Tous les articles par AFEBALK

Se mobiliser en contexte autoritaire / Mobilizations in authoritarian context

Appel à communication pour la Section Thématique 48 « Se mobiliser en contexte autoritaire » se tiendra lors du prochain congrès de l’AFSP en juillet 2019 à Bordeaux.

Les propositions de communication devront être envoyées par courriel à chacune des responsables scientifiques de la ST avant le 12 décembre 2018.

Paper proposals must be sent by e-mail to each of the panel’s conveners before December 12th, 2018.

Responsables scientifiques :

Işıl Erdinç (IRISSO, Université Paris Dauphine)

isilerdinc2@gmail.com

Ayşen Uysal (CRESPPA/CSU, IFEA)

uysalaysen@yahoo.fr

La section thématique entend interroger les modes et les stratégies d’action collective en contexte autoritaire. Juan Linz (2006) définit l’autoritarisme comme un régime au pluralisme limité. La section thématique vise ainsi à discuter l’engagement dans les régimes autoritaires et plus largement dans les régimes formellement démocratiques (les démocraties électorales) mais dont les pratiques des gouvernements ne peuvent permettre de les caractériser comme démocratiques, les régimes hybrides, les zones grises, les autoritarismes compétitifs (Levitsky et Way, 2010). La section thématique est ouverte à toutes les propositions portant sur des mobilisations dans des situations autoritaires tant dans les pays dits de Sud que dans les pays dits du Nord.

Continuer la lecture de Se mobiliser en contexte autoritaire / Mobilizations in authoritarian context

Governing the Borders, Challenging the State. Cultures of Disobedience in Eastern Europe and the Balkans (16th –beginning of the 19th centuries)

TEPSIS Workshop 

Friday 16 November 2018, 14h-19h

Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales 

105 Boulevard Raspail, room 13 

Coordinators : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC) 

ENG: As classic topics of modern history, collective disobedience/revolt movements have traditionally been studied from an economic or/and sociological perspective. These last years have brought an important methodological renewal, which gives large room to anthropological reflection and to comparatist approaches, by emphasizing some “new” aspects: the imaginary and the staging of the rebellions/uprisings, the plurality of the speeches and memories, the transfers of experience, etc. However, this renewal had little impact on studies devoted to Eastern Europe and the Balkans, which continue to deal with these topics in a socio-economic key or to regard them as a direct antecedent of the movements of national liberation in the nineteenth century. 

Our workshop proposes a critical review of studies dedicated to these issues at European and extra-European level with the aim of building methodological tools that could be applied to the Eastern Europe and the Balkans. One of the contributions of this approach is to include these areas in the overall reflection on collective disobedience in the modern era, which will eventually lead to drawing up a connected history of these phenomena at various scales. 

Our investigation begins in the first decades of the sixteenth century with the consolidation of the northern border of the Ottoman Empire and continues until the end of the Napoleonic period, marked by the formation of the Holy Alliance in 1815 and the establishment of a new balance of power in this part of Europe. We pay particular attention to border areas, where belonging to one political entity or another has repeatedly raised serious problems, both within the States concerned and between competing neighbors. This look from the margins towards the center will allow us to consider under a new angle the mechanisms of governance and the process of modern states building in this region. 

Continuer la lecture de Governing the Borders, Challenging the State. Cultures of Disobedience in Eastern Europe and the Balkans (16th –beginning of the 19th centuries)

BOURSES-FELLOWSHIPS 2019, ECOLE FRANÇAISE D’ATHÈNES

Date limite pour déposer votre candidature: 20 octobre 2018
Un accusé de réception sera envoyé pour tous les dossiers complets.

Le dossier de candidature comprendra les 5 éléments ci-dessous :

  • Une fiche de renseignements (saisie en ligne)
  • Un curriculum vitae
  • Une description de la recherche entreprise pour le doctorat *
  • Un projet de travail détaillé pour la durée de la bourse sollicitée *
  • Un rapport motivé du professeur dirigeant les recherches du candidat et éventuellement d’autres recommandations

    *Taille maximale de ces pièces : 10 000 caractères (espaces compris) chacune.

Pour en savoir plus.

SOUTENANCE DE THÈSE DE LUCIE DRECHSELOVA

Titre de thèse: Femmes et pouvoir local : processus d’engagement et trajectoires politiques féminins en Turquie.

Jeudi 20 septembre 2018 à 9h

Adresse: École des Hautes Études en Sciences Sociales, salle 7 (105, boulevard Raspail, 75006, Paris)

Jury:

  • Hamit Bozarslan (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Jitka Maleckova (Directrice de thèse), Charles University (Prague)
  • Mme Delphine Dulong, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mme Elise Massicard, CNRS/CERI
  • Jan Zouplna, Académie des sciences tchèques

INGRID THOBOIS, MISS SARAJEVO, EDITIONS BUCHET-CHASTEL, 2018 (224 P., 16 €)

Printemps 1993. Joaquim, vingt ans, débarque au milieu de Sarajevo assiégée. Armé de son seul appareil photo, il cherche à échapper à son enfance et à se confronter à la mort. Cette mort que vient de choisir sa jeune sœur Viviane, fatiguée d’expier dans l’anorexie un tabou familial jamais levé.

Été 2017. Joaquim apprend le décès de son père. Le temps d’un Paris-Rouen, lui reviennent en rafales les souvenirs de sa famille bourgeoise, apparemment sans défaut, verrouillée autour de son secret. En contrepoint, il revit les mois passés à Sarajevo, qui lui ont permis de se soustraire à l’emprise du passé et d’inventer sa vie. Mais peut-on réellement se libérer du fardeau familial ? Quel est, au bout du compte, le prix du non-dit ?

Un roman qui mêle la grande et la petite histoire, et interroge la façon dont l’individu peut construire, en dépit des secrets de famille, son propre rapport à la vie.