Tous les articles par AFEBalk-2

1918-2018 : mémoires et usages de 1918 en Europe médiane (19 – 20 octobre)

Vendredi 19 octobre 2018

Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, Paris 75006

Matinée, 9 h 30-13 h 30

Introduction, Antoine Marès (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

I – L’exemple français

Présidence : Marie-Pierre Rey (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Rémi Dalisson (Université de Rouen), 1918-2018 : ambivalence et plasticité de la mémoire commémorative de la Grande Guerre en France

Arndt Weinrich (Institut historique allemand), Commémorations communes et mises en scène. La Première Guerre mondiale au service des relations franco-allemandes, 1945-2018

II – Des mémoires « victorieuses »

Présidence : Catherine Horel (CNRS, UMR SIRICE)

En Pays tchèques : Jiří Hnilica (Université Charles de Prague), Le 28 octobre comme lieu de mémoire tchèque 

Jean-Philippe Namont (UMR SIRICE), 1918-2018. Célébrer la victoire en France et en Tchécoslovaquie (Républiques tchèque et slovaque). 

Stanislav Sretenović (Institut national d’histoire contemporaine, Belgrade), Ruptures et continuités de la mémoire serbe de l’année 1918.

Florin Turcanu (Université de Bucarest), Mémoire et usages politiques de l’année 1918 en Roumanie de l’entre-deux-guerres à nos jours

Pause déjeuner

Après-midi, 14 h 30 – 18h 30

Présidence : Isabelle Davion (Sorbonne Université)

Marcin  Napiórkowski (Université de Varsovie), La politique des différences et répétitions: Mémoire de l’année 1918 en Pologne 1989-2018

Frédéric Dessberg (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), 1918 dans les relations militaires franco-polonaises

Krzysztof Zamorski (Université Jagellonne de Cracovie), Les historiens polonais de l’Entre-deux-guerres face à 1918 (retrouve-t-on l’ancienne tripartition dans l’historiographie immédiate ?)

 III – Des mémoires contrastées

Présidence : Étienne Boisserie (Inalco)

Michal Kšiňan (Institut d’histoire de l’Académie des sciences, Bratislava) : La mémoire de la naissance de la Tchécoslovaquie en Slovaquie

Daniel Baric (Université Paris-Sorbonne), 1918 en Croatie : entre Zala et Zara, la mémoire et le territoire

Elli Lemonidou (Université de Patras), La fin prolongée de la Première Guerre mondiale en Grèce : un débat récurrent

Continuer la lecture de 1918-2018 : mémoires et usages de 1918 en Europe médiane (19 – 20 octobre)

Olivier BOUQUET, Les Ottomans. Questions d’Orient, La documentation française, juillet-août 2018, (64p., 9,90€)

L’État ottoman conquiert Constantinople en 1453. Il connaît son apogée au XVIe siècle. Mais il échoue à s’emparer de Vienne en 1683 avant d’être distancé dans les domaines militaire et économique, une évolution que ne peuvent contrer les réformes des XVIIIe et XIXe siècles. Les réductions territoriales subies par la suite alimentent la « Question d’Orient ». L’Empire s’effondre en 1922. La République, fondée alors par Mustafa Kemal entend détruire l’ordre impérial. À rebours, son lointain successeur, Recep Tayyip Erdogan, homme fort de la Turquie depuis 2003, désireux de développer l’influence diplomatique et le poids géopolitique de son pays dans les anciens territoires de l’Empire, s’appuie sur une exaltation de l’histoire, de l’héritage et du patrimoine ottomans.

Continuer la lecture de Olivier BOUQUET, Les Ottomans. Questions d’Orient, La documentation française, juillet-août 2018, (64p., 9,90€)

Comment penser la Méditerranée ?

Séminaire d’IDEMEC avec Christian Bromberger

 Vendredi 5 octobre 2018
14h-18h, MMSH, Aix en Provence Salle G. Duby

Comment penser la Méditerranée ? Un monde fait de parfums, d’échanges et de rencontres ? Un ensemble de sociétés qui présentent un air de famille ? Mais c’est aussi un univers tempétueux de conflits et de haine. Dans le monde méditerranéen chaque groupe se définit, ici peut-être plus qu’ailleurs, dans un jeu de miroirs (de coutumes, de comportements, d’affiliations) avec son voisin. Et ce sont ces différences complémentaires qui permettent de parler d’un système méditerranéen. Tantôt ces différences sont perçues avec sympathie, tantôt elles sont dénigrées avec véhémence. Comment passe-t-on de la coexistence bienveillante à l’affrontement sanglant ? Selon les circonstances, le même individu peut se comporter en « sujet global » et, à d’autres moments au contraire, se replier sur une identité obtuse. Des attitudes de tolérance ou de haine peuvent ainsi radicalement varier, d’un jour à l’autre, selon les temps forts du calendrier rituel ou encore selon les âges de la vie, quand s’exaltent ou s’enfouissent les appartenances, les dogmes et les souvenirs. 
Rappeler les pratiques de mixité, les épisodes heureux de coexistence, les valeurs partagées d’une rive à l’autre ne doit pas masquer la vigueur vécue des antagonismes. Une voie pour les surmonter est de prendre conscience de la relativité et de l’histoire de ces différences, d’en récuser le caractère absolu.

Passarowitz 1718. Interets des puissances et mouvements nationaux en Europe centrale

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2018

Palais de l’Académie hongroise des sciences
Széchenyi István tér 9. 
Budapest, Hungary (1051)

Colloque international co-organisé par l’Institut français de Budapest, l’Académie hongroise des sciences, l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’université Bordeaux Montaigne, et l’Agence universitaire de la Francophonie.

Contact : Ferenc Tóth
toth.ferenc@btk.mta.hu 

Nous célébrons en 2018 le 300e anniversaire de la paix de Passarowitz qui termina les guerres de l’Empire des Habsbourg et de la République de Venise contre l’Empire ottoman. Ce traité de paix signé le 21 juin 1718 entre les deux Empires et la République Sérénissime modifie considérablement la carte de l’Europe centrale. L’empereur Charles VI est le grand bénéficiaire du traité de paix. Déjà en possession de l’actuel territoire de la Belgique (les Pays-Bas autrichiens) et des certaines régions en Italie, il étend son règne désormais sur la totalité de la Hongrie avec la reprise du banat de Temesvár et Belgrade ainsi que sur une partie de la Serbie, de la Bosnie et de la Valachie qui ouvrent de nouvelles directions d’expansion autrichienne dans les Balkans. De ce point de vue, il est intéressant d’examiner les détails de la fixation des frontières entre les deux Empires

Le prestige politique de l’Empire ottoman devient considérablement affaibli, bien qu’il conserve la Morée, tandis que sa situation militaire pose désormais des questions sur la nécessité des réformes. Les expériences néfastes de la guerre obligent le sultan et son grand vizir Damad Ibrahim pacha à éviter les conflits avec les puissances européennes et s’adapter aux règles de la diplomatie européenne. Il en résulte l’envoie des agents et ambassadeurs dans les grandes villes européennes et l’imitation des progrès et modes occidentaux. Cette période, appelée souvent l’époque des tulipes (lâle devri), est caractérisée par des réformes et échanges intenses entre l’Empire ottoman et les pays occidentaux et ouvre une nouvelle période dans l’histoire ottomane.

Le Royaume de Hongrie retrouve par le traité de Passarowitz ses anciennes frontières avant la conquête ottomane. C’est ici où on décide d’ailleurs de l’avenir des chefs de la guerre d’indépendance hongroise – le prince François II Rákóczi et ses collaborateurs – qui s’installent définitivement en Turquie, dans la petite ville de Rodosto. L’échec du mouvement d’indépendance ouvre une nouvelle ère dans les relations entre les ordres hongrois et leurs souverains. Cette politique de coopération entraînera la modernisation, la reconstruction et le repeuplement organisé par la cour de Vienne dans les territoires reconquis en Hongrie, notamment dans le Banat de Temesvár. Il en résulte des changements démographiques considérables dans la population de la Hongrie par l’immigration massive des Serbes, Roumains, Allemands etc. qui apportent leurs langues, cultures et religions faisant du Royaume de Hongrie un creuset très particulier à la veille de l’émergence des identités nationales modernes. Il est intéressant d’interroger les configurations politiques et sociales dans lesquelles ces conceptions nationales émergent, s’accordent et se heurtent.

L’étude du traité de paix de Passarowitz, composé d’ailleurs de trois traités dont deux politique et un commercial, ne peut se limiter aux changements politiques et géographique. Les aspects commerciaux de ce traité ont été souvent négligé ou oublié. Pourtant, les conséquences économiques du traité sont également importantes, car les Ottomans étendent le principe de la nation la plus favorisée, dont bénéficiait la France depuis longtemps grâce aux capitulations, aux ressortissants de la Monarchie de Habsbourg. A bien des égards, le traité peut être comparé au traité d’Utrecht, tous les deux successeurs du système juridique des traités de Westphalie du début du siècle précédent.

Prenant la suite des recherches récentes sur la genèse des méthodes et traditions de la construction des traités de paix à l’époque moderne, nous nous proposons à réfléchir sur les spécificités du traité de paix de Passarowitz à partir des cas de figure précis présenter par des spécialistes internationaux. Trois ordres d’interrogations nous paraissent ainsi émerger:

Le premier s’efforce de souligner les particularités de ce traité par rapports aux grandes tendances européennes (par. les traités d’Utrecht et de Rastatt) dans la conclusion des guerres mentionnées. Quelles sont traits caractéristiques de l’entrée en paix dans le contexte d’une guerre entre puissances chrétiennes et musulmanes ? Quels sont les progrès à Passarowitz par rapport aux autres paix entre Ottomans et les Habsbourg (Vasvár, Karlowitz) ? Quels sont les problèmes de la fixation des frontières ? Quels sont les principaux acteurs militaires et diplomatiques ?

Le second ensemble essaie de comprendre les conséquences du traité de Passarowitz sur les relations entre les grandes puissances européennes, surtout en Europe centrale. Dans quelle mesure la Monarchie des Habsbourg réussit-elle à profiter des agrandissements territoriaux ? Quels sont échec de leur intégration ? Quelle était la réaction des puissances occidentales et orientales ? Quel est l’impact économique du traité de commerce entre l’Empire ottoman et l’Empire des Habsbourg ? Quelles sont les institutions économiques qui sont créées et comment elles fonctionnent dans les deux empires ? Quel est les éléments du transfert culturel entre les deux civilisations ?

Le troisième axe du colloque essaie d’examiner les conséquences du traité au niveau local et sur le plan des différentes nationalités et groupes ethniques qui en subissent les effets. Quelles sont les dimensions des migrations naturelles et organisées après le traité de Passarowitz ? Quelles sont les principales sources (archives, mémoires, correspondances, récits de voyage, témoignages littéraires) ? Comment ces grands changements sont perçus dans les mémoires collectives des différentes nations (par. exemple : Hongrois, Serbes, Turcs etc.) ? Pourquoi le traité de Passarowitz a été oublié ?

Continuer la lecture de Passarowitz 1718. Interets des puissances et mouvements nationaux en Europe centrale

1968 en Europe médiane/centrale (vendredi le 28 septembre 2018)

Colloque international

28 septembre, Salle des Actes à la Sorbonne (17, rue de la Sorbonne, Paris)

9 h 30 – 13 h

Antoine Marès (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Paweł Rodak (Sorbonne Université), Accueil

Présidence : Paweł Rodak (Sorbonne Université)

Jerzy Eisler (IPN, Varsovie), L’année 1968 à l’Est et à l’Ouest – les principales similitudes et différences

Patrick Pleskot (IPN, Varsovie),  Les réactions de l’OTAN à l’invasion de la Tchécoslovaquie en 1968

Présidence : Justine Faure (Université de Lille)

Jacques Rupnik (Sciences Po, Paris),  Utopie versus ‘normalité’: le Printemps de Prague revisité

Miroslav Novák (Cevro Institut, Prague), La place du réformisme communiste au cours du Printemps de Prague dans une perspective comparatiste

Déjeuner

15 h 00  – 19 h 00

Présidence : Antoine Marès

Irina Gridan (Inalco), 1968 en Roumanie : la tentation patriotique à l’épreuve des pressions soviétiques

Blażej Brzostek (Université de Varsovie), Varsovie et Bucarest : deux régimes face au défi de 1968

Françoise Mayer (Université de Montpellier),Siwiec, Palach: un geste, deux réceptions

Paul Gradvohl (Université de Lorraine), 1968, une année hongroise contradictoire 

Sacha Markovic (Paris-Sorbonne/ISP Nanterre), 1968 en Yougoslavie: entre nationalismes et désillusions révolutionnaires

Les personnes extérieures à l’Université sont priées de s’inscrire à l’adresse mail : centre-civilisation-polonaise@sorbonne-univesrite.fr (jusqu’au 25 septembre)

Continuer la lecture de 1968 en Europe médiane/centrale (vendredi le 28 septembre 2018)

Fellow – Chercheurs résidents à l’Ecole Française d’Athènes

Les Écoles françaises à l’étranger ont mis en place depuis 2012 un statut de chercheurs résidents.
À l’École française d’Athènes, les enseignants-chercheurs, les chercheurs statutaires ou les post-doctorants sous contrat dans une institution de recherche ou dans un établissement d’enseignement supérieur peuvent bénéficier de ce dispositif. Ils sont accueillis pour une durée de un à six mois, éventuellement renouvelable, afin de développer un projet s’inscrivant la programmation quinquennale de l’École française d’Athènes.

L’appel à candidature pour l’année 2019 est lancé. Les dossiers peuvent être déposés jusqu’au 22 octobre 2018 à 12h (heure d’Athènes).

Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer ici.