TÀKIS SINÒPOULOS, REPAS FUNÈBRE, LE MIEL DES ANGES, 2018 (148 P., 12€)

Texte traduit par Jacques Lacarrière, Natalia Moreleón et Michel Volkovitch.

Tàkis Sinòpoulos était médecin, ce qui l’a amené à vivre en première ligne la guerre de 40-45, puis la guerre civile atroce qui a suivi. Jamais il ne s’en est remis. Sa poésie, d’abord influencée par Pound, Eliot et Sefèrls, va  rester marquée d’un  bout à l’autre par la hantise de la souffrance et de la mort. On trouvera ici les recueils de la maturité, et en particulier le sommet de l’ensemble : Repas funèbre (1972) et Pierres (1972), écrits parallèlement dans les années soixante. Le titre de Repas funèbre pourrait servir à toute l’œuvre de Sinòpoulos, qui n’est qu’un long dialogue avec les morts.

Ce recueil, plus encore que les autres, est une descente aux enfers. Débris  de  souvenirs, lambeaux de visions ou de rêves, listes de noms du martyrologe, salves d’images, tout cela mêlé, emporté dans une danse macabre sans fin. Avec Pierres, on quitte le déchaînement épique pour la confidence à ml-voix ; la dérive hallucinée pour la concentration immobile. Mais à bien regarder, on retrouve dans ces pièces de musique de chambre le même sentiment tragique, la même beauté déchirée.

Publié avec le soutien du Centre national du livre.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
AFEBALK (7 mai 2018). TÀKIS SINÒPOULOS, REPAS FUNÈBRE, LE MIEL DES ANGES, 2018 (148 P., 12€). AFEBalk. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ao44