Archives de catégorie : Appel à communication

Appel à communications, “Visions de la nature et défis environnementaux au prisme du regard grec”, 12-14 février 2025

Visions de la nature et défis environnementaux au prisme du regard grec. Approches transdisciplinaires et diachroniques
XXVIIe Congrès des néo-hellénistes des universités francophones

Colloque organisé par l’Unité de Grec moderne
Département des Études méditerranéennes, slaves et orientales

Université de Genève
Dates : 12-14 février 2025
Lieu : Université de Genève

Langue de travail : français
Les propositions de communication (titre + résumé 250 mots environ) sont attendues pour le 30 mai
2024 au plus tard. Vous pouvez envoyer vos propositions aux adresses mail suivantes :
Vasiliki.Tsaita-Tsilimeni@unige.ch et Meropi.Anastassiadou-Dumont@unige.ch

Le contexte
En 2022, le Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), M. Petteri Taalas a déclaré qu’ « un épisode de sécheresse prolongé en Afrique de l’Est, des précipitations record au Pakistan et des vagues de chaleur sans précédent en Chine et en Europe ont touché des dizaines de millions de personnes, entraîné une insécurité alimentaire, provoqué des migrations massives et coûté des milliards de dollars É.U. en pertes et dommages».
De son côté, Le Monde, toujours en 2022, relayait un rapport de l’OMM, selon lequel le système énergétique mondial conduisait l’humanité à la catastrophe. « Quatre marqueurs-clés du changement climatique ont battu de nouveaux records en 2021 : les concentrations de gaz à effet de serre, l’élévation du niveau de la mer, la température et l’acidification des océans. ». Fin février 2023, un nombre record de dauphins morts est retrouvé sur les plages françaises. Au Canada, la plus grande patinoire naturelle du monde ferme pour la première fois. Les explosions de missiles et de munitions pendant la guerre en Ukraine créent un dangereux mélange de substances, affectant considérablement l’équilibre écologique. 17 000 sites en Europe sont aujourd’hui contaminés par les
polluants pérennes […]

La Grèce et les Grecs face au défis environnementaux
Devant l’urgence et l’omniprésence d’un sujet qui concerne la Grèce et le monde méditerranéen au premier chef, tant les équilibres écologiques y sont fragiles, l’Unité de grec moderne de l’Université de Genève souhaite contribuer au débat en explorant la production d’artistes, intellectuels, faiseurs d’opinion et figures du monde scientifique qui, dans l’espace grec (pris dans un sens extensif), celui d’hier comme celui d’aujourd’hui, se sont prononcés sur des questions aussi urgentes que l’écologie, l’environnement, les défis liés aux évolutions technologiques et à la croissance économique, et, plus généralement, sur la diversité des phénomènes induits par l’activité humaine, appréhendée à travers
la notion d’Anthropocène.

Le colloque de Genève favorisera la confrontation des points de vue et les échanges entre disciplines. Seront bienvenues les contributions portant sur tout type de document du passé et/ou du présent, littéraire, historique, social, politique, supports artistiques, matériaux juridiques,
publications scientifiques, presse…
La réflexion collective pourra d’abord se nourrir de l’apport des études littéraires et linguistiques. Dans quelle mesure la langue et ses formes peuvent-elles contribuer à une mission de sensibilisation aux sujets environnementaux ? L’idée de la nature, de la vie rurale et du paysage
occupent une place importante dans la production littéraire grecque depuis le XIIème siècle et jusqu’à nos jours. La nature, tantôt symbole, tantôt cadre de l’action, tantôt métaphore d’un état émotionnel, tantôt porteuse de valeurs suprêmes, siège dans un grand nombre de textes littéraires du spectre de ce qu’on appelle littérature néo-hellénique (représentant des liens d’inspiration, de connexion, de rupture, de nomination, des histoires prophétiques, dystopiques, apocalyptiques,
etc.).
Historiens et politologues pourraient s’intéresser à un champ de recherches très partiellement défriché, celui de l’histoire des paysages grecs. Ils pourraient aussi se pencher sur des thèmes comme
la répétition de l’histoire, l’état de nature, la symbiose entre l’homme et la nature, à moins qu’ils n’abordent les problématiques environnementales à travers l’économie, les questions de croissance/décroissance, l’histoire sociale, les recherches sur l’activisme politique, l’histoire des ressources naturelles, pour ne citer ici que quelques dossiers particulièrement prégnants, et ce sans restriction de période, de l’antiquité grecque à nos jours, en passant par l’époque byzantine, ottomane, ou les premières années de la création du nouvel État grec.
Le colloque de Genève compte aussi beaucoup sur les contributions relatives au champ juridique.
Qu’en est-il de la législation actuelle sur les questions environnementales ? Dans quelle mesure cette législation est-elle respectée ? Comment cohabite-t-elle avec des coutumes parfois héritées d’un passé très lointain ? De quels moyens les autorités disposent-elles pour faire plier ceux qui, guidés par l’appât du gain, saccagent les paysages, détruisent les ressources naturelles, s’en prennent parfois de manière irréversible aux équilibres écologiques ? Autant de questions, parmi bien d’autres, qu’on ne saurait éluder.
Enfin, parmi les aspects à explorer, figure l’ensemble des initiatives actuelles, ou récentes, appelant à l’invention d’une nouvelle façon de vivre le quotidien : une façon qui soit respectueuse de l’environnement, en coexistence avec la nature et ses lois, conditions et besoins. On pense à l’écoféminisme, à la question de la consommation (ou consumérisme), notamment dans les secteurs de la mode, de la mobilité et du tourisme, mais aussi à l’écologie corporelle et à la notion de « naturel », dans les domaines de la santé et de la médecine. Pour prendre la pleine mesure des
combats à mener, il serait utile, parallèlement, de s’intéresser aux forces de résistance et à leurs arguments, qu’il s’agisse des climatosceptiques, des tenants d’un libéralisme sans entraves, ou, plus généralement, de tous ceux qui croient aux vertus d’un monde immuable, ancré dans ses traditions, ses convictions et ses peurs ancestrales. […]

Grilles d’analyse
Les propositions porteront soit sur la Grèce, à l’intérieur de ses frontières poli5ques actuelles, soit sur « l’espace grec » dans toute son extension. C’est ainsi, par exemple, que peuvent être pris en compte les apports au débat sur l’environnement des artistes et intellectuels grecs de la diaspora
(Etats-Unis, Europe occidentale, Amérique la6ne, Australie, etc…)
La liste de notions-clés ci-dessous est volontairement ellip0que pour laisser aux participants le plus de champ possible. Au demeurant, elle est loin de prétendre à l’exhaustivité. Bien d’autres approches sont envisageables.

Alimentation et pollution : la place du monde végétal (entre autres)

Conscience écologique

Disparition des espèces animales/végétales, troubles de la chaine alimentaire

Droit et environnement

Éco-féminisme

Écologie culturelle

Écologie et corps

Écologie politique

Écriture « naturelle » / Écriture de la nature

Éducation à l’environnement

Exploitation des ressources naturelles

Fiction et climat

Guerres contemporaines et catastrophe environnementale

Humanités et écosystème

Mondes dystopiques

Nature et Cité

Regards sur l’anthropocène

Théories écologiques de la littérature

Tourisme et surtourisme

Climat et migration

Comité scientifique :
1.-Colonas Vassilis, architecture, professeur émérite, Université de Thessalie
2.-Grenet Mathieu, histoire, maître de conférences, Institut d’Albi
3.-Rappas Alexis, histoire, professeur associé, Koç University, Istanbul
4.-Vassilaki Sophie, langue et linguistique, professeure, INALCO, Paris
5.-Dimitrios Kargiotis, littérature comparée, maître de conférences, Université de Strasbourg
6.-Titika Dimitroulia, traduction, professeure ordinaire, Université Capodistrienne d’Athènes
7.-Marilisa Mitsou, littérature, professeure émérite, EHESS, CRH, Paris

Comité d’organisation :
1.- Méropi Anastasiadou-Dumont, histoire, professeure, INALCO, chargée de cours, UNIGE
2.- Vasiliki Tsaita Tsilimeni, littérature et langue, chargée de cours et d’enseignement, UNIGE
3.- Laurence Maire Maison, littérature, candidate au doctorat, UNIGE
4.- Paris Kyritsis, histoire-géographie, candidat au doctorat, UNIGE

Appel à articles et appel à communications – Egyptian Cults in the Balkans – EFA

International Scientific conference Egyptian Cults in the Balkans

Deadline for submission: May 31 2024

Contact : vessela.atanassova@efa.gr

Download the call for papers

Download the application form

Dates : October 29-31 2024

Location: École française d’Athènes, Greece

Organised by the École française d’Athènes and the Institute for Balkan Studies and Center of Thracology, Bulgarian Academy of Sciences, in connection with the project Egyptian Cults in Ancient Thrace (Project no 101130859 – ECAT) funded by HORIZON WIDERA 2022

The main goal of the event is to unite the efforts of the academic community and expand our knowledge in the field, while presenting some results of the research related to the project. For this reason, it can involve a wide range of academics, researchers and scientists. It can be freely attended by museum specialists, experts, young researchers, postdoctoral students, PhD students, MA students and of course any person interested in the diffusion of Egyptian Cults in the Balkans. This topic allows the use of information from all kind of sources: archaeological excavations, written data, epigraphic and anepigraphic monuments – all with the potential to reinforce our understanding of the ancient cult practices in the region. We will discuss questions as the degree of worship of Egyptian deities in the Balkan lands, ways of penetration, ethnic and social characteristics of the adepts, distinctive features and / or types of statuary, epigraphic and numismatic material.

The conference will take place in the École française d’Athènes from 29 to 31 October 2024. Those wishing to participate must fill in the application form.

Applications must be sent electronically to vessela.atanassova@efa.gr before May 31, 2024. For further information and updates, follow us on www.thraceandegypt.com.

Oral communications

Speakers will attend in person
Each communication will last 25 minutes
The official languages are English and French

Conference Papers

The scientific papers will be published in the Conference Proceedings. They must be sent electronically to vessela.atanassova@efa.gr before March 1st, 2025.

Travel costs and accommodation

The travel costs to and from the place of the conference are at the expense of the participants. The Organizing Committee offers accommodation for the speakers.

Scientific Committee

Laurent Bricault, University of Toulouse II Jean Jaurès, Institut Universitaire de France
Sergei Ignatov, New Bulgarian University
Laurianne Martinez-Sève, École française d’Athènes
Hélène Brun-Kyriakidis, Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

Organizing Committee

Laurianne Martinez-Sève, École française d’Athènes
Vessela Atanassova, Institute for Balkan Studies with Center of Thracology & École française d’Athènes

EFA- Appel à communication – Call for papers- Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe

Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XXe siècle

Dates : Vendredi 15 novembre 2024

Lieu: École française d’Athènes

Organisé par le projet ERC AGRELITA et l’École française d’Athènes (EFA)

Deadline for submission: 15 mai 2024

Contact : catherine-bougassas@orange.fr | catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

Download the call for papers (EN) | Télécharger l’appel (FR) 

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance en Europe occidentale : « L’Antiquité païenne, loin de « re-naître » dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes[1]. » Il a étudié comment au Moyen Âge, les dieux grecs, qui portent alors souvent leurs noms latins, ont survécu grâce aux idées qu’ils ont incarnées et grâce à trois grandes lignes d’interprétation, en grande partie hérités de l’Antiquité – l’explication évhémériste, l’explication physique et astrologique, l’explication allégorique, morale et religieuse. Il a aussi analysé comment, dans le même temps, leurs formes se sont transformées, avec des métamorphoses étonnantes, puis un retour à l’antique à la Renaissance. Dans la littérature latine, de nouveaux ouvrages mythographiques ont en effet été écrits du Ve au XIIIe siècle, à commencer par ceux de Fulgence et des trois mythographes du Vatican, et à partir du début du XIVe siècle, les évocations des divinités païennes se multiplient, tant dans des ouvrages latins, l’Africa de Pétrarque, les Genealogie deorum gentilium de Boccace ou le De formis figurisque deorum de Pierre Bersuire, que des œuvres écrites dans les langues romanes. Les divinités païennes grecques ou gréco-latines entrent alors dans des univers textuels divers, des histoires universelles et des chroniques nombreuses, des traductions, des œuvres historico-romanesques, des romans, des ouvrages didactiques au contenu divers, des œuvres poétiques, des épopées, de nouvelles traductions des textes antiques, des livres d’emblèmes, des traités mythographiques, des traités spécifiquement consacrés aux dieux antiques… Ces divinités païennes sont dans le même temps aussi présentes dans les textes byzantins et post-byzantins.

–> Lire la suite

Publication

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité ».

Modalités

Les propositions (titre et résumé de 200-300 mots)sont à adresser avant le 15 mai 2024 à Catherine Gaullier-Bougassas aux adresses suivantes :

catherine-bougassas@orange.fr & catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

Appel à communication pour le Congrès de l’ABDOS à Strasbourg

La Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg accueillera du 27 au 29 mai 2024 le congrès annuel de l’ABDOS : Association des bibliothèques allemandes et suisses pour la recherche sur l’Europe de l’Est, Centrale et du Sud-Est (https://abdos.martin-opitz-bibliothek.de).

C’est leur premier congrès en France.

Le sujet de cette année : “Construire ensemble la connaissance sur l’Europe de l’Est : collaboration entre les bibliothèques et la recherche”.

The 51st international conference of ABDOS e.V.

 

“Connecting Libraries and Research on Eastern Europe: Strengthening the Collaboration for Knowledge”

will be held May 27-29, 2024 at and jointly with the National and University Library of Strasbourg (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg BNU).

At our first conference in France, we would like to place a special focus on a comparative analysis of the services, projects and current developments both in research on Eastern, Central Eastern and South Eastern Europe and in the thematically related library and documentation infrastructures.

Proposals are invited for shorter (10 minutes) and longer (20 minutes) contributions on the following topics in particular:

  • Infrastructures and services for research: Current and future projects
  • Collections in the digital age: building, maintaining and communicating special collections related to Eastern Europe
  • New developments in the digital field and in the area of artificial intelligence (AI) and their impact on libraries
  • Research on Eastern, Central Eastern and South Eastern Europe in times of political and social change and upheaval
The conference will give participants the opportunity to familiarise themselves with various departments and key areas of work at the BNU. We would also like to provide ample opportunities for participants and speakers to exchange ideas with each other.The programme also includes an informal get-together on the evening of 26 May and the ABDOS general meeting on 28 May .

A list of hotels within easy reach of the conference venue will be published at a later date.

The official conference languages are German and English. Simultaneous interpreting will not take place.
The conference fee is 90€ (ABDOS members) / 130€ (non-members) / 400€ (commercial providers) (including lunch).

Submission deadline : 29 February 2024.

XVe Rencontres de l’AEMB – Appel à communications / Call for papers

L’Association des étudiants du monde byzantin est heureuse d’annoncer la tenue des XVe Rencontres internationales des jeunes byzantinistes qui auront lieu les 4-5 octobre 2024.

Byzance en ses marges : centres, périphéries, contours

La montagne, la croix, les bourreaux : tout, dans la célèbre miniature du Psautier Khludov, nous transporte “au-dehors”. Aux portes de la ville, à la lisière de la société, la Crucifixion évoque encore, au souvenir des iconoclastes, les contours mouvants du dogme chrétien. De cette remarquable mise en abyme où l’image, depuis les marges auxquelles elle semble reléguée, surplombe le texte pour en mieux tempérer l’ascendant, émane pourtant une vague confusion : lequel, de l’écrit ou de l’enluminure, se tient au centre de la page – s’il en est un?

Des marges du psautier à celles de Byzance, il n’y a qu’un pas. Microcosme par excellence, le livre illustré nous invite à étendre, à l’échelle d’un monde, cette notion ambivalente.  À l’image du tracé mouvant des frontières, la tension qui se noue entre le texte et la miniature affleure, sous de multiples aspects, à travers la carte : entre la capitale et les provinces, l’empire et ses vassaux, le prince chrétien et ses voisins.

Telles régions limitrophes s’affirment, avec le temps, comme des centres incontestables du pouvoir – la Serbie et la Bulgarie, l’Épire et Trébizonde : et voici Byzance devenue marge. Telles autres, plus éloignées de Constantinople – culturellement, spirituellement –, maintiennent avec elle des liens ténus pour mieux se définir : ainsi de l’Arménie, de la Sicile, de la Rus’ de Kiev et même de l’Éthiopie, autant d’autres Byzance(s) en-dehors de Byzance.

En réduisant à l’espace urbain les enjeux territoriaux de l’empire, en les transposant aussi à l’espace ecclésial, le même paradigme nous incite à en déceler les axes et les seuils. Les murs de la ville et ses édifices, l’architecture et le décor des églises, les lieux de pèlerinage et les nécropoles élaborent et refondent, constamment, la notion de liminalité.

Le Christ supplicié, de même que l’iconoclaste sacrilège, esquisse la norme sociale : l’hérésie, comme le calvaire, retranche, exclut, marginalise. Mais les franges de la société byzantine, qui dépassent de loin les
projections modernes, façonnent une mosaïque nuancée dont bien des composantes, souvent négligées – femmes, criminels, ascètes –, nous engagent à repenser la cohérence.

Moines et monastères revendiquent leur marginalité autant qu’ils l’idéalisent : tant leur implantation, aux abords ou en plein cœur de la ville, que la reconnaissance sociale dont ils jouissent, semblent contredire la réclusion à laquelle ils prétendent. L’exil lui-même, souvent amer, maintient plus que jamais son objet au centre des égards : éloigné, on le surveille ; il écrit, revient parfois.

Penser Byzance, enfin, exige la distance et le décentrement du regard étranger. Chroniqueurs arméniens, latins et syriaques, émissaires arabes et mongols ont porté sur l’empire, sa culture et ses rites, un œil attentif, parfois acéré, que les historiens ne sauraient mésestimer. Notre discipline elle-même n’y échappe en rien : ultime soubresaut du monde gréco-romain, interminable Bas-Empire ou prélude à la Turquie ottomane, l’histoire byzantine fut, elle aussi, longtemps perçue comme marginale – l’une de ces inévitables transitions indispensables à la chronologie.

Les centres, les normes, les limites : tout restait alors à définir à qui voulait que la culture byzantine devînt enfin l’objet d’une étude autonome. Aujourd’hui, la délicate tension entre le centre du monde et les marges de l’empire témoigne des avancées de la recherche comme des écueils auxquels elle est confrontée. Telle est l’ambition des XVe Rencontres internationales des étudiants du monde byzantin : aborder Byzance en ses marges, depuis ses marges, en tant que marge.

Les communications pourront s’inscrire dans les thématiques suivantes :
– marges territoriales, frontières et espaces de transition
– peuplement des marges et déplacements de populations
– place des femmes, des enfants, des esclaves, des individus en dehors des normes de genre
– maladies, infirmités, handicaps, mort
– controverses religieuses, hérésies, excommunications et anathèmes
– institutions monastiques
– manifestations de la marginalité : costume, pratiques alimentaires
– Byzance vue de l’extérieur

Les interventions, d’une durée de vingt minutes, pourront être données en français ou en anglais.

Les propositions de communications (250 à 300 mots), ainsi qu’une brève biographie incluant l’institution de rattachement, le niveau d’études actuel (master, doctorat, post-doctorat) et le sujet de recherche, devront être envoyées à l’adresse aemb.paris@gmail.com, au plus tard
le 31 mars 2024.

Les Rencontres se tiendront en présentiel, à Paris, les 4 et 5 octobre 2024.

La prise en charge des frais de transports par l’AEMB est envisageable pour les candidates et candidats ne pouvant obtenir de financement de la part de leur institution d’origine. Les candidates et candidats retenu.es devront adhérer à l’AEMB.

Women in Eastern and Southeastern Europe and the Experience of War. An interconfessional, interreligious and interethnic Perspective (19th to 21st centuries)

Titles and abstracts (up to maximum 250 words) should be submitted to Marian Pătru at marianpatru@gmail.com by February 29, 2024.

The conference will take place in Sibiu/Romania on 23–24 May 2024 (hybrid presence).

War is generally viewed as a male-only affair, with almost total disregard for the important role women play during and after armed conflict. The main goal of the conference is to analyse how women in different historical, social, cultural and religious contexts have dealt
with war and its effects. The conference will focus in particular but not exclusively on questions such as: What role did women play in the wars that confronted Southeastern Europe (the various armed conflicts of the 19th century, the two world wars, the wars in the
former Yugoslavia in the 1990s, the war in Ukraine etc.)? How did they contribute to the post-war reconstruction of their countries? What role did women’s religious organizations of different denominations play in this context? What are the differences between male (political, historiographical, etc.) and female discourses on war? etc. A special session of the conference will be dedicated to the war in Ukraine: The Ukrainian women living as refugees in Sibiu will be invited to speak about their experience of the war.

The conference is being organized with the financial support of the German National Committee of the Lutheran World Federation/Hanover.

The Left in Southeast Europe: Identities and Discourses

Call for Papers for a conference to be held on 4th and 5th April 2024, University of Tirana

Deadline: 15/01/2024 (please see  here and below for contact details)

Right after the democratic transition, scholars have pointed at the great diversity of communist successor parties’ identities and discourses. Some of them, in fact, were able to successfully turn into social democratic parties, rejecting the wrongdoings of the previous regime. Others transmuted towards nationalism, revisiting recent history through a patriotic lens. Finally, some groupings resisted the change and kept their Communist banner, assessing the capitalist and democratic transition negatively.

The memory of the past was indeed not the only sphere of divergence between the fellow parties since they came to vary in economic and socio-cultural issues too. The present call wants to explore communist successor parties’ identities and discourses thirty years after the transition. It both welcomes papers enquiring on the causal roots of communist successors’ identity and on left-wing discursive practices.

Continuer la lecture de The Left in Southeast Europe: Identities and Discourses

Extended deadline for panel and paper proposals: CIEPO-25

Location: Albania
Subject Fields: Early Modern History and Period Studies, Eastern Europe History / Studies, Humanities, Islamic History / Studies, Middle East History / Studies

 

New Submission Deadline: The deadline for the submission of proposals (both for panels and individual papers) for CIEPO-25 has now been extended to 20 December 2023. This extension is in response to numerous requests and aims to accommodate the needs of potential participants.

The Academy of Albanian Studies and the Institute of Political Studies “Sami Frasheri” are pleased to announce that the 25th Symposium of the Comité International des Études Pré-Ottomanes et Ottomanes (International Committee for Pre-Ottoman and Ottoman Studies, CIÉPO) will take place in Tirana, Albania, from 21-25 June 2024.

The aim is to provide a platform of a high scholarly level that will promote the knowledge and sustain the memory of Ottoman history.

The symposium will include four days of sessions at a designated conference center in Tirana (21-24 June). An excursion is scheduled for the last day (25 June), during which participants will have the chance to visit Ottoman sites in the surrounding areas.

Submissions

The organizers encourage thematic panels, but individual papers may also be submitted. In total, the symposium will feature up to 200 papers. Each paper, whether part of a panel or independent, will be of a duration of 15 minutes. Panels should ideally comprise four papers (panels of three to six papers are also acceptable) and include a brief 5-minute introductory presentation. All sessions will conclude with a brief discussion.

Continuer la lecture de Extended deadline for panel and paper proposals: CIEPO-25