Tous les articles par AFEBALK

CATHERINE ROTH, La Nation entre les lignes – Les Saxons de Transylvanie et la question des identités, Rennes, PU Rennes (626 P., 28,00 €)

Au questionnement foisonnant sur les identités collectives et leur formation, évolution et interactions, La Nation entre les lignes apporte des réponses nouvelles et décisives, en montrant le rôle des médias, du retable à Internet, et celui de l’implicite. Invisible et omniprésent, l’implicite se révèle un véritable fondement de l’appartenance, sous ses différentes formes qui sont ici décrites dans leur fonctionnement tant social que linguistique.
Le cas d’étude est fascinant, dans le temps long de presque neuf siècles et jusqu’à l’immédiat contemporain. Les Saxons de Transylvanie sont une micronation germanique, attestée depuis le XIIe siècle en Transylvanie, sur le territoire de l’actuelle Roumanie. Après la chute du mur et de la folle dictature de Ceausescu, ils choisissent l’émigration collective ou, en quelque sorte, l’autodissolution dans la république Fédérale.
La fin annoncée de l’histoire ne survient pourtant pas, en témoigne l’élection en 2014 d’un président de Roumanie au nom fort germanique : Klaus Werner Johannis est saxon de Transylvanie. Les sciences de la culture et de la communication, inter- ou transdiscipline, recourent ici à l’analyse du discours et des médias, aux sciences historiques et à la germanistique, à la littérature enfin, dans son rôle de lanceur d’alerte avant même la création de l’expression.
Ecrit dans une belle langue expressive, ce livre souvent savant mais jamais jargonnant se lit comme un roman et s’adresse aux universitaires, mais aussi à tous ceux qui voudraient en savoir plus sur la formation des identités partagées.

Agustín COSOVSCHI, Les Sciences sociales face à la crise. Une histoire intellectuelle de la dissolution yougoslave (1980-1995), Paris, Karthala, 2022 (250 p. /25€)

Les sciences sociales face à la crise. Une histoire intellectuelle de la dissolution yougoslave (1980-1995)

En puisant dans un large corpus de publications scientifiques, de documents de presse et d’archives, complété par des entretiens personnels avec des chercheurs et chercheuses en Serbie et en Croatie, cet ouvrage propose un examen critique de l’univers des sciences sociales yougoslaves pendant la période de crise qui va de la mort de Josip Broz Tito en 1980 à la fin de la guerre en Croatie et en Bosnie en 1995.

L’auteur montre que, malgré leur inéluctable position de faiblesse face aux grandes transformations politiques, économiques et sociales en Yougoslavie, de nombreux chercheurs et chercheuses réussissent à préserver certains espaces d’autonomie pendant cette période de crise. Par ailleurs, il souligne que, malgré la rupture que signifie le début de la dissolution yougoslave en 1991, il existe de nombreuses continuités conceptuelles et théoriques entre les années 1980 et les années 1990.

En se servant du monde des sciences sociales comme d’un prisme pour analyser la dissolution de la Yougoslavie, cet ouvrage offre des pistes de réflexion sur la crise du projet socialiste yougoslave et donne un récit actualisé et rigoureux de la crise et de la désagrégation yougoslaves.

Agustín Cosovschi est historien, spécialiste de la guerre froide et du Sud-Est européen. Docteur de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et de l’Université nationale de General San Martin (Argentine), il est actuellement chercheur postdoctoral. Ses travaux portent sur la politique yougoslave de non-alignement et sur l’histoire de la dissidence en Europe de l’Est.

Plus d’informations ici.

Lea RASO DELLA VOLTA, Les paradoxes du nationalisme turc. La construction de l’identité de 1869 au néo-ottomanisme de Recep Erdogan, Paris, L’Harmattan, 2021, (494 p., 42 €)

Couverture Les paradoxes du nationalisme turc

Cent ans après la proclamation de la République turque et la naissance du nationalisme d’État, la Turquie peine à définir son identité. La disparition prématurée de Mustafa Kemal a mis un coup d’arrêt à la lente gestation de la nouvelle société. Après l’arrivée du multipartisme au pouvoir dans les années 1950, la Turquie a fait le choix ensuite de la synthèse turco-islamique censée faire consensus. Ces années 1960-70, dites « de plomb », ont été dominées par deux forces nationalistes : l’État-profond, garant de l’héritage de Mustafa Kemal et l’ultranationalisme des Loups gris. Dans les années 1990, on assiste à l’émergence du concept de Türkyeli (de Turquie) qui tend à faire du citoyen non plus un Turc mais un habitant de Turquie. Apparaît également la tendance néo-ottomaniste qui vise à permettre à la Turquie de renouer avec son passé ottoman.

Plus d’informations ici.

 

Pascal M. Kitromilidès, Aux origines des nationalismes balkaniques. La révolution française et le sud-est de l’Europe, École Française d’Athènes, 2021 (109 p., 25,00 €)

En cette année de commémoration du bicentenaire de la révolution d’Indépendance grecque, cette étude de Pascal M. Kitromilidès consacrée à la réception et à l’influence de la Révolution française sur les nationalismes balkaniques se devait d’être mise à l’honneur. Ce travail, dans l’édition grecque de 1990, a accompagné les bouleversements récents de l’histoire européenne, depuis les commémorations de la Révolution française en 1989 jusqu’aux évolutions des années suivantes en Europe de l’Est et du Sud-Est. Son édition révisée, proposée ici en français, invite encore à relire ce passé récent en interrogeant les croisements entre idées révolutionnaires et construction des nationalismes, tant l’analyse de l’historien est aussi le reflet des interrogations de son époque.

Réinterroger ainsi la question des Lumières, c’est porter un regard différent, éclairé par d’autres contextes, décentrer le point de vue en prenant les Balkans pour point de départ. Il en ressort une image renouvelée de la réception des idées révolutionnaires françaises en Europe et des critiques dont elle fait l’objet dans la pensée libérale, mais aussi une vision approfondie de la place singulière de l’hellénisme dans ce nouveau paysage qui émerge entre la fin du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle. Les idées, éminemment révolutionnaires, de nation et de libération nationale trouvent ainsi dans les Balkans et en Europe du Sud-Est un écho bien particulier.

Cinéma, Architecture et espace urbain dans les Balkans / Cinema, Architecture and Urban Space in the Balkans

Appel à propositions / Call for Papers

East European Film Bulletin -

East European Film Bulletin (Paris) – Special Issue on Cinema, Architecture and Urban Space in the Balkans”
Deadline for proposals (in English language): 15th of July 2022
Papers due: 1st of November 2022

Often unified by the concept of the “cinematic city”, different approaches in film studies tend to examine urban space through three main angles.
Films shot within the build environment may record – perhaps unwillingly its current dynamics, architecture and urban planning (city as
background), consciously use the representational value of specific places
for narrative purposes (as character) or directly comment on the
socio-political conditions and memories of a city (as subject). However, it
can be argued that most of these discussions eventually converge to a
double question: how does cinema reflect upon the past, present and
future of a city and how do films reinforce or contest narratives and myths and affect the collective urban experience.

Following our previous special issue on urban themes in Russian and
Soviet cinema, this year we turn our focus to the Balkans. Often described as the “other” of Europe, “insufficient European”, or a “specter haunting Western culture” (to use the Maria Todorova’s provocative description), the countries and people of the Balkan Peninsula more often than not are seen as a geographic and culturally unified unit of measurement, against which Europeans can prove their superiority. The fall of the Ottoman Empire and the subsequent Balkan wars as well as breakup of Yugoslavia, led the newly formed Balkan states to assert distinct national identities, mainly structured around religion and language. The collective amnesia of a multiethnic past is however negated in everyday practices where cultural footprints proliferate (linguistic and culinary p.e.), the result of a century-long multicultural blend and the Ottoman presence in the region.

The special issue is intended to discuss Balkan urban space and
architecture through a cinematic perspective, and further explore
elements linking urban studies with film studies. We are particularly
interested in contributions discussing fiction films or documentaries
focused on specific urban spaces of the Balkans, significant
constructions, major cities or lesser-known towns and villages. We are
also interested in itinerary films that map the peninsula through their
passage from different built environments.
Suggested topics (non-exhaustive list):

Continuer la lecture de Cinéma, Architecture et espace urbain dans les Balkans / Cinema, Architecture and Urban Space in the Balkans

Séminaire – Cities of Multiple Arrivals and Departures

Cities of Multiple Arrivals and Departures; Rethinking the Refugee Experience in Thessaloniki, 1922-2022


Eleni Kyramargiou – Olga Lafazani
Institute of Historical Research / National Hellenic Research Foundation

Jeudi 12 mai 2022 – 19:00 (EEST)
Thursday 12 May 2022 – 7 p.m. (EEST)

Séminaire hybride / Υβριδικό σεμινάριο  / Hybrid seminar

=> Salle des conférences de l’EFA, Didotou 6 (port du masque obligatoire) / Αίθουσα διαλέξεων της ΓΣΑ, Διδότου 6 (υποχρεωτική χρήση μάσκας) / EFA Conference room, Didotou 6 (mandatory face mask)

=> Inscription au webinaire / Εγγραφή στο webinar

En savoir plus… / More information… https://u.efa.gr/6i

***

The research project 100memories attempts to combine the historical research on refugee settlement and population movement to and from Greek territory in the 20th century, with pioneering technological methods and tools, aiming at the documentation, dissemination and representation of historical memory, as it relates to refugee populations. But beyond that, it also endeavours to highlight the complex and multifaceted ways in which both the political and social history of Greece are interwoven with the refugee arrival and settlement, as well as with later population movements. The project focuses on four port cities (Piraeus, Volos, Thessaloniki, and Chania) which were pivotal to the refugee experience. Presenting the preliminary findings of the research we will narrate the story of the city of Thessaloniki and, mainly, on the neighbourhood of Ano Poli, the port, and the train terminal. Using 12 historical fragments, we will attempt to trace the thread of movement as it was woven into the history of the city, and particularly this neighbourhood and these two transport hubs, over a period of more than a hundred years, beginning in 1917, with the blaze that transformed the city, all the way to 2015 and the arrival of the refugees.

Eleni Kyramargiou is associate researcher in the Institute of Historical Research / National Hellenic Research Foundation. She has earned her Ph.D. in Contemporary History (University of the Aegean). She has worked in research programmes of the Institute of Mediterranean Studies / Foundation of Research and Technology, the Institute of Historical Research / National Hellenic Research Foundation and the National Bank of Greece Cultural Foundation. Her research focuses on the subject of refugee settlement and industrial history in the wider area of Piraeus. She is currently active as Principal Investigator in the research project “100 Memories” (2020-2023) focusing on the memories and legacies of the population exchange and the refugee settlement in Greece. She has published a book and several articles in academic and non-academic journals

Olga Lafazani is a Post Doc Researcher at the Institute of Historical Research / National Hellenic Research Foundation. She holds a PhD in Social Geography. She has been working as a social and cultural geographer in several national and European research institutions and projects. Her main interests include the study of migration, borders, economies and urban space with an emphasis on ethnographies of everyday life. She is currently active in the research project “100 Memories” (2020-2023) focusing on the memories and legacies of the population exchange and the refugee settlement in Greece. She has published several articles in academic and non-academic journals.