Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Mini-atelier TEPSIS: le 22 juin de 14h à 19h à l’EHESS, 105 boulevard Raspail en salle 8. 

Coordination : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC)

Intervenants :

Marinos SARIYANNIS (Institut d’études méditerranéennes, Réthymnon, Grèce) : Illegitimacy and justification : Ottoman images of revolt 

Benjamin LANDAIS(Université d’Avignon) : L’empereur et le ‘bandit’ : entre criminalisation et politisation des violences collectives dans le Banat habsbourgeois au XVIIIe siècle 

Hubert ŁASZKIEWICZ (Université de Varsovie, Pologne) : Confédération de Targowica (1792) : rébellion et émotions au nom d’un passé légitime.

Discutants : Marie-Elizabeth DUCREUX (EHESS), Christine LEBEAU (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Fabrice MICALEFF (Université de Nantes), Gregorio SALINERO (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous réserve).

Questions classiques de l’histoire moderne, les désobéissances et les rebellions ont été traditionnellement abordées dans une perspective économique ou sociologique. Ces dernières années ont apporté un renouvellement méthodologique important qui accorde une large place aux analyses anthropologiques et à la perspective comparatiste, en privilégiant certaines facettes « nouvelles » : l’imaginaire et les mises en scène des rébellions, la pluralité des discours et des mémoires de la révolte, les transferts d’expérience. 

Notre atelier propose une révision critique des travaux portant sur ces problématiques à l’échelle européenne et coloniale avec l’objectif de construire un bagage méthodologique à même d’être utilisé sur les terrains de l’Europe orientale et balkanique. L’un des apports de cette démarche serait d’inscrire ces zones dans la réflexion d’ensemble sur la désobéissance collective à l’époque moderne et de proposer à terme une histoire connectée de ces phénomènes à différentes échelles. Notre enquête débutera dans les premières décennies du xviesiècle, pour se poursuivre jusqu’à la fin de la période napoléonienne, marquée par la mise en place d’un nouvel équilibre des pouvoirs en Europe (1815). Une attention particulière sera accordée aux zones frontalières, dont l’appartenance à un ensemble politique ou à un autre a maintes fois soulevé de graves problèmes, tant à l’intérieur des États concernés qu’entre voisins concurrents. Ce regard depuis les marges vers le pouvoir central permettra d’interroger sous un angle nouveau les mécanismes de gouvernance et le processus de constitution des États modernes dans la région.



Citer ce billet
AFEBalk-2 (2018, 11 juin). Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle. AFEBalk. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ao4l