2019 – CETOBAC / EHESS

Pour la version PDF cliquez sur AAC JD CETOBAC 15.02.2019

La journée doctorale portera sur les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. L’objectif de cette journée sera de questionner les liens existants entre les éléments au coeur de la formation des identités des individus et des groupes sociaux – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. Elle a également pour but d’identifier des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les différents espaces étudiés.

Si la transdisciplinarité – notamment pertinente en ce qui concerne les questions identitaires – est aujourd’hui au coeur des discours et des agendas de la recherche scientifique, sa mise en oeuvre concrète semble bien plus complexe. Dans ce contexte, l’étude des aires culturelles, malgré le fait qu’elle ait subi de nombreuses critiques, se révèle être particulièrement propice aux approches trans-régionale et transnationale ainsi qu’à la transdisciplinarité. En établissant un lieu de rencontre entre historiens, sociologues, anthropologues et politologues qui travaillent sur les mêmes espaces, nous aspirons à dépasser les champs de spécialisation pour ouvrir le débat sur les questions d’identités, de croyances et de pouvoir. L’enjeu est « d’enjamber les cloisonnements institutionnels et intellectuels » (Chevrier, 2003) afin d’identifier des catégories d’analyse communes nécessaires à un penser-ensemble.

Nous invitons donc les doctorant.e.s travaillant sur les espaces concernés à explorer :

– la fabrication des identités, souvent encore perçues comme fixes et inamovibles,

– la frontière entre identité et croyance, souvent brouillée,

– la formation de groupes ou mouvement sociaux,

– et/ou les circulations entre les différents espaces.

Modalités de soumission

Les doctorant.e.s sont invité.e.s à présenter leur recherche en lien avec la thématique de la journée doctorale. Cela peut être une présentation des sources, de la méthodologie, d’un chapitre de la thèse ou de tout autre volet de leur travail en cours. Il s’agit d’une journée doctorale proposée par le CETOBaC mais ouverte à tout.e participant.e travaillant sur les espaces en question.

Les participant.e.s peuvent envoyer un texte de 500 mots incluant: une présentation de soi (le nom du directeur/directrice de recherche, l’année d’inscription en doctorat, la discipline et l’institution d’appartenance), une brève présentation de la recherche accompagnée par le titre de la thèse et le sujet qu’il/elle souhaite présenter à la journée doctorale. Les doctorant.e.s qui ont besoin d’un financement pour se déplacer sont invité.e.s à l’indiquer dans leur proposition et de préciser leur lieu de résidence.

La date limite pour la soumission des candidatures est fixée au 30 octobre 2018.

Merci d’envoyer vos propositions à l’adresse : journeedoctorale.2019@gmail.com

Comité d’organisation :

Kristina Kovalskaya GSRL/EPHE-PSL, CETOBaC/EHESS

Julia Nietsch, CETOBaC/EHESS

Sarah Sajn, CHERPA/Sciences Po Aix

Meriç Tanık, CETOBaC/EHESS