GAZMEND KAPLLANI, LE PAYS DES PAS PERDUS, PARIS, ÉDITIONS INTERVALLES, 2019 (192 p. 17€)

KTraduit du grec par Françoise Bienfait

LE LIVRE
Karl et Frederick, deux frères que tout oppose nés dans une mêmeville d’Albanie, se retrouvent à la mort de leur père après plus de deux
décennies de séparation. Brutalement confrontés à leurs différences,
le nationaliste enraciné et l’écrivain cosmopolite vont devoir faire
face au passé de leur famille et de cet étrange territoire, cristallisant à
travers leur confrontation l’histoire chaotique des Balkans et de
l’Europe des XXe et XXIe siècles.
Gazmend Kapllani a composé avec Le Pays des pas perdus un
roman à couper le souffle qui illustre brillamment les dilemmes
individuels et collectifs traversant l’Europe d’aujourd’hui.

L’AUTEUR
Gazmend Kapllani est né en 1967 en Albanie et a vécu en Grèce de
1991 à 2012. Romancier, dramaturge, poète et éditorialiste reconnu, il
est traduit dans de nombreuses langues. Ses ouvrages Petit journal de
bord des frontières (Intervalles, 2012), Je m’appelle Europe (Intervalles,
2013), et La Dernière Page (Intervalles, 2015) font résonner les thèmes
des frontières et de la migration, des totalitarismes et de l’histoire
complexe des Balkans. Ardent défenseur des droits de l’homme, de la
justice et des minorités, il s’installe aux États-Unis en 2012 et réside
actuellement à Boston, où il enseigne l’écriture créative et l’histoire
européenne.