Vesna Maric, Le Merle Bleu, Editions Intervalles (224p., 19 €)

Née en 1976 à Mostar, Vesna Maric a quitté la Bosnie à l’âge de seize ans dans un convoi de réfugiés à destination du Royaume-Uni. Le Merle bleu retrace le chemin souvent drôle et toujours décalé de Vesna. Le récit plein d’humour de cet exil désamorce avec tendresse, profondeur et une finesse inouïe les idées reçues sur le déracinement.

Contrairement à de nombreux témoignages de réfugiés, Le Merle bleu n’est jamais sombre. C’est le récit rafraîchissant d’une adolescente qui respire la joie de vivre et dont l’humeur jure furieusement avec l’étiquette que son pays d’accueil tente de lui mettre sur le dos.

Écrit avec un sens de la comédie brillant et un mordant sans pareil, Le Merle bleu est surtout un pied de nez aux stéréotypes qui parfois nous tiennent lieu de bonne conscience.

Extrait:

« Aucun de nous ne savait exactement où nous allions et Dragan nous avait seulement dit de prendre des tenues décontractées pour avoir l’air aussi négligé que possible, parce que les gens du groupe précédent étaient trop bien mis, d’après lui. Les Anglais s’étaient plaints parce qu’ils n’avaient pas vraiment l’air de réfugiés. La semaine précédente, au téléphone, Dragan avait fait à ma mère leur portrait : “Ils avaient l’air de s’être habillés pour une noce !” J’imaginais mes vaniteuses compatriotes dans les vêtements à la mode italienne récupérés chez elles, le rouge à lèvres et l’ombre à paupières impeccables en guise d’armure.

Tout naturellement, les Anglais s’étaient attendus à des réfugiés un peu plus ostentatoires : une population en souffrance, les épreuves lisibles sur les visages, les vêtements déchirés et froissés, les yeux des enfants rougis à force de pleurer. Dragan slalomait dans la foule pour inspecter de près la tenue de chacun, coincer un bout de chemise, de jupe ou de pantalon entre deux de ses doigts et frotter, afi n d’éprouver leur qualité, une grimace de dégoût sur le visage. Il en ressortait que nous étions bien loin d’être dans la norme. Mais la devise tacite de ces mères bosniennes était : “Si nous devons devenir des réfugiées, ne donnez pas notre misère en spectacle, laissez-nous au moins avoir belle allure”, et je pouvais les comprendre. Ce n’était pas facile de passer sans transition à l’état de réfugié. »

Traduit de l’anglais par Marie Poix-Tétu

 



Citer ce billet
AFEBalk-2 (2018, 1 juin). Vesna Maric, Le Merle Bleu, Editions Intervalles (224p., 19 €). AFEBalk. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ao4f