Archives de catégorie : 2018 – 2019

GDR Connaissance de l’Europe médiane

Le premier séminaire du GDR Connaissance de l’Europe médiane de l’année universitaire, aura lieu le vendredi 23 novembre à 14 h 30 à l’Institut d’études slaves.
À l’occasion de la sortie aux Presses universitaires de Rennes du numéro 14 (daté de novembre 2018) de la revue Monde(s) intitulé « L’Europe médiane, carrefours et connexion », tout en revenant sur son contenu et ce qui a présidé à son organisation, nous poserons la question suivante : L’Europe médiane fait-elle sens aujourd’hui ? Vous trouverez ci-dessous le lien de l’introduction à ce numéro (copier le lien dans votre moteur de recherche) :
Cinq intervenants de quatre disciplines différentes interviendront chacun une quinzaine de minutes pour lancer la discussion et le partage d’idées qui constitueront l’essentiel de cette séance à laquelle tous sont conviés pour enrichir le débat par d’autres disciplines (géographie etc.):

  • Mateusz Chmurski (Paris-Sorbonne)
  • David Do Paço (Science Po Paris)
  • Marie-Elizabeth Ducreux (CNRS/EHESS-CRH)
  • Paul Gradvohl (Université de Lorraine)
  • Frédéric Zalewski (Université de Nanterre-Paris-Ouest)

En raison des contraintes de sécurité, il est impératif que vous signaliez votre présence à l’adresse suivante: antoine.mares@wanadoo.fr

Ce séminaire sera aussi l’occasion de vous informer des activités de l’année et de l’avenir du GDR. 

Séminaire de l’Idemec

Programme 2018/2019

Le séminaire a lieu le vendredi de 14h à 16h en salle Georges Duby de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH)

5, rue du Château de l’Horloge, Aix-en-Provence

28 septembre. Séance de rentrée.

5 octobre. Méditerranée, 1. Christian Bromberger (Idemec). Comment penser la Méditerranée ?

12 octobre. Francesco Piraino (Idemec). Le soufisme méditerranéen dans la sphère publique : entre diplomatie et realpolitik.

19 octobre. Méditerranée, 2. Paul Sant Cassia (Université de Malte). Some reflections on the anthropology of the Mediterranean: The issue of intermarriage, syncretism and crypto-religion

9 novembre. Méditerranée, 3. Maurice Aymard (EHESS). La Méditerranée, un laboratoire vivant des sciences sociales.

***

16 novembre. Ethnomusicologie, 1. Olivier Tourny (Idemec). Hétérographies du fait musical.

23 novembre. Ethnomusicologie, 2. Georges Paczynski (Musicien, batteur de Jazz, Docteur ès Lettres). De l’art du geste à l’art du son.

30 novembre. Ethnomusicologie, 3. a) Blanche Lacoste (doctorante Idemec). Dieu et les voix/voies de la migration féminine à Rome. b) Matteo Cialone (doctorant Idemec). Faire parler le passé immatériel : la question de l’archive musicale.

7 décembre. Ethnomusicologie, reprise.

***

14 décembre. Géraldine Mossière (Université de Montréal, professeur invité Idemec). Les récits de conversion : hétérographie et politisation du discours.

21 décembre. Stéphane Breton (EHESS, LAS). Voir et être vu.

11 janvier. Sara Kuehn (Idemec). Picturing gender construction and performativity in Sufi contexts.

***

18 janvier. Image et écriture, 1. Gwenola Graff (IRD, Paloc). Dynamiques de création de l’écriture et pratiques iconiques dans l’Égypte pré-pharaonique.

25 janvier. Image et écriture, 2. Zeynep Devrim Gürsel (Université de Bâle). Portraits of Unbelonging.

1er février. Image et écriture, 3. Florence Weber (ENS) et Jean-Robert Dantou (Agence Vu). Pour une alliance entre photographie et sciences sociales : retour sur trois expériences de recherche.

8 février. Image et écriture, reprise.

***

1er mars. Hétérographie filmique, 1. Manoël Pénicaud (Idemec). Entre autres. Mises en abyme d’écriture autour d’un film documentaire.

8 mars. Hétérographie filmique, 2. Boris Petric (CNE). Château Pékin : décrire par le film une coprésence sociale inédite.

15 mars. Hétérographie filmique, 3. Christian Lallier (IIAC). [Titre à venir.]

22 mars. Hétérographie filmique, reprise.

***

5 avril. Genre et parenté 1. Valérie Feschet (Idemec). Jardins secrets et secrets de famille : la mère.

26 avril. Genre et parenté 2. Laurence Hérault (Idemec). La transidentité entre vocation et influences.

3 mai. Genre et parenté 3. Irène Théry (CNE). [Titre à venir.]

10 mai. Genre et parenté, reprise. Animée par le groupe de recherche EnCoRe (Engendre­ment, Corps et Relation).

***

17 mai. Violences politiques identitaires, 1. Hamit Bozarslan (EHESS, CETOBaC). Moyen-Orient 1979-2019 : Une guerre de quarante ans ?

24 mai. Violences politiques identitaires, 2. Lynda Dematteo (CNRS, IIAC). [Titre à venir.]

7 juin. Violences politiques identitaires, 3. Didier Bigo (CERI Sciences Po). Titre à venir.]

14 juin. Violences politiques identitaires, reprise.

***

21 juin. Emmanuel Désveaux (EHESS). Peau d’Âne et le chalet suisse : la transformationalité lévi-straussienne comme facteur de la genèse culturelle européenne.

***

28 juin. Conclusion.

Comment penser la Méditerranée ?

Séminaire d’IDEMEC avec Christian Bromberger

 Vendredi 5 octobre 2018
14h-18h, MMSH, Aix en Provence Salle G. Duby

Comment penser la Méditerranée ? Un monde fait de parfums, d’échanges et de rencontres ? Un ensemble de sociétés qui présentent un air de famille ? Mais c’est aussi un univers tempétueux de conflits et de haine. Dans le monde méditerranéen chaque groupe se définit, ici peut-être plus qu’ailleurs, dans un jeu de miroirs (de coutumes, de comportements, d’affiliations) avec son voisin. Et ce sont ces différences complémentaires qui permettent de parler d’un système méditerranéen. Tantôt ces différences sont perçues avec sympathie, tantôt elles sont dénigrées avec véhémence. Comment passe-t-on de la coexistence bienveillante à l’affrontement sanglant ? Selon les circonstances, le même individu peut se comporter en « sujet global » et, à d’autres moments au contraire, se replier sur une identité obtuse. Des attitudes de tolérance ou de haine peuvent ainsi radicalement varier, d’un jour à l’autre, selon les temps forts du calendrier rituel ou encore selon les âges de la vie, quand s’exaltent ou s’enfouissent les appartenances, les dogmes et les souvenirs. 
Rappeler les pratiques de mixité, les épisodes heureux de coexistence, les valeurs partagées d’une rive à l’autre ne doit pas masquer la vigueur vécue des antagonismes. Une voie pour les surmonter est de prendre conscience de la relativité et de l’histoire de ces différences, d’en récuser le caractère absolu.