Poésie et philologie ottomanes, XVe-XVIIe siècles

Du 02 au 30 mai 2024

Conférences de Benedek Péri, directeur d’études invité.

Les conférences seront données en anglais et auront lieu en Sorbonne – 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Escalier E, 1er étage, salle D057 « bureau du président ».

Benedek Péri, directeur de l’Institut d’études orientales et du Département d’études turques de l’Université Eötvös Loránd à Budapest, directeur d’études invité par Alexandre Papas pour une série de quatre conférences : « Poésie et philologie ottomanes, XVe-XVIIe siècles ».

  • 2 mai 2024, 10h-12h
  1. La poésie de Rum et ses liens avec les traditions littéraires classiques persanes.

La prise de Constantinople en 1453, l’établissement d’une nouvelle capitale et les sources quasi-inépuisables du mécénat royal donnèrent une impulsion sans précédent au projet ambitieux de création d’un système sémiotique adapté au statut politique profondément modifié de l’État ottoman. Ce projet a contribué à forger une identité culturelle ottomane ou plutôt Rumi, selon l’appellation des sources de l’époque. Les Ottomans ont sélectionné et rassemblé des modèles qu’ils jugeaient dignes d’être copiés et, tout en les amalgamant et en les modifiant, ils les ont adaptés à leurs goûts jusqu’à créer leur propre synthèse d’éléments culturels qui constituèrent des paradigmes proprement ottomans.

  • 16 mai 2024, 10h-12h
  1. Le ghazal ottoman à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle.

Le ghazal (ou poème lyrique) s’est largement développé en tant que genre poétique dans la tradition littéraire persane jusqu’à devenir, à la fin du XIIIe siècle, un genre important, sinon prédominant. Cette centralité culturelle trouve son meilleur témoignage dans le fait que, par exemple, l’œuvre d’un poète comme le célèbre Hafez de Chiraz (m. 1390) se compose presque uniquement de ghazals. Il était donc tout à fait prévisible que le genre jouât un rôle aussi important dans les trois systèmes littéraires turcs classiques, c’est-à-dire ottoman, türki-yi ‘ajami et chaghatay, en tant que pierre de touche du talent, de l’habileté et des prouesses d’un poète quel qu’il soit. Cette conférence explorera les caractéristiques de ce qui fait un bon ghazal selon les littérateurs eux-mêmes, les types classiques des poèmes dit ‘aşıḳane (« amoureux ») et merdane (« vaillants »), ainsi que les styles nouveaux apparus au XVIe siècle appelés türki-yi basiṭ et vuḳu‘-guyi.

  • 23 mai 2024, 10h-12h
  1. Poésie et stupéfiants dans l’Empire ottoman du XVe au XVIIe siècle.

Fondée sur un grand nombre de sources narratives, pour la plupart issues du corpus étudié dans les deux précédentes présentations, notre troisième conférence consistera en quatre points : 1) la culture et l’imaginaire du cannabis dans l’Empire ottoman ; 2) le cannabis comme champ sémantique unique dans la poésie ottomane ; 3) le débat à la fois classique et nouveau sur l’herbe et le vin ; 4) berş, une drogue de synthèse très populaire au XVIe siècle. Nous chercherons à montrer comment un aspect apparemment mineur des réalités sociales des XVe-XVIIe siècles, se reflète dans les textes poétiques ottomans voire dans une certaine esthétique des stupéfiants, laquelle peut appeler des comparaisons avec la littérature et les arts en Europe.

  • 30 mai 2024, 10h-12h
  1. Les manuscrits ottomans, chaghatay et persans dans la Collection orientale de la Bibliothèque de l’Académie des Sciences de Hongrie.

Plus directement philologique, cette quatrième et dernière conférence présentera un panorama de la Collection orientale conservée à la Bibliothèque et au Centre d’information de l’Académie hongroise des sciences. Il s’agit de la plus grande collection de manuscrits orientaux en Hongrie, acquis par des savants et des voyageurs hongrois en Europe, au Moyen-Orient et en Asie centrale. Après avoir retracé les tribulations des collectionneurs de livres (comme Arminus Vámbéry par exemple) et la constitution de la collection, nous décrirons en détail certains manuscrits ottomans, chaghatay et persans. Nous souhaitons ainsi donner un aperçu de l’histoire de l’orientalisme hongrois à travers cette collection et mettre en lumière certains des manuscrits les plus importants ou les plus intéressants conservés à Budapest. Il s’agira également d’expliquer comment s’élabore un catalogue au fil du temps.

En savoir plus



Citer ce billet
AFEBALK (2024, 16 avril). Poésie et philologie ottomanes, XVe-XVIIe siècles. AFEBalk. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w811