Appel à panel Congrès triennal de l’ABSP 2024 : Nationalisme et politiques mémorielles en Europe centrale et orientale – (re)construction de l’histoire et de la mémoire

Les communications doivent être envoyées par mail pour le 31 octobre 2023 au plus tard. 

Congrès triennal de l’Association belge de science politique (ABSP) qui aura lieu à Liège du 31 janvier au 2 février 2024 sur le thème de « La science politique au défi du vivre- ensemble »

Neira Sabanovic, Centre d’étude de la vie politique (CEVIPOL – ULB) :
neira.sabanovic@gmail.com

Jean-Michel De Waele, Centre d’étude de la vie politique (CEVIPOL – ULB) : jean-michel.de.waele@ulb.be

Le début de la guerre en Ukraine a profondément marqué l’Europe et notamment l’Europe centrale et orientale, les premiers voisins du pays. Alors que l’invasion et la rhétorique du régime russe ont fait écho dans de nombreux pays notamment en Bosnie-Herzégovine par rapport aux souvenirs de la guerre de 1992-1995, les discours manipulant la mémoire et l’histoire légitimant des actions violentes ou des propos négationnistes ne sont pas une nouveauté dans la région. Que ce soit durant les années 1990 et 2000 avec les guerres menées en ex-Yougoslavie qu’avec les événements traumatiques et les épisodes violents (pogroms, massacres, déplacements de population, etc.) ayant touché l’ensemble de la région parfois depuis plusieurs siècles, durant la deuxième guerre mondiale et la période communiste, ces pays dont l’indépendance reste récente sont toujours confrontés à de nombreux débats sur leur histoire et la transmission de la mémoire. Entre manipulation historique et objectif de
légitimation politique, les régimes au pouvoir composés de tous types de partis mobilisent des narratifs polarisants comme nous pouvons l’observer dans le cas du recours au discours victimaire sur l’histoire nationale en Hongrie ou en Serbie, l’omniprésence des débats
mémoriels dans le débat public en Bosnie-Herzégovine ou au Kosovo ou encore en Pologne du point de vue de son implication durant la Shoah ou dans sa relation avec l’Ukraine au sujet des commémorations liés aux massacres durant les différents nettoyages ethniques que ces deux
pays ont connu.
L’objectif de ce panel est d’aborder, selon une approche sociologique, politique et historique, la manière dont la mémoire et l’histoire sont transmises en Europe centrale et orientale et dans la région des Balkans depuis l’effondrement des régimes communistes. Nous aborderons ainsi
l’évolution et la (re)construction des politiques mémorielles et de la mémoire collective mais également la réception de ces mémoires par la société et le rôle de la société civile dans la création de narratifs alternatifs. Quels sont les défis auxquels ces sociétés font face en cas de
contradiction des politiques mémorielles entre pays et différentes communautés composant ces populations ? Dans quelle mesure les dissidences mémorielles pérennisent les conflits et les polarisations politiques ? Quelle est la place de la société civile et des mouvements citoyens ou activistes dans les évolutions des politiques mémorielles ?

Mots-clés : mémoire collective, politiques mémorielles, conflits, guerres, violence, Albanie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, Hongrie, Kosovo, Macédoine du Nord, Monténégro, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Serbie, Slovaquie, Slovénie.



Citer ce billet
AFEBALK (2023, 14 octobre). Appel à panel Congrès triennal de l’ABSP 2024 : Nationalisme et politiques mémorielles en Europe centrale et orientale – (re)construction de l’histoire et de la mémoire. AFEBalk. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aoci