YÒRGOS IOÀNNOU, LE SARCOPHAGE, LE MIEL DES ANGES, 2018 (156 P., 12€)

Texte traduit par Michelle Barbe, Noëlle Bertin et Michel Volkovitch.

L’héroïne de ce livre est une ville : Thessalonique, au riche passé antique, byzantin, turc et juif, aux quartiers populaires grouillants de vie, à la fois jeune et pleine de fantômes. 

Le héros, c’est l’auteur : Yòrgos Ioànnou, tourmenté, solitaire, écorché vif, enfant de cette ville qu’il aime comme une mère et qui l’étouffe. 

En 1971, à quarante-quatre ans, quasiment inconnu encore, il publie comme un exorcisme ces vingt-sept histoires autobiographiques. Elles font revivre les années noires de l’Occupation allemande et de ce qui a suivi, en alliant Éros et Thanatos, tragédie et humour, et l’auteur se révèle un merveilleux conteur. Le sarcophage, c’est l’acte de naissance d’un des maîtres de la prose grecque d’aujourd’hui.

Publié avec le soutien du Centre culturel hellénique.



Citer ce billet
AFEBALK (2018, 7 mai). YÒRGOS IOÀNNOU, LE SARCOPHAGE, LE MIEL DES ANGES, 2018 (156 P., 12€). AFEBalk. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ao43