Archives de catégorie : Appel à communication

Experimental cinema/documentary, New Media, video art from the Balkans

Proposals: June 15 2022

Papers due: November 15 2022

In the late 1950s and 1960s, experimental cinema in the Balkans developed away from the mainstream despite occasional official support. Experimental cinema often originated in so- called amateur film, and flourished in numerous cinema clubs in all major cities of the former Yugoslavian federation. However, the cinema clubs were also part of the socialist project of spreading art to all layers of society. In the 1970s artistic activity and forms of provocation continued to be produced clandestinely despite the reinforcement of censorship of Marshal Tito’s regime. The “New Art Practice”, a generation of artists active in Yugoslavia in the late 1960s and the 1970s, practiced experimentation in art, turning the traditional studio to artist-run spaces, creating multimedia performances in the street, as well as experimental publications. The concept of “anti-films” thrived, especially supported by the Genre Experimental Film Festival (GEFF). With the Yugoslav wars of the 1990s, cinematic practices branched out to a questioning of memory and identity, often through an ethno-anthropological gaze. In recent years, questions of ethnic identity remain relevant, but experimental cinema has expanded into diverse forms and subjects – gender, ecology, a return to folk mythology among others. Much of this has been approached through contemporary technological explorations of digitality or analogue media. As part of its 2022 Balkans focus, the East European Film Bulletin is preparing a special issue on experimental cinema, including experimental documentary, video and moving-image art and new media.

We are looking for essay-length contributions that should discuss current and past trends of these art forms in the Balkans (or of Balkan artists from abroad) and/or contributions that focus on the work(s) of a particular artist.

We are particularly interested in discussions on the work(s) of: Marina Abramović., Neša Paripović, Sanja Iveković, Dalibor Martinis, Maria Kourkouta, Marianna Christofide, Goran Trbuljak, Igor Toholj, Jurij Meden.

Publications should be in English. Proposals should be sent to editors@eefb.org Stylistic guidelines for essays published in our journal can be found here : https://eefb.org/contribute/

East European Film Bulletin | 22 rue des Envierges, 75020 Paris | Facebook | eefb.org

Balkanologie, revue d’études pluridisciplinaire. Les arts et les littératures balkaniques (xixe-xxie siècles) au prisme de l’engagement féministe

Vol. 18 n° 2 | 2023 – Les arts et les littératures balkaniques (xixe-xxie siècles) au prisme de l’engagement féministe

Coordination: Naïma Berkane and Lola Sinoimeri

Date limite de soumission des articles : 6 mai 2022

Les mouvements des femmes et l’histoire de l’engagement féministe dans les Balkans constituent désormais un champ de recherche établi dans les sciences sociales. De nombreux chercheurs et chercheuses ont contribué à éclairer, d’une part, la spécificité du contexte sud-est européen dans son ensemble au xxe siècle dans une approche comparatiste et, d’autre part, la chronologie différenciée de ces mouvements selon les situations des différents pays. Que ce soit dans les mouvements dits de « renaissance nationale » au xixe et début du xxe siècles, dans l’entre-deux guerres, après la Seconde Guerre mondiale, dans les années 1970 ou après la chute des différents régimes communistes et la dissolution de la Yougoslavie, les femmes se sont engagées et/ou se sont organisées autour de questions féministes.

Des chercheuses de la région en littérature et études de genre se sont déjà penchées sur l’histoire littéraire et artistique des Balkans. Notamment, la littérature dite post-yougoslave a été abondamment étudiée dans une perspective féministe et/ou transnationale (Lukić, 2017 ; Matijević, 2020). D’autres ont travaillé à historiciser ces phénomènes artistiques et littéraires tout en proposant une théorie et une critique féministes (Zelenović, 2020 ; Blagojević, Kolozova, Slapšak, 2006 ; Petrović, 2018).

Ce dossier de la revue Balkanologie interrogera la spécificité d’un engagement féministe dans les arts et la littérature balkaniques. Qu’en est-il de l’engagement littéraire et artistique des femmes pour leurs droits et/ou dans le cadre de mouvements féministes ? Quelles sont les spécificités de ces formes d’engagement artistique dans les pays des Balkans ?

Ces interrogations invitent à se situer historiquement au croisement de deux sujets : premièrement, les contextes de la condition et des mouvements des femmes dans les pays concernés, d’un xixe siècle où émerge la question des femmes jusqu’aux transitions libérales qui redéfinissent leur place dans ces sociétés, en passant par les projets socialistes et kémaliste où le thème de l’émancipation des femmes devient un outil de « légitimation fondamentale » (Giomi, Zerman, 2018). Toutes ces transformations auront en effet un impact sur les stratégies d’apparition des femmes dans les champs littéraires et artistiques. Deuxièmement, ces engagements seront étudiés au prisme de l’histoire des liens entre arts, littérature et politique dans les pays concernés. L’histoire littéraire et artistique des pays du Sud-Est européen, souvent qualifiés de « périphéries » littéraires et artistiques (Casanova, 2008), est marquée par son rapport au politique : ainsi, au xixe et au début du xxe siècle, les arts et la littérature participent activement aux mouvements dits de « renaissance nationale » ou de « reconstruction nationale ». Puis, sous le socialisme, les régimes appellent les écrivain-e-s et les artistes à définir leurs travaux par leur engagement et une critique sociale, voire, pour certains d’entre eux, à subordonner leur art au politique. Dans ces contextes, nous ne pouvons pas seulement penser l’intellectuel·le engagé·e comme « outsider » (Saïd, 1996) ou comme dissident·e : les lieux de friction entre collaboration et subversion ou dissensus paraissent particulièrement pertinents pour cette étude. L’engagement peut même, dans des contextes ultra politisés, revêtir des formes antipolitiques (Kemp-Welch, 2017) ou « escapistes ».

Si de nombreux travaux sur les questions de représentations des femmes ont déjà été produits, nous souhaitons nous centrer sur la capacité d’agir des femmes artistes et autrices que ce soit dans leurs productions artistiques ou dans leurs modes d’organisation féministe dans les champs littéraires et artistiques. Ce numéro invite à penser l’engagement artistique dans les œuvres, ses implications esthétiques, mais également comme action et mode d’organisation des femmes dans les champs littéraires et artistiques : si des femmes s’engagent en tant que créatrices, c’est également le cas des femmes occupant d’autres fonctions dans ces champs – on pense notamment aux critiques d’arts, aux métiers techniques, aux traductrices, etc.

Nous invitons les contributeur·ices à appréhender le qualificatif « féministe » au sens large : certaines femmes artistes ou autrices ont pu ne pas le mobiliser pour elles-mêmes, voire le rejeter (Lóránd, 2018). Cependant, l’analyse peut aborder leur engagement, leur trajectoire et leurs productions artistiques comme féministes. Cette définition ouverte du terme « féministe » renvoie à tout engagement politique, artistique, littéraire qui met en lumière la spécificité des conditions de vie des femmes et des oppressions que subissent les femmes en tant que groupe social.

Ce numéro est ouvert à des contributions venant de différents champs des sciences humaines et sociales (littérature, histoire des arts, esthétique, philosophie, histoire, sociologie, géographie, anthropologie, science politique). Souhaitant contribuer à l’écriture d’une histoire intellectuelle féministe « imbriquée, transnationale et comparative » des Balkans (Daskalova, 2018), nous encourageons vivement les travaux qui proposent une perspective comparatiste et transdisciplinaire.

Soumission des propositions

Les propositions de contributions en langue française ou anglaise doivent être envoyées par courriel à Lola Sinoimeri (lola-sinoimeri@riseup.net) et Naïma Berkane (naimaberkane@outlook.fr), les coordinatrices du dossier, le vendredi 6 mai 2022 au plus tard. Elles comporteront le titre, un résumé (500 mots maximum), cinq mots clés, une brève notice bio-bibliographique et les coordonnées de l’auteur·rice. Les auteur·rices seront informé·es de la sélection des propositions par les coordinatrices par courriel en juin 2022. Les auteur·rices dont les propositions seront retenues devront remettre leur article au 18 novembre 2022 dernier délai. Les articles seront ensuite soumis à une évaluation en double anonyme. Les auteur·rices auront alors un mois pour intégrer les commentaires, les critiques et les suggestions. La publication est prévue à l’automne 2023.

Pour plus d’information : https://journals.openedition.org/balkanologie/3258 (français) 

***

Vol. 18 n° 2 | 2023- Balkan Arts and Literatures (19-21th centuries) Through the Lens of Feminist Engagement

Coordination: Naïma Berkane and Lola Sinoimeri

Deadline for submission of paper proposals: May 6th, 2022

Women’s movements and the history of feminist engagement in the Balkans are a well-established academic field in social sciences. Many researchers contributed to shed light on the specificity of the South-East European context at large in the 20th century using a comparative approach while distinguishing the different movements’ chronologies according to the situation of the different countries. Whether it was in the so-called “national revival” movements in the 19th and early 20th centuries, or during the interwar period, after World War Two, or in the 1970s, or after the fall of the various communist regimes and the dissolution of Yugoslavia, women committed themselves and/or organized themselves around feminist issues.

Scholars in the region in literature and gender studies have already focused their research on the literary and artistic history of the Balkans. The so-called post-Yugoslav literature, for example, has been extensively studied from a feminist and/or transnational perspective (Lukić 2017; Matijević 2020). Others have worked on historicizing these artistic and literary phenomena while offering feminist theory and critique (Zelenović 2020; Blagojević, Kolozova, Slapšak 2006; Petrović 2018).

This issue of the review Balkanologie aims to interrogate the specificity of feminist engagement in Balkan arts and literatures. What about the literary and artistic engagement of women for their rights and/or in the scope of feminist movements? What are the specificities of these forms of artistic engagement in the different Balkan countries?

These interrogations invite us to lie at the intersections of two historical topics. First, we will observe the different contexts in which women’s living conditions changed and political movements appeared: from the 19th century, when the women question emerged, through the socialist and Kemalist projects where the theme of women’s emancipation became a tool for “fundamental legitimization” (Giomi, Zerman 2018), to the liberal transitions that redefined their place in society. All these transformations have had an impact on the different strategies of women’s appearance in literary and artistic fields. Second, these commitments will be studied through the lens of the history of relations between arts, literature and politics in these countries. Literary and artistic history of the South-East European countries, often referred to as literary and artistic “peripheries” (Casanova 2008), is marked by its relationship to politics: thus, in the 19th and early 20th centuries, arts and literature were actively involved in the so-called “national revival” or “national reconstruction” movements. Then, under socialism, the regimes called writers and artists to define their work according to their commitment and social critique, and even, for some of them, to subordinate their art to politics. In these contexts, we cannot only think of the engaged intellectual as an “outsider” (Saïd, 1996) or as a dissident. Spaces of friction between collaboration and subversion or dissent seem therefore particularly relevant for this study. Engagement can even, in highly politicized contexts, take on anti-political (Kemp-Welch, 2017) or “escapist” forms.

While scholarship has already been produced on issues of women’s representation, here we wish to focus on the agency of women artists and writers, both in their artistic productions or in their feminist modes of organisation in the literary and artistic fields. This issue invites researchers to think about political engagement in artworks, its aesthetic implications, but also as action and mode of organisation for women in the literary and artistic fields: women can get involved as creators or writers, but also by occupying other functions in these fields – we think specifically of art critics, technical professions, translators, etc.

We invite contributors to understand the label “feminist” in a broad sense: some women artists or writers may not have used it for themselves, or may even have rejected it (Lóránd, 2018). However, the analysis can address their engagement, trajectory and artistic productions as feminist. This open definition of the term “feminist” refers to any political, artistic, literary engagement that highlights the specificity of women’s living conditions and the oppressions women face as a social group.

This issue is open to contributions from different fields in human and social sciences (literature, art history, aesthetics, philosophy, history, sociology, geography, anthropology, political science). Wishing to contribute to the writing of a “intertwined, transnational and comparative” feminist intellectual history of the Balkans (Daskalova, 2018), we strongly encourage works that propose a comparative and transdisciplinary perspective.

Proposal submission

Proposals for articles, in either French or English, will be sent by e-mail to the editors of the issue, Lola Sinoimeri (lola-sinoimeri@riseup.net) and Naïma Berkane (naimaberkane@outlook.fr) on 6th May 2022 at the latest. They will include the title, an abstract (up to 500 words), five key-words, a bio-bibliographic note and the authors’ contact information. The authors will be informed by the editors about the selection of proposals by e-mail in June 2022. Authors will then be required to submit a first version of their papers before 18th December 2022 at the latest. The articles will be submitted to dual-anonymous peer reviewing, after which authors will have a month to modify their papers according to the remarks, critics and suggestions received. The issue should finally be published in autumn 2023.

For further information : https://journals.openedition.org/balkanologie/3259 (English)

Histoire, archives et mémoires des dissidents et exilés de l’URSS et de l’Europe socialiste (1945-1991)

Colloque international de clôture du projet CollEx Persée DISSINVENT.

Les propositions devront parvenir avant le 18 mars 2022 à l’adresse mail : dissinvent@gmail.com (titre, résumé de 300 mots, bio-bibliographie du ou des proposants), en français ou en anglais.

Dates du colloque : 2 et 3 juin 2022
Lieu : le colloque se tiendra de préférence en présentiel à Nanterre, ainsi qu’en visioconférence.

Organisation
La contemporaine, bibliothèque, archives, musée des mondes contemporains (Nanterre) – Université de Paris, unité de recherches ICT L’Europe dans les mondes

Partenaires
Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, Institut d’études slaves, UMR Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen, UMR Institut des sciences sociales du politique, UMR Eur’ORBEM, Centre de recherche Europes-Eurasie.

Présentation
Terre d’asile pour les « vagues » successives d’émigration de Russie, d’Union soviétique et d’Europe centrale et orientale, la France devient l’un des pays d’accueil de la dissidence venue du « bloc » socialiste européen pendant la longue guerre froide. Si pour certains, la France est une plateforme de passage vers le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Amérique du Nord ou Israël, d’autres s’y installent durablement. Un tissu politique et associatif particulièrement actif fait le lien tant avec les diasporas émigrées qu’avec les institutions françaises et les groupes ou les personnes restées à l’Est.
Ces hommes et ces femmes ont produit un important patrimoine documentaire qui reste mal connu, parfois menacé, concernant leur activité éditoriale, de création, de publication et de recherche ainsi que leurs engagements politiques dans ce que l’on peut nommer très largement les « dissidences ». Ils ont aussi été les acteurs de la collecte patrimoniale publique et privée, de son traitement et de sa valorisation, comme collectionneurs, donateurs ou en devenant eux-mêmes des professionnels de la documentation. Ils ont parfois écrit leur propre histoire, et ont été fréquemment sollicités depuis les années 1990 pour des témoignages audiovisuels.

Lauréat de l’appel à projet CollEx Persée 2020, le projet DISSINVENT se propose, pour la première fois, d’INVENtorier, rendre visibles nationalement et internationalement et valoriser ces importantes collections produites par les DISSidences « de l’Est » en exil en France, entre 1945 et 1991.

Les propositions de communication pourront porter sur les thèmes suivants :
Thème 1 : Histoires et circulations de fonds et de collections produites par les dissidents et exilés des Etats socialistes européens, créés ou déposés en France après 1945 mais aussi dans d’autres pays pour comparaison.
Y a-t-il des corpus transnationaux clandestins/militants/exilés ? Quelle typologie des producteurs (écrivains, artistes, scientifiques, professeurs, éditeurs, syndicalistes…) ? Quel rôle des diplomaties de guerre froide, des passeurs, des instances de surveillance et de censure ? Pourquoi conserver / déposer ses propres archives ou celles de sa famille ? Quelle est la place de ces collections dans le projet de cartographie nationale de CollEx Persee ?

Thème 2 : Statut et traitements des fonds et collections une fois déposés.
A qui appartiennent les fonds ? Quelle légitimité des déplacements et « rapatriements » après la disparition des régimes communistes ? Comment repérer, conserver, cataloguer et valoriser une documentation hétérogène (ego-documents, tracts, objets, revues, images…) ? Comment prendre en compte la diversité linguis-
tique, traduire et faire connaître les notices et les inventaires ? La numérisation eff ace-t-elle la singularité de ces corpus ?

Thème 3 : Accès et usages pour l’histoire, les sciences sociales, la littérature.
L’accès aux sources : cadre légal, pratiques institutionnelles. Que faire des documents et témoignages oraux collectés pendant une recherche ? Quelles expériences d’ouvertures et de fermetures de fonds, de pertes documentaires? Spécificité des sources et de la mémoire de l’exil et de la dissidence de l’Est par rapport à d’autres diasporas ? Des sources sensibles (émotions, révélations, lustrations, usages littéraires) ?

***

Les demandes de financement seront examinées sur demande. Les intervenants juniors (mastérants, doctorants, post-doctorants) sont bienvenus.

Les contributions pourront être publiées dans un numéro spécial de la revue Matériaux pour l’histoire de notre temps prévu fin 2022.