L’Europe du Sud-Est au prisme spatial. Chantiers de recherche

105 bd Raspail
Salle 10
105 bd Raspail 75006 Paris
annuel / mensuel (1re), jeudi 15:00-19:00
du 5 novembre 2020 au 6 mai 2021

En ligne (Lien en à la salle virtuelle: https://webinaire.ehess.fr/b/cla-a4t-dph).

Dans le prolongement de l’année précédente, le séminaire aura pour but de présenter et de discuter des recherches en cours sur le Sud-Est européen (Turquie comprise) entre le XIXe et le XXIe siècle, c’est-à-dire de l’époque tardo-impériale au post-communisme. Dans une approche pluridisciplinaire, il s’agira d’aborder des objets variés (mouvements sociaux, fait religieux, développements économiques, relations de genre, etc.) en insistant sur leurs dimensions spatiales. On se concentrera donc sur l’imbrication des lieux et des rapports sociaux qui leur sont associés, c’est-à-dire sur les modalités à travers lesquelles les interactions sociales sont spatialisées. Le programme sera défini en fonction des intérêts scientifiques des participant·e·s qui prendront une part active dans l’organisation et l’animation des séances. Celles-ci pourront avoir différents formats : atelier de lecture, présentation des travaux en cours, intervention de collègues extérieurs, etc.

3 décembre: Écrire l’itinérance 

Littérature de l’exil, littérature de voyage, les textes étudiés au cours de la séance racontent la fréquentation « d’espaces autres » (Michel Foucault, Architecture, Mouvement, Continuité, n°5, octobre 1984, pp. 46-49). Investissant des lieux supposément nouveaux et étrangers au regard de leurs origines nationales/régionales, les auteur·ices rencontré·e·s utilisent le medium de l’écriture pour reconfigurer les représentations des espaces présents et ou passés voire pour créer un « tiers-espace », – pour reprendre le concept de Homi Bhabha – concret ou métaphorique, qui bouleverse les hiérarchies politiques, les catégories traditionnelles ainsi que les pratiques spatiales du genre, de la langue ou encore de la religion. Traducteur·ices pour l’institution dominante qui publie leurs œuvres tout autant que pour leur auditoire, ces transfuges parviennent à conjuguer les grilles d’analyse pour faire le récit de vies sociales denses et minées de contradictions, où les appartenances territoriales et les identités nationales et sociales sont sans cesse interrogées et recréées.

Lola Sinoimeri (LEGS, Paris 8) : Pigeon, vole de Melinda Nadj Abonji : repenser l’espace et les identités européennes grâce au récit d’exil

A travers le roman d’inspiration autobiographique Pigeon vole (Tauben fliegen auf) de l’écrivaine contemporaine Melinda Nadj Abonji, autrice germanophone suisse d’origine hongroise (de Voïvodine), nous réfléchirons à la manière dont la mise en récit de l’expérience migratoire permet de faire se confronter voire de faire s’entremêler deux espaces européens (la Voïvodine et la Suisse) pour créer littérairement ce que l’on peut appeler un « tiers-espace » dans la lignée des théories postcoloniales de Homi Bhabha. Or, la confrontation et l’entremêlement des espaces va de pair avec la représentation de multiples voix et discours sur ces espaces qui dévoile alors les mécanismes de productions des discours dominants, que ce soit les discours d’ordre balkaniste en Suisse ou les discours nationalistes en ex-Yougoslavie.

Raconter le hadj en Asie centrale soviétique : Fazliddin Muhammadiev (1965) et Kamil Ikramov (1989)

Au début du XXe siècle, les musulmans d’Asie centrale furent de plus en plus nombreux à pouvoir se rendre à La Mecque. La visite à la Maison d’Allah s’inscrivait alors dans un itinéraire plus large qui faisait du pèlerinage (hadj) une entreprise spirituelle, diplomatique et commerciale. Il a fallu attendre 1944 pour que moyennant sanction étatique, une dizaine de pèlerins soviétiques puissent se rendre à nouveau à La Mecque, après près de vingt ans d’interdiction. Tandis que les protagonistes de ce phénomène très restreint et contrôlé ont souvent été considérés comme des diplomates religieux aux ordres de Moscou, quelques manifestations littéraires de la Kaaba dans l’espace soviétique éclairent autrement l’attachement à cette destination. Évoluant de manière différente au sein des institutions de la littérature soviétique, le tadjik Fazliddin Muhammadiev et l’ouzbek Kamil Ikramov appartiennent tous deux à une génération née à la fin des années 1920. 

Dans Dar dunë pour le premier (1965), et Delo moego otca pour le second (1989), le hadj a fonction de lieu commun. Il autorise une critique de la société en renouant avec le genre classique du hajjnāma (récit de pèlerinage), et construit discrètement la mémoire de ceux qui ont disparu dans les années 1930, morts ou exilés. Écrite en russe pour la seconde, et traduite presque aussitôt en russe pour la première, les deux œuvres ont fait l’objet de lectures parfois divergentes, selon les contextes politiques et sociaux des années 1960 à 1990. Ce lieu commun est effet celui d’une littérature soviétique où à partir des années 1960, s’expriment des visions multiples de la citoyenneté, entre droit à la mémoire de trajectoires familiales brisées, exaltation des folklores nationaux, et acceptation d’une altérité religieuse formulée selon les termes de la critique.

Nathalie Clayer (EHESS-CNRS, CETOBaC) :  De la nature à l’exil, les voies de l’émancipation féminine dans l’autobiographie de Nexhmie Zaimi (1937)

En partant d’un prisme genre-corps-espace-agentivité qui renvoie à des outils proposés pour l’analyse des textes autobiographiques par Sidonie Smith et Julia Watson (Reading Autobiography. A Guide for Interpreting Life Narratives, 2010), et en m’appuyant plus particulièrement sur Guy Di Méo qui considère que le corps est un « espace générateur de l’espace social », qu’il est un organisme vivant, objet et sujet d’une écologie humaine, qu’il est aussi un médium des interactions dans l’espace social et qu’il est un lieu d’expression de la distinction sociale et d’incorporation du social, j’analyserai l’autobiographie d’une jeune femme albanaise exilée aux USA. Le régime de genre qu’elle associe à son pays d’origine est ainsi celui d’un contrôle du corps (voile, vêtements, regards, gestes, rire) et d’une ségrégation maintenant la femme dans un rôle et un espace domestiques, les limites étant données par l’enfance, le rêve et les moments de bouleversement de l’espace domestique. La nature apparaît alors comme l’espace non-touché par ce régime de genre. Le texte autobiographie a par ailleurs pour objet les transformations de ce régime, transformations que les acteurs associent eux-mêmes à la « modernisation », et qui, pour une jeune fille comme elle, relèvent de trois domaines principaux : l’éducation, la liberté de déplacement et la liberté corporelle. Le récit dévoile néanmoins les tensions qui en résultent et les transgressions que l’autrice est amenée, selon elle, à commettre elle-même. Ces transgressions sont symbolisées par deux types de mouvement dans l’espace : vertical (grimper dans un murier) et horizontal (s’exiler).

Afin de mieux contribuer à la discussion, les participant.e.s sont invité.e.s, s’ils/elles le souhaitent, à lire les textes suivants disponibles ici :

  • Guy Di Méo, « subjectivité, socialité, spatialité : le corps, cet impensé de la géographie », Annales de géographie,675, 5, 2010, p. 466-491.
  • Paolo Sartori, « Of Saints, Shrines, and tractors : Untangling the Meaning of Islam in Soviet Central Asia », Journal of Islamic Studies, 2019, p. 1-40.
  • Philipp Schröder & Manja Stephan-Emmrich, « The Institutionalization of Mobility: Well-being and Social Hierarchies in Central Asian Translocal Livelihoods », Mobilities, 2014, p. 1-2.
Si vous pensez participer, n’oubliez pas de vous inscrire avant au lien suivant : https://listsem.ehess.fr/requests/new.


Citer ce billet
AFEBALK (2020, 23 novembre). L’Europe du Sud-Est au prisme spatial. Chantiers de recherche. AFEBalk. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ao7y