CfP: Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle), Slavica occitan

Appel à contributions pour Slavica occitania, revue semestrielle interdisciplinaire publiée par le laboratoire LLA-CREATIS (univ. Toulouse Jean-Jaurès), dirigée par Dany Savelli (dir. éditoriale) pour un numéro coordonné par Marie Vrinat-Nikolov (INALCO/CREEE et CETOBaC), consacré à : Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle).

Titre et proposition (env. 20 lignes) en français: pour le 15 juillet 2018

Texte en français, résumés et mots clés en français et en anglais, notice bio/bibliographique : pour le 1er mars 2019

Envoyer à l’adresse : marie.vrinatnikolov@gmail.com

Dans Les lieux de mémoire, Pierre Nora liait intimement la notion de génération aux périodes de crise : « Il n’y a pas de génération sans conflit ni sans autoproclamation de la conscience d’elle-même, qui font de la politique et de la littérature les champs privilégiés de l’apparition générationnelle1 » Se référant, notamment, à Nora, ainsi qu’au concept de génération « effective2 », entendue comme émergeant « au cours des grandes ruptures historiques », François Georgeon s’est intéressé au cas de l’Empire ottoman et de la Turquie, dans son article sur « Les Jeunes Turcs étaient-ils jeunes3 ? », et à l’émergence, à l’époque de la révolution jeune-turque, d’une génération effective résultant des transformations à l’œuvre dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat.

En élargissant le propos aux Balkans et à la Turquie au XXe siècle, on s’interrogera sur les premières générations – acteurs, observateurs, ceux qui ont profité et ceux qui ont subi – des ruptures et des périodes de transition, nombreuses dans cet espace au cours du XXe siècle : révolution des Jeunes Turcs de 1908, guerres balkaniques, création d’un État albanais, guerres mondiales, création de la république turque en 1923, avènement et chute des régimes communistes (et régimes autoritaires), dislocation de l’ex-Yougoslavie et guerre…

Le terme de génération sera considéré dans un sens large, celui des sociologues, comme celui des historiens : en tant que cohorte ou génération biologique, mais aussi en tant que groupe lié horizontalement par « un fort un sentiment de communauté intellectuelle que leur a procuré une expérience historique partagée4 ». On ne considérera pas seulement, comment cela a souvent été fait, contre qui et quoi les générations de la rupture se sont élevées, mais aussi pour qui et pour quoi elles ont œuvré.

La perspective sera transdisciplinaire, convoquant histoire, anthropologie, arts et littérature, sociologie, sociolinguistique, sciences politiques, permettant ainsi de contribuer à la réflexion sur la notion de génération.

On questionnera notamment les points suivants :

  • crises, ruptures et générations

– quelles crises, quelles ruptures favorisent l’émergence d’une génération effective, la transformation d’une génération potentielle en génération effective ? Quels événements inauguraux5 ?

– comment se constituent-elles (formation, lectures, lieux de sociabilités et de solidarités, force des liens, désaccords et débats, réseaux, expériences traumatiques communes…) ?

– trajectoires individuelles et identifications (religieuses, sociales, « ethno-nationales »…)

– générations et/contre pères symboliques

– comment dire la rupture ? Termes, topoï, discours, rhétorique des / sur les / acteurs , leur circulation dans l’espace post-ottoman

– crises et genre : que fait la crise au genre et que fait le genre à la crise (comment les différences sociales entre les sexes affecte la perception, la construction, la participation des acteurs à la crise?)

  • générations de la rupture et de la transition

– conscience générationnelle ?

– imaginaire social et générations de la rupture

– générations de la rupture et « lieux de mémoire »

– accession au pouvoir, promotion, transferts et exercice du pouvoir / pratiques d’adaptation / subversion

– émergence sur la scène publique : champ littéraire, scène artistique

– génération et jeunesse, génération et « modernité »

– générations et classes

– philosophie générationnelle du temps, de l’histoire, de la nouveauté, du progrès

– rhétorique de la régénération sociale par le renouvellement générationnel

– les acteurs du changement, ceux qui le subissent : une même génération ?

  • les générations de la rupture dans l’historiographie / (littéraire)

– quelles générations l’histoire retient-elle si elle en retient ?

– génération consciente d’elle-même/génération construite a posteriori pour légitimer un changement, une rupture, une construction identitaire, nationale.

L’ouvrage ne doit pas être inférieur à 250 pages, il ne doit pas non plus excéder 450 pages.

Pour charte des présentations pour les auteur.e.s contacter marie.vrinatnikolov@gmail.com

1Pierre Nora, « La génération », in Les lieux de mémoire, t. II, Paris, Gallimard, p. 2991.

2Développé par Karl Mannheim : Karl Mannheim, Le problème des générations, Paris, Nathan, 1990 (1ère éd., 1928).

3François Georgeon, « Les Jeunes Turcs étaient-ils jeunes ? », in François Georgeon et Klaus Kreiser (dir), Enfance et jeunesse dans le monde musulman, Paris, Maisonneuve et Larose, 2007, p. 146-173.

4Burguière André. Les rapports entre générations : un problème pour l’historien. In: Communications, 59, 1994. Générations et filiation. pp. 15-27; doi : https://doi.org/10.3406/comm1994.1890 https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1994_num_59_1_1890

5Cf. Jean-Pierre Azéma, La clé générationnelle », in Vingtième siècle, n°22, avril-juin 1989, p. 3-10.



Citer ce billet
AFEBalk-2 (2018, 18 juin). CfP: Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle), Slavica occitan. AFEBalk. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ao4m