GROUPES ARMÉS, VIOLENCE ORGANISÉE ET ESPACES EURO-MÉDITERRANÉENS (1870-1914)

Appel à participation Journée d’étude internationale 

23 janvier 2019, Rome (École Française de Rome)

Date limite pour l’envoi des propositions: 10 septembre 2018

Envoyer à l’adresse: romain.bonnet@unipd.it

Télécharger l’appel

Introduction

Dans le cadre du projet du Conseil Européen de la Recherche (ERC) « Le côté obscur de la belle époque. Violence politique et association armée en Europe avant la Première Guerre Mondiale » (http://www.dissgea.unipd.it/erc-prewaras, resp. prof. Matteo Millan), l’Università degli Studi di Padova et l’École Française de Rome (EFR) organisent une journée d’étude internationale qui se déroulera le 23 janvier 2019 à Rome (EFR). Cette manifestation scientifique vise à créer un dialogue original, à la fois comparatif et transnational, autour d’un objet d’étude relativement neuf pour la période 1870-1914 : les groupes armés. Cet objet sera envisagé en lien avec la violence politique et dans le cadre d’une géographie relativement souple : celle des espaces euro-méditerranéens entendus au sens large. Autour des groupes armés, à travers leurs formes d’organisations, de légitimations et d’actions, l’étude de la violence politique permet d’approfondir empiriquement notre connaissance de ce que l’on nomme le « monopole de la violence légale ». Ces groupes armés revendiquaient des formes de légitimité qui n’étaient pas sans accointances avec la puissance étatique. Par ailleurs, ils n’étaient pas ou pas directement intégrés aux armées nationales. Notre problématique est celle-ci : comment l’usage du monopole de la violence était-il légitimé autour de ces groupes armés, à travers quelles ressemblances et quelles différences, selon quelles influences et quelles références plus ou moins larges au monde social (clan, association, nation, etc.), de part et d’autre des espaces euro-méditerranéens de1870 à 1914 ?

Thématiques

Les thématiques au centre des analyses et discussions concerneront tout d’abord les rapports entre dimensions publiques et privées, cadre légal (port d’armes, légitime défense, etc.) et violence politique. On s’intéressera également aux formes de militarisation et/ou de paramilitarisme, de mobilisations et d’associations. On étudiera également les peurs et émotions liées aux conceptions dominantes de l’ordre social, à l’émergence de formes de violence organisée, aux métamorphoses de l’usage du monopole de la violence légale. Ainsi envisagés autour de l’objet des groupes armés, les espaces euro-méditerranéens permettront notamment de mieux cerner en quoi l’approche juridique s’inscrit au cœur de dynamiques impériales éventuellement renforcées de nationalismes en armes. Ces questionnements pourront être abordés tantôt à travers des études de cas précis de groupes armés, tantôt à travers des analyses thématiques ciblés. Celles-ci pourront par exemple concerner le commerce des armes dans les espaces euro-méditerranéens. La liste est ouverte, l’important étant de préciser en quoi les communications proposées éclairent la violence politique des groupes armés, leurs acteurs et pratiques, sociabilités et rituels, symboles et langages, ce qui permettra de mieux comprendre la complexité de leurs échelles.

Informations pratiques

Les candidatures (un abstract de 500 mots indiquant problématique, cas et/ou thématique, sources, méthodologie ainsi que 200 mots de présentation de l’auteur) sont à envoyer jusqu’au 10 septembre 2018 à l’adresse suivante : romain.bonnet@unipd.it. Début octobre 2018, les candidats seront informés du choix des organisateurs. Fin 2018, des communications d’environ 8.000 caractères espaces compris circuleront entre les candidats retenus. Le français l’italien et l’anglais sont les langues de travail. Pour les nuits qui précèdent et suivent la journée d’étude (du 22 au 23 et du 23 au 24 janvier 2019), l’hébergement des participants sélectionnés est pris en charge par les organisateurs, qui participent également à la couverture des frais de déplacement.