Soutenance de thèse Aline CATEUX

Titre de la thèse: « Mostar : ceci n’est pas une ville.” Ethnographie de la disparition d’une ville

Date: le 4 décembre 2023 à 16h.

Lieu: Louvain-la-Neuve, Belgique / Teams.

Composition du jury:

Larisa Kurtović – Professeure d’Anthropologie – Université d’Ottawa (Examinatrice extérieure)

Valérie Rosoux – Professeure de Sciences Politiques – Université de Louvain (Présidente)

Tatiana Sírbu – Anthropologue – Université de Washington – (Examinatrice extérieure)

Heleen Touquet – Chercheuse en Sciences sociales – Université d’Anvers -(Examinatrice extérieure)

Anne-Marie Vuillemenot – Professeure d’Anthropologie – Université de Louvain (Directrice de thèse)

Résumé de la thèse : 

Cette thèse allie une anthropologie des mémoires à une anthropologie sensible des lieux, des modes d’habiter et de l’attachement des Mostariens à leur ville. Monographie au long cours de Mostar (Bosnie-Herzégovine), la thèse propose une lecture originale de l’histoire récente à la lumière de récits d’habitants qui évoquent et se remémorent leur ville en la parcourant à pied avec l’anthropologue. Cette méthode d’enquête permet une analyse originale et inédite de la disparition de Mostar telle qu’évoquée par ses habitants alors que les recherches antérieures rendent majoritairement compte des transformations urbaines.

Quelles altérations conduisent les Mostariens à constater et énoncer que leur ville disparaît ? Comment ce processus a-t-il pu advenir ? La thèse analyse les multiples aspects de l’évanouissement de Mostar ces vingt dernières années : destruction du bâti, reconfiguration démographique par la violence, altération des pratiques mémorielles sous l’influence des politiques de l’Union européenne, échec des tentatives d’établissement de continuités sociales et culturelles, enfin, altération des repères sensoriels ancrés dans la mémoire de la ville.

La thèse rend compte de la complexité des forces en présence et montre combien une ethnographie fine permet de mettre à jour l’enchevêtrement des pratiques d’une ville dont l’histoire meurtrie conduit trop souvent à prendre des raccourcis analytiques qui enferment les habitants dans un paysage urbain qu’eux-mêmes ne reconnaissent pas et dénoncent massivement. 



Citer ce billet
AFEBALK (2023, 4 décembre). Soutenance de thèse Aline CATEUX. AFEBalk. Consulté le 31 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vn3m