Pour une histoire des mouvements sociaux dans le Sud-Est européen aux 19e et 20e siècles/ A History of social movements in Southeastern Europe (19th-20th century)

Dans la continuité des années précédentes, le cycle de séminaires portera sur les mouvements sociaux qui se sont développés dans le Sud-Est européen de l’ère des empires aux États-nations. À partir des acquis sociologiques les plus récents sur les mouvements sociaux, on se propose de développer une analyse de ces phénomènes dans le Sud-Est européen, en se concentrant notamment sur les associations – philanthropiques, religieuses, nationalistes, féministes mais aussi diasporiques, sportives ou de loisirs – qui se sont développées au moins à partir du début du XIXe siècle, et qui ont amplement contribué à bâtir l’espace public. On prendra également en compte d’autres organisations, tels que les syndicats, les partis – mais aussi les mouvements apparemment moins structurés. Dans la mesure où ils réunissent et confrontent des individus très dissemblables autour d’une large gamme d’activités et de différents modes de mobilisation, les mouvements sociaux seront notamment étudiés comme des lieux fondamentaux d’apprentissage du politique et comme une arène où détecter le renouvellement des formes de sociabilité. On s’intéressera également à leur rapport à l’État, à la famille, au temps et à l’espace, au genre, à la violence, ou encore aux médias.

 8 janvier 2018 : Introduction. Fait associatif et fait impérial

Yusuf KARABIÇAK (Université de Montréal-EHESS), « The Ottoman administration and Greek Associational Activity 1861-1912 »

Greek associational activities served the creation of a middle-class Ottoman Greek-Orthodox sphere and a national (but not nationalist) identity among the Empire’s Greek-Orthodox populations. But what did the Ottoman policy-makers think about such activities? How did they deal with them and what did they hope to accomplish through them? This presentation will attempt to examine the evolution of the Ottoman aspect of such activities, trying to place the current bibliography into its Ottoman context.

22 janvier 2018 : Au delà de la notion de société civile

Efi AVDELA (Université de Crète),  « Action associative et production de socialité publique dans la Grèce urbaine du XXe siècle : un programme de recherche et ses résultats »

Le projet de recherche présenté a exploré des formes d’action associative dans des centres urbains grecs au cours du XXe siècle et des formes de socialité publique produites au cours de ces actions collectives ; au centre sont les significations culturelles que les acteurs attribuent à leur participation, les rapports sociaux et les actions communes dans lesquels ils se sont engagés, et leur évolution au fil du temps. Pour plus d’information sur le projet, voirhttp://www.public-sociality.uoc.gr/index_en.html )

Textes à discuter (au choix):

  • Kritsotaki, Despo “Turning Private Concerns into Public Issues: Mental Retardation and the Parents’ Movement in Post-war Greece, c. 1950–80”, Journal of Social History (2015), pp. 1-17.
  • Avdela, Efi et  Vassiliadou, Dimitra «’Sauver l’enfant dévoyé’: La Société pour la protection des mineurs d’Athènes après la guerre», Revue d’histoire de l’enfance ‘irrégulière’ 18 (2016), 300-317.

12 février 2018 : Associations et espace urbain  

Catherine HOREL (UMR IRICE, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne), “Le tissu associatif dans les villes de l’empire des Habsbourg 1880-1914 : un enjeu de visibilité ?”

L’ère constitutionnelle en Autriche-Hongrie permet un développement rapide du monde associatif dans les villes. L’offre de participation va de la charité au sport en passant par des organisations plus politiques qui élaborent des discours de mobilisation nationale. Mais il faut s’interroger sur leur inscription dans l’espace urbain, de la construction du théâtre aux « maisons de la nation », la vie associative devient un élément du quotidien qui dépasse les anciennes sociabilités religieuses (processions). Les nouveaux modes de participation utilisent des espaces créés à cet effet. Les associations fabriquent de la sociabilité qui engagent des groupes de plus en plus accaparés par les activistes nationaux. Comment cette « lutte » pour l’occupation de l’espace se traduit-elle ? Assiste-t-on à une concurrence ou bien à un partage de l’espace ?

Texte à discuter:

  • Graeme Morton, Boudien de Vries, Robert J. Morris (eds.) Civil Society, Associations and Urban Places: Class, Nation and Culture in Nineteenth-century Europe, Aldershot, Ashgate, 2006, p. 1-16.

12 mars 2018 : Empire, philanthropie et protection sociale

Nadir ÖZBEK (Université du Bosphore), “Une histoire politique de la philanthropie ottomane” (titre temporaire)

26 mars 2018 : Corps, public, privé

Heike KARGE (Université de Regensburg),  « Public Health and the Mental Hygiene Movement in Interwar Yugoslavia»

When the First World War was over, public health measures aimed at the modernization of the first Yugoslav state. But the situation was difficult, primarily due to the fact that different territories and also different traditions regarding healthcare needed to be harmonized. In my lecture, I am going to address these difficulties at the example of the mental hygiene movement in Yugoslavia, a movement of primarily the psychiatric profession, which aimed at raising consciousness among the population and of the state officials for improving conditions for life, education and housing, and also for changing consumption behaviours (f.i. with regard to the problem of alcoholism).

Texte à discuter:

  • Marius Turda, “Private and public traditions of health care in Central and South-Eastern Europe, from the nineteenth to the (mid-) twentieth centuries”, dans Paul Weindling, ed., Healthcare in Private and Public from the Early Modern Period to 2000, Milton Park, Abingdon, Oxon et New York : Routledge, 2015, p. Xxxx

9 avril 2018 : Etat, mouvements sociaux et violence

Noemi LEVY (Birkbeck College, University of London),  “La loi martiale contre l’urgence sociale: le cas du mouvement ouvrier de 1970 en Turquie”

Texte à discuter:

  • Nasser Hussain, The Jurisprudence of Emergency: Colonialism and the Rule of Law, University of Michigan Press, Ann Arbor, 2003 (chapitre 4, Martial Law and Massacre), p. 99-131.

14 mai 2018 : Fait associatif, politisations, sociabilités

Ilker AYTURK (Université de Bilkent) 

28 mai 2018 : Exposés d’étudiant.e.s

___________________________________________________________

Horaire :  16h à 19h

Lieu : E.H.E.S.S., 54 Boulevard Raspail, 75006 Paris (Métro Saint Sulpice et Sèvres-Babylone)

Renseignements : clayer@ehess.fr