Archives de catégorie : 2017 – 2018

« Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? »

L’enregistrement audio de la conférence  « Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? » d’İlker Aytürk (Bilkent University), Professeur invité de l’EHESS, Chaire sécable de l’IISMM.  L’intervention est en anglais. 

https://soundcloud.com/iismm/post-post-kemalism-why-is-studying-the-turkish-far-right-more-relevant-now-than-ever-i-ayturk

Conférence qui s’est tenue le 16 mai dernier dans le cadre du Séminaire Itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques, EHESS.

Résumé [en anglais]:

Since the 1980s, the field of modern Turkish studies (including historiography, sociology, anthropology, political science, cultural studies, and gender studies) is dominated by what I call the post-Kemalist paradigm. Post-Kemalists blamed the CUP and the Kemalists for many of Turkey’s contemporary problems and initiated a process of catharsis to overcome the residues of the policies of the 1913-1950 period. This lecture is not a neo-Kemalist critique of post-Kemalists. However, it does argue that post-Kemalists, with their overemphasis on Kemalism, have blinded us to the rise of the far right in Turkey and authoritarian tendencies in the AKP. It will conclude with an invitation to shift the temporal focus of modern Turkish studies from 1913-1950 to the Cold War years, where we have better chances of discovering root causes what is happening in contemporary Turkey.

Laboratoire de l’Europe centrale et orientale : objets, sources et méthodes

La dernière séance du Laboratoire de l’Europe centrale et orientale : objets, sources et méthodes qui aura lieu le jeudi 31 mai de 16h à 19h, à l’Institut d’études slaves, Salle de conférences, 9 rue Michelet, 75006 Paris

31 mai 2018 : Séance 8 : Une histoire globale du communisme 

Le communisme est un véritable phénomène global. S’opposant à l’eurocentrisme de la recherche sur le communisme et à la perception de l’Union soviétique comme étant son (seul) centre, des études récentes ont montré l’importance de porter notre regard vers des régions extra-européennes et d’étudier les interactions et les interdépendances entre l’Europe communiste et le reste du monde. Cela permet de mieux prendre en compte la diversité de l’expérience communiste, de mettre en question l’idée d’un isolement des pays communistes et d’interroger des catégories comme « centre » et « périphérie ».

Intervenants :

Sandrine Kott (Université de Genève), Une autre modernité ? L’Europe de l’Est, la Guerre Froide et les organisations internationales

Pavel Kolář (European University Institute, Florence), Towards a Global History of Central European Communism

Discutant : Rafael Pedemonte (Ghent University)

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/1968/

Restaurer la Victoire de Samothrace, l’apport de l’imagerie en trois dimensions

Prochaine séance du SemTech le 7 mai 2018 en salle de conférence de l’Ecole Française d’Athènes à 18h

Ludovic Laugier Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
Florian Moreno Art Graphique & Patrimoine

L’École française d’Athènes a inauguré en 2017 un nouveau séminaire intitulé Technologie de la recherche en sciences humaines. L’objectif est de rassembler les différents acteurs de la recherche autour d’une réflexion sur les outils et les méthodes employés dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales Continuer la lecture de Restaurer la Victoire de Samothrace, l’apport de l’imagerie en trois dimensions

Épigraphie et numérique : quelle incidence des nouvelles technologies sur la discipline et le métier ?

Épigraphie et numérique : quelle incidence des nouvelles technologies sur la discipline et le métier ?
Lundi 19 mars 2018 – 18:00
Δευτέρα 19 Μαρτίου 2018 – 6 μ.μ.
 

Michèle Brunet Université Lumière Lyon 2 / UMR 5189 HiSoMA

Salle des conférences de l’EFA / Αίθουσα διαλέξεων της EFA

Afin de dissiper d’entrée de jeu les malentendus, on commencera par donner quelques définitions expliquant en quoi consiste la mise en oeuvre de technologies numériques pour la publication des corpus d’inscriptions sur le Web, telle qu’elle se pratique depuis une vingtaine d’années déjà. Puis, en examinant quelques exemples, on montrera sur quoi exactement portent les transformations induites par l’outillage numérique : contenu des publications, édition des textes, construction des corpus, en se plaçant au double point de vue de l’éditeur et du lecteur-chercheur.
En se livrant ainsi à une sorte d’« archéologie du travail savant », on mettra en lumière l’incidence des techniques et des vecteurs de diffusion sur la production scientifique elle-même : re-qualification des documents (inscriptions ou estampages), visualisation statistique et heuristique des données sont le point de départ pour de nouvelles interprétations. Mais l’économie de l’argumentation s’en trouve elle aussi modifiée et partant, les modes de validation des résultats. En reconfigurant la chaîne auctoriale, les techniques du numérique induisent de ce fait aussi une transformation de certaines règles de l’édition critique savante.
Par conséquent, il apparaît essentiel de s’adapter à cette transition technologique et, mieux encore, de s’en saisir comme d’une opportunité, afin d’assurer, entre l’âge de l’imprimé et l’âge du numérique, une passation dans de bonnes conditions, c’est à dire sans perte des acquis, connaissances et savoir-faire de la discipline « épigraphie », bâtis depuis bientôt deux siècles au sein une communauté académique dynamique et internationale.

Approches interdisciplinaires sociétés romanies/tsiganes / Interdisciplinary approaches to Roma/Gypsy societies

Le séminaire poursuit le travail consacré à l’étude des sociétés romanies/tsiganes, au croisement des différentes sciences sociales. En nous fondant sur une démarche interdisciplinaire, nous proposons de confronter des approches distinctes et de travailler leur complémentarité pour transmettre aux étudiants de Master, aux doctorants et aux chercheurs intéressés des savoirs critiques autour des grands thèmes des études romanies. La séance introductive sera consacrée à la création des études romanies comme champ autonome et à leurs récents renouvellements. Le séminaire abordera ensuite la généalogie des politiques publiques en direction des Roms/Tsiganes (séance 2) ainsi que leurs manifestations contemporaines (séance 3), l’identité romanie à travers ses représentations visuelles (séance 4) et les mobilités romanies envisagées à travers les approches historique (séance 5) et anthropologique (séance 6).

Organisateurs: Ilsen About, chargé de recherche au CNRS ( Centre Georg-Simmel ), Norah Benarrosh-Orsoni, contrat postdoctoral à l’EHESS ( CETOBaC ), Grégoire Cousin, postdoctorant à la FMSH ( Hors EHESS ), Adèle Sutre, doctorante à l’EHESS ( CRH-GGH-Terres )

2e vendredi du mois de 14 h à 17 h (salle A05_51, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 12 janvier 2018 au 8 juin 2018. La séance du 9 février est reportée au 16 février (salle AS1_08, 54 bd Raspail 75006 Paris)

Pour plus d’information, aller à la page du séminaire.

 

Pour une histoire des mouvements sociaux dans le Sud-Est européen aux 19e et 20e siècles/ A History of social movements in Southeastern Europe (19th-20th century)

Dans la continuité des années précédentes, le cycle de séminaires portera sur les mouvements sociaux qui se sont développés dans le Sud-Est européen de l’ère des empires aux États-nations. À partir des acquis sociologiques les plus récents sur les mouvements sociaux, on se propose de développer une analyse de ces phénomènes dans le Sud-Est européen, en se concentrant notamment sur les associations – philanthropiques, religieuses, nationalistes, féministes mais aussi diasporiques, sportives ou de loisirs – qui se sont développées au moins à partir du début du XIXe siècle, et qui ont amplement contribué à bâtir l’espace public. On prendra également en compte d’autres organisations, tels que les syndicats, les partis – mais aussi les mouvements apparemment moins structurés. Dans la mesure où ils réunissent et confrontent des individus très dissemblables autour d’une large gamme d’activités et de différents modes de mobilisation, les mouvements sociaux seront notamment étudiés comme des lieux fondamentaux d’apprentissage du politique et comme une arène où détecter le renouvellement des formes de sociabilité. On s’intéressera également à leur rapport à l’État, à la famille, au temps et à l’espace, au genre, à la violence, ou encore aux médias. Continuer la lecture de Pour une histoire des mouvements sociaux dans le Sud-Est européen aux 19e et 20e siècles/ A History of social movements in Southeastern Europe (19th-20th century)