Tous les articles par AFEBalk-2

CfP: Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle), Slavica occitan

Appel à contributions pour Slavica occitania, revue semestrielle interdisciplinaire publiée par le laboratoire LLA-CREATIS (univ. Toulouse Jean-Jaurès), dirigée par Dany Savelli (dir. éditoriale) pour un numéro coordonné par Marie Vrinat-Nikolov (INALCO/CREEE et CETOBaC), consacré à : Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle).

Titre et proposition (env. 20 lignes) en français: pour le 15 juillet 2018

Texte en français, résumés et mots clés en français et en anglais, notice bio/bibliographique : pour le 1er mars 2019

Envoyer à l’adresse : marie.vrinatnikolov@gmail.com

Dans Les lieux de mémoire, Pierre Nora liait intimement la notion de génération aux périodes de crise : « Il n’y a pas de génération sans conflit ni sans autoproclamation de la conscience d’elle-même, qui font de la politique et de la littérature les champs privilégiés de l’apparition générationnelle1 » Se référant, notamment, à Nora, ainsi qu’au concept de génération « effective2 », entendue comme émergeant « au cours des grandes ruptures historiques », François Georgeon s’est intéressé au cas de l’Empire ottoman et de la Turquie, dans son article sur « Les Jeunes Turcs étaient-ils jeunes3 ? », et à l’émergence, à l’époque de la révolution jeune-turque, d’une génération effective résultant des transformations à l’œuvre dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat.

En élargissant le propos aux Balkans et à la Turquie au XXe siècle, on s’interrogera sur les premières générations – acteurs, observateurs, ceux qui ont profité et ceux qui ont subi – des ruptures et des périodes de transition, nombreuses dans cet espace au cours du XXe siècle : révolution des Jeunes Turcs de 1908, guerres balkaniques, création d’un État albanais, guerres mondiales, création de la république turque en 1923, avènement et chute des régimes communistes (et régimes autoritaires), dislocation de l’ex-Yougoslavie et guerre…

Le terme de génération sera considéré dans un sens large, celui des sociologues, comme celui des historiens : en tant que cohorte ou génération biologique, mais aussi en tant que groupe lié horizontalement par « un fort un sentiment de communauté intellectuelle que leur a procuré une expérience historique partagée4 ». On ne considérera pas seulement, comment cela a souvent été fait, contre qui et quoi les générations de la rupture se sont élevées, mais aussi pour qui et pour quoi elles ont œuvré.

La perspective sera transdisciplinaire, convoquant histoire, anthropologie, arts et littérature, sociologie, sociolinguistique, sciences politiques, permettant ainsi de contribuer à la réflexion sur la notion de génération.

On questionnera notamment les points suivants :

Continuer la lecture de CfP: Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle), Slavica occitan

Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Mini-atelier TEPSIS: le 22 juin de 14h à 19h à l’EHESS, 105 boulevard Raspail en salle 8. 

Coordination : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC)

Intervenants :

Marinos SARIYANNIS (Institut d’études méditerranéennes, Réthymnon, Grèce) : Illegitimacy and justification : Ottoman images of revolt 

Benjamin LANDAIS(Université d’Avignon) : L’empereur et le ‘bandit’ : entre criminalisation et politisation des violences collectives dans le Banat habsbourgeois au XVIIIe siècle 

Hubert ŁASZKIEWICZ (Université de Varsovie, Pologne) : Confédération de Targowica (1792) : rébellion et émotions au nom d’un passé légitime.

Discutants : Marie-Elizabeth DUCREUX (EHESS), Christine LEBEAU (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Fabrice MICALEFF (Université de Nantes), Gregorio SALINERO (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous réserve).

Questions classiques de l’histoire moderne, les désobéissances et les rebellions ont été traditionnellement abordées dans une perspective économique ou sociologique. Ces dernières années ont apporté un renouvellement méthodologique important qui accorde une large place aux analyses anthropologiques et à la perspective comparatiste, en privilégiant certaines facettes « nouvelles » : l’imaginaire et les mises en scène des rébellions, la pluralité des discours et des mémoires de la révolte, les transferts d’expérience. 

Continuer la lecture de Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

The First Century of Photography Photography as History/ Historicizing Photography in Ottoman and Post-Ottoman Territories (1839 – 1939)

Atelier de recherche, en anglais (inscription préalable obligatoire) :
Mardi 19 juin 2018 à ANAMED de 9h00 à 18h30
Mercredi 20 juin 2018 à l’Université de Boğaziçi (Ibrahim Bodur Auditorium), de 10h30 à 17h30
Inscription obligatoire avant le 18 juin midi :  https://www.inscription-facile.com/form/I7LiWWhOj2W5b2DUE95Q

Panel Public, en anglais avec traduction simultanée vers le turc (ouvert au public, sans inscription préalable)
Jeudi 21 juin 2018 à ANAMED de 14h00 à 16h00

Vesna Maric, Le Merle Bleu, Editions Intervalles (224p., 19 €)

Née en 1976 à Mostar, Vesna Maric a quitté la Bosnie à l’âge de seize ans dans un convoi de réfugiés à destination du Royaume-Uni. Le Merle bleu retrace le chemin souvent drôle et toujours décalé de Vesna. Le récit plein d’humour de cet exil désamorce avec tendresse, profondeur et une finesse inouïe les idées reçues sur le déracinement.

Contrairement à de nombreux témoignages de réfugiés, Le Merle bleu n’est jamais sombre. C’est le récit rafraîchissant d’une adolescente qui respire la joie de vivre et dont l’humeur jure furieusement avec l’étiquette que son pays d’accueil tente de lui mettre sur le dos.

Écrit avec un sens de la comédie brillant et un mordant sans pareil, Le Merle bleu est surtout un pied de nez aux stéréotypes qui parfois nous tiennent lieu de bonne conscience.

Continuer la lecture de Vesna Maric, Le Merle Bleu, Editions Intervalles (224p., 19 €)

Laboratoire de l’Europe centrale et orientale : objets, sources et méthodes

La dernière séance du Laboratoire de l’Europe centrale et orientale : objets, sources et méthodes qui aura lieu le jeudi 31 mai de 16h à 19h, à l’Institut d’études slaves, Salle de conférences, 9 rue Michelet, 75006 Paris

31 mai 2018 : Séance 8 : Une histoire globale du communisme 

Le communisme est un véritable phénomène global. S’opposant à l’eurocentrisme de la recherche sur le communisme et à la perception de l’Union soviétique comme étant son (seul) centre, des études récentes ont montré l’importance de porter notre regard vers des régions extra-européennes et d’étudier les interactions et les interdépendances entre l’Europe communiste et le reste du monde. Cela permet de mieux prendre en compte la diversité de l’expérience communiste, de mettre en question l’idée d’un isolement des pays communistes et d’interroger des catégories comme « centre » et « périphérie ».

Intervenants :

Sandrine Kott (Université de Genève), Une autre modernité ? L’Europe de l’Est, la Guerre Froide et les organisations internationales

Pavel Kolář (European University Institute, Florence), Towards a Global History of Central European Communism

Discutant : Rafael Pedemonte (Ghent University)

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/1968/

Martin Schmid et René Treuil, Fouilles exécutées à Malia. LE QUARTIER MU VI. Architecture minoenne à Malia. Les bâtiments principaux du Quartier Mu (A, B, D, E) (Minoen Moyen II), Ecole Française d’Athènes (320p., 115€)

Une architecture d’exception de l’époque des premiers palais minoens : le Quartier Mu à Malia nous offre les vestiges d’un ensemble de bâtiments, indépendants tout en étant juxtaposés, qui ont été découverts dans un état de conservation remarquable, dû au violent incendie qui les a détruits. Les informations précieuses qu’ils révèlent et qui suscitent l’admiration apportent de nouvelles connaissances non seulement sur les matériaux employés et leur mise en œuvre, sur la structure des éléments architecturaux les composant – murs, ouvertures, planchers, escaliers, colonnes et piliers, corniches, puits de lumière – mais encore sur la circulation, l’articulation et la fonction des pièces à l’intérieur de ces unités de construction. Les installations encore en place comme les plates-formes et banquettes ainsi que le mobilier recueilli participent à l’identification de la fonction de certains espaces, mais les pièces les plus importantes se distinguent moins par leur grande taille que par leur décoration – panneaux en creux, dispositif tripartite de colonnettes, décor de plinthes – qui témoigne du souci esthétique des constructeurs minoens et par là des habitants du quartier. L’étude architecturale nous a conduits à proposer une restitution relativement bien assurée des volumes des bâtiments à partir des plans, du sous-sol, du rez-de-chaussée et du 1er étage. En revanche la restitution des niveaux supérieurs, 2ème étage ou terrasses, reste plus hypothétique. Ce sixième et dernier volume de la publication du Quartier Mu, consacré à l’architecture, souligne l’importance de cet ensemble exceptionnel dans l’histoire de l’architecture minoenne, dans l’évolution de la ville de Malia et dans l’histoire minoenne dans son ensemble.

Continuer la lecture de Martin Schmid et René Treuil, Fouilles exécutées à Malia. LE QUARTIER MU VI. Architecture minoenne à Malia. Les bâtiments principaux du Quartier Mu (A, B, D, E) (Minoen Moyen II), Ecole Française d’Athènes (320p., 115€)