Bosko I. Bojovic, L’Eglise orthodoxe serbe. Histoire, spiritualité, modernité, Les Editions du Cerf (384p., 34€)

Au milieu du XIIe siècle, la Serbie est une principauté insérée entre l’Adriatique et les puissants royaumes de Hongrie et de Bulgarie, mais surtout, voisine l’Empire byzantin. Évangélisés depuis la fin du IXe siècle, le pays des Serbes ne compte qu’une demi-douzaine de monastères, alors qu’à Byzance le monachisme est en plein essor depuis le Xe siècle. C’est alors que leur prince, le grand joupan Stefan Nemanja, s’investit dans la construction des églises et la fondation des monastères, avant d’abdiquer pour se faire moine, puis rejoindre son fils cadet, le moine Sava (futur premier archevêque de l’Église de Serbie) au Mont Athos, pour y fonder le monastère serbe de Chilandar. En quelques dizaines d’années à peine, la Serbie est constellée de dizaines, puis de centaines d’églises et de monastères. L’assimilation de la culture byzantine est un processus continu auquel s’ajoute vers la fin du Moyen Âge une interprétation locale des structures sociales. Les cultes des saints jouent un rôle d’individuation au sein des sociétés cristallisées autour des hiérarchies monarchiques. L’autorité séculière et sacerdotale cultive les témoignages individuels et les manifestations collectives du bienfondé eschatologique de l’ordre établi. Le fait est que la transformation de la société issue d’un modèle traditionnel, y compris les tenants et les aboutissants de valeur religieuse, se prolonge sans interruption dans les Balkans, avec néanmoins quelques périodes de stagnation et de régression. La modernité érigée comme un principe universel, censé être mis en pratique dans la société serbe, progresse lentement et avec atermoiements, s’inscrivant dans la longue durée depuis plus de deux siècles.

Boško I. Bojovic, directeur de recherche à l’Institut des Études balkaniques de l’Académie serbe des sciences et des arts, Professeur des Universités, Professeur associé à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et Professeur à l’university for Peace established by the United Nations de Belgrade, est spécialisé en histoire et société du Sud-Est européen. Il est l’auteur de nombreux ouvrages.