Tous les articles par AFEBALK

XAVIER BOUGAREL, SURVIVING EMPIRES. Islam and Nationhood in Bosnia-Herzegovina, BLOOMSBURY, 2017 (262 P., 102$)

Based on substantial fieldwork and thorough knowledge of written sources, Xavier Bougarel offers an innovative analysis of the post-Ottoman and post-Communist history of Bosnian Muslims. Islam and Nationhood in Bosnia-Herzegovina explores little-known aspects of the war in Bosnia and Herzegovina, unravels the paradoxes of Bosniak national identity, and retraces the transformations of Bosnian Islam from the end of the Ottoman period to today. It offers fresh perspectives on the wars and post-war periods of the Yugoslav space, the forming of national identities and the strength of imperial legacies in Eastern Europe, and Islam’s presence in Europe.

Continuer la lecture de XAVIER BOUGAREL, SURVIVING EMPIRES. Islam and Nationhood in Bosnia-Herzegovina, BLOOMSBURY, 2017 (262 P., 102$)

GUILLAUME PERRIER, DANS LA TÊTE DE RECEP TAYYIP ERDOGAN, ACTES SUD, 2018 (240 P., 19€)

“Depuis le début de sa carrière, l’un des principaux traits de ca­ractère de monsieur Recep Tayyip Erdoğan, c’est qu’il a la langue proche du cœur. Il dit ce qu’il pense aussitôt qu’il le pense”, ana­lyse l’un de ses plus vieux compagnons de route. On pourrait donc le lire à livre ouvert ? “Il n’est pas très cultivé, ajoute un journaliste, il n’a jamais lu Sun Tzu ou Machiavel. Mais malgré cela, c’est l’un des leaders les plus forts du monde.”
Comment cet homme politique, proche du Turc de la rue, au pouvoir depuis 2003, porté par la réussite économique in­solente de son pays, est-il parvenu à vampiriser la vie politique sans jamais craindre d’institutionnaliser l’opportunisme comme méthode de gouvernance ?
On se souvient qu’il voulait adhérer à l’Union européenne, qu’il était le “frère” de Bachar el-Assad, l’allié d’Israël, qu’il négo­ciait avec les Kurdes du PKK, qu’il marchait main dans la main avec Fethullah Gülen, son ennemi juré d’aujourd’hui, et cætera…

Continuer la lecture de GUILLAUME PERRIER, DANS LA TÊTE DE RECEP TAYYIP ERDOGAN, ACTES SUD, 2018 (240 P., 19€)

MINORITÉS/ THE MINORITIES

OCCHIALÌ – RIVISTA SUL MEDITERRANEO ISLAMICO

Date limite pour l’envoi des articles: 31 mai 2018.

Qu’est-ce qu’une minorité ? Le thème des minorités, bien que souvent abordé, considère comme déjà acquis la définition de son propre objet : est-ce la majorité qui définit la minorité idéologiquement, juridiquement, institutionnellement ou est-ce le groupe minoritaire qui se définit lui-même? Être une minorité est nécessairement une revendication?

A partir de ces réflexions, « Occhialì – Revue sur la Méditerranée islamique » entend promouvoir le débat sur les minorités, à partir du phénomène islamique, en le déclinant en termes multidisciplinaires selon les axes suivants :

Continuer la lecture de MINORITÉS/ THE MINORITIES

THASOS : TREIZE SIÈCLES D’HISTOIRE AU PRISME DE L’ARCHÉOLOGIE. LE PROGRAMME ThANAr (THASOS, ABORDS NORD DE L’ARTÉMISION)

15 mars 2018, Salle des conférences de l’École Française d’Athènes, 19h 

Pour plus d’informations voir le site de l’EFA.

Au cœur de Thasos, entre Artémision et Dionysion, l’Éphorie de Kavala et l’École française d’Athènes, avec la collaboration des universités de Lille et d’Athènes, explorent conjointement depuis 2002 une exceptionnelle demeure protobyzantine, détruite en 620 ap. J.-C., ainsi que la puissante stratification sous-jacente. Ce programme de recherche a livré une moisson d’informations touchant à toutes les périodes de lʼhistoire de Thasos, en remontant à travers treize siècles d’occupation continue jusqu’à la période précoloniale, dans les dernières décennies du viiie s. av. J.-C. : les résultats relèvent aussi bien de l’archéologie protohistorique que de l’archéologie classique et de l’archéologie protobyzantine. Les nouveautés les plus marquantes concernent la vocation métallurgique de la présence indigène thrace aux débuts de l’occupation du site, la permanence architecturale absolument unique d’un édifice public puis privé de l’époque archaïque jusqu’à l’époque protobyzantine, et les circonstances de la fin de l’Antiquité à Thasos.

THE THIRD INTERNATIONAL CONFERENCE ON BALKAN CINEMA. THE GREAT WAR(S): OUR STORY (MAY 8-10, 2018, BUCHAREST, ROMANIA)

Deadline for abstract submissions: March 10th, 2018.

Following on the second International Conference on Balkan Cinema that took place in Belgrade in 2017, The Great War(s): Our Story aims to explore the cinematic narratives of the Great War and of the other conflicts in the area. The 3rd International Conference on Balkan cinema will focus on exploring the cinematic heritage of the Balkans and the one made about the Balkans by foreign film makers; as well as the ways these highlight the connections between different war narratives that coalesce into “our story”. The ambivalence of the term “our” refers to our/Balkan stories; our as belonging to one of the Balkan states. It also includes our other defined identities as of victims or perpetrators; civilians or soldiers; women and children in devastated cities and in the wasteland of the countryside’s or men on the front; the generations of participants or to the post generations. The war narratives speaking from any involved parties eventually challenge the history or work with it; or bring together diverse often confronting and competing national histories… However, a lot of other stories are relevant for the Balkans although not connected directly with war.      

Continuer la lecture de THE THIRD INTERNATIONAL CONFERENCE ON BALKAN CINEMA. THE GREAT WAR(S): OUR STORY (MAY 8-10, 2018, BUCHAREST, ROMANIA)

STEFAN ÇAPALIKU, TRILOGIA ALBANICA, ÉDITIONS L’ESPACE D’UN INSTANT, 2017 (140 P., 19€)

Texte traduit par Anna Couthures-Idrizi. Préface par Ardian Marashi.

La Trilogia Albanica est une traversée de l’Albanie contemporaine, celle qui a suivi un demi-siècle de dictature communiste avant d’entrer avec fracas dans un capitalisme des plus sauvages. L’ensemble est un chaos, un théâtre de paradoxes, une danse entre modernité et identité. I am from Albania, monologue pour une jeune fonctionnaire, croise la condition féminine et la géopolitique dans un cauchemar grotesque. Mais bien plus que de l’Albanie, c’est le sort de n’importe quel pays émergent qui est ici mis en jeu. Allegretto Albania, comédie noire, confronte deux réalités antagonistes : d’une part celle de la télévision, qui ne cesse de claironner les formidables progrès du pays, et d’autre part celle d’une famille, qui vit recluse sous la menace d’une vengeance coutumière plus ou moins imaginaire. Made in Albania, tragédie comique, joue de la même dualité : dans l’atelier au sous-sol, on partage la vie des esclaves de la délocalisation, tandis qu’au-dessus, dans la rue au soleil, le carnaval bat son plein. Dans ce triptyque détonant, on lit évidemment le destin d’un pays tout entier, où la pratique de l’isolationnisme radical pendant un demi-siècle a bouleversé la relation à l’autre et rendu possible l’engloutissement de 80 % de l’économie nationale dans une pyramide de Ponzi. Le bateau coule, mais l’orchestre continue à jouer.