Jovan Nikolić & Ruždija Russo Sejdović, Carrousel pour les Tsiganes, Traduit du rromani et préfacé par Marcel Courthiades, L’espace d’un instant, 2022, (120 pp., 13€)

Dans un café tenu par Yashar, Rrom de Prizren, se déroulent des événements du quotidien en période de conflit serbo-albanais, apportant de plus en plus de violence, de corruption, de haine absurde entre ennemis jurés, hier encore amis. La pièce illustre la souffrance morale des Yougoslaves écartelés entre nostalgie, compassion, haine(s), nationalisme(s), mensonges et manipulations. Si les personnages principaux sont rroms, symbolisant le peuple simple sans orientation nationaliste, les autres protagonistes apparaissent avec toutes leurs ambiguïtés.

Mais les auteurs traitent d’une destruction intérieure, qui n’épargne personne, et ne font pas le procès de l’une ou l’autre des forces en présence. « Quand les taureaux se battent, c’est l’herbe qui souffre le plus. »

Le texte a été créé en Allemagne en 2000 par Rahim Burhan et le théâtre Phralipe, principal théâtre rrom en Europe, et édité en 2004 à l’Espace d’un instant, sous le titre Kosovo mon amour.

Jovan Nikolić, né en 1955, et Ruždija Russo Sejdović, né en 1966, sont tous deux issus de la communauté rrom de Yougoslavie. Auteurs reconnus à travers l’Europe, ils ont participé à de nombreux projets, dont un film de Kusturica, et reçu de nombreux prix, notamment en Serbie, au Monténégro, en Italie et en Allemagne, où ils sont exilés depuis quelques années.



Citer ce billet
AFEBALK (2022, 20 mars). Jovan Nikolić & Ruždija Russo Sejdović, Carrousel pour les Tsiganes, Traduit du rromani et préfacé par Marcel Courthiades, L’espace d’un instant, 2022, (120 pp., 13€). AFEBalk. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ao9z