Genre, corps et sexualité dans l’Europe du Sud-Est et au Moyen Orient. Chantiers de recherche

105 bd Raspail
Salle 6
105 bd Raspail 75006 Paris
annuel / mensuel (2e), lundi 15:00-19:00
du 14 décembre 2020 au 14 juin 2021

Le cycle de séminaires aura pour but de présenter et de discuter des recherches en cours qui portent sur l’Europe du Sud-Est ou le Moyen Orient, et mobilisant le genre, le corps et la sexualité. Au cours des dernières décennies, les travaux de chercheuses et chercheurs dans des disciplines fort différentes (sociologie, science politique, histoire, anthropologie, géographie etc.) ont accordé à ces trois catégories une place de plus en plus importante dans les études sur ces aires culturelles, contribuant à mettre en lumière des relations de pouvoir et des hiérarchies autrement vouées à rester invisibles. Ces recherches ont non seulement contribué à enrichir la réflexion sur le genre, le corps et la sexualité au sein des sciences sociales, mais aussi abouti à réinterroger la notion même d’aire culturelle.

Ce séminaire veut en premier lieu fédérer les activités du Champ études de genre du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC), tout en étant ouvert à toutes et tous. Son programme sera défini en fonction des intérêts scientifiques des participant·e·s, qui seront appelé·e·s à prendre une part active dans l’organisation et l’animation des séances. Plusieurs formats pourront être explorés : atelier de lecture, présentation des travaux en cours, intervention de collègues extérieurs, etc.

4 décembre : Geste artistique, genre et politique. Le cas iranien

Cette première séance s’ouvrira avec une table ronde réunissant les participant·e·s pour discuter du programme de cette année, ainsi que des activités du Champ études de genre du CETOBaC plus en général. Nous aurons ensuite le plaisir d’écouter la communication suivante :

Aylin Altunbulak (EHESS, CETOBaC): Renverser le regard. Pratiques documentaires en espace public urbain téhéranais

Une nouvelle vague du cinéma documentaire en Iran provoque aujourd’hui des tensions entre la répression politique et l’intervention artistique, entre le récit officiel et la mémoire individuelle, entre les représentations des corps et la purification culturelle imposée par l’État. Elle remet en cause la surveillance de l’espace public et les restrictions sur l’expression cinématographique. Il s’agit d’une vague de cinéma documentaire urbain, portée principalement par des jeunes femmes, notamment Mahnaz Afzali, Shirin Barghnavard, Sahar Salahshoor, Firouzeh Khosrovani et bien d’autres. Celles-ci pratiquent un cinéma non conventionnel dans les rues, les parcs, et même les toilettes publiques. Cette communication propose d’observer les gestes politiques déguisés en pratiques artistiques et la projection des corps coincés entre le public et l’invisible. La communication sera accompagnée par la projection et l’analyse d’extraits des films documentaires concernés.

Afin de mieux contribuer à la discussion, les participant·e·s sont invité·e·s, s’ils/elles le souhaitent, à lire les textes suivants disponibles ici:

  • Laura Mulvey, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », Screen, 16/3, Autumn 1975, p. 6-18.
  • Iris Brey, Le regard féminin, Éditions de l’Olivier, Paris, 2020, « Introduction », p. 9-20 et « Du male gaze au female gaze », p. 21-50.
  • Agnès Devictor, « Corps codés, corps filmés : le contrôle du corps des femmes dans le cinéma de la République islamique d’Iran », Culture & Musées, n°7, 2006, p. 117-134.

Pour plus d’information : https://enseignements.ehess.fr/2020-2021/ue/499



Citer ce billet
AFEBALK (2020, 23 novembre). Genre, corps et sexualité dans l’Europe du Sud-Est et au Moyen Orient. Chantiers de recherche. AFEBalk. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ao7x