Catherine Pinguet, Salonique, 1870-1920, CNRS éditions, 2023,(280 p., 45€)

Capitale de la Macédoine ottomane, Salonique a connu au XIXe siècle une incroyable métamorphose. Cœur « industriel » de l’Empire, foyer de la modernité turque, jusqu’à la reconquête par les Grecs en 1912, la cité est une ville pluriethnique et multiconfessionnelle, un carrefour culturel et un havre aussi où se sont réfugiés, depuis des siècles, les sépharades bannis d’Espagne et les ashkénazes chassés d’Europe. Une véritable Jérusalem des Balkans.

En sélectionnant des images dans la plus riche collection privée de photographies dédiées à l’Empire ottoman, celle de Pierre de Gigord, Catherine Pinguet dresse un portrait de la ville de la seconde moitié du XIXsiècle à la fin de la Première Guerre mondiale. Elle restitue le quotidien des habitants et les mutations de la ville, de leur cadre de vie : animation des rues, activités commerciales et corporations de métiers, nouveaux édifices, quartiers résidentiels, périphérie déshéritée où sont apparues les premières industries.

Viennent s’ajouter les clichés d’événements majeurs, tels que la « révolution » jeune-turque de juillet 1908 dont Salonique a été le berceau, puis l’incendie d’août 1917, qui a détruit à jamais les quartiers historiques de la communauté juive. Ces flammes préfigurent la fin d’une époque, celle des grandes cités cosmopolites de la Méditerranée orientale qui disparaîtront les unes après les autres, dans des circonstances souvent dramatiques.

Catherine Pinguet, Docteur ès lettres, est chercheuse associée au CNRS-EHESS (CETOBAC) …

Préface de Paul Salmona


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
AFEBALK (8 octobre 2023). Catherine Pinguet, Salonique, 1870-1920, CNRS éditions, 2023,(280 p., 45€). AFEBalk. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aoc8