Archives de catégorie : 2019

Ségolène DÉBARRE & Gaye PETEK, Histoire des Turcs en France, Éditions du Détour, 2019 (224p., 18,5€)

La première histoire des Turcs en France. Une histoire méconnue, perçue à tort comme récente, et d’une grande diversité.

Si l’actualité politique récente de la Turquie a donné une certaine visibilité aux « Turcs de France », leur histoire migratoire longue de plus d’un demi-siècle reste, en général, assez méconnue. Enfants, petits-enfants des « travailleurs invités » des Trente Glorieuses, réfugiés politiques ou familles bénéficiaires du regroupement familial, ils sont aujourd’hui près de 600 000 en France.

Moins nombreux et moins visibles qu’en Allemagne, certains sont encore étrangers résidents quand d’autres sont binationaux. Les trajectoires de ces hommes et de ces femmes venus de Turquie et issus de religions, de sensibilités politiques et parfois de langues différentes, sont diverses.
Ségolène Débarre et Gaye Petek fournissent ici un panorama à destination de tout lecteur curieux de mieux connaître les Turcs ou de s’approprier une histoire, peut-être celle de ses origines.

Ségolène Débarre est géographe spécialiste de la Turquie contemporaine, enseignante-chercheure à l’Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et membre du laboratoire Géographie-Cités (UMR 8504).

Gaye Petek a travaillé dans le cadre du Service social d’aide aux émigrants (SSAÉ), auprès des immigrés turcs dès leur arrivée en nombre en France puis au Haut-commissariat aux Réfugiés (HCR), avant de fonder l’association Elele-Migrations et cultures de Turquie, structure tremplin d’insertion, qu’elle a dirigé jusqu’à sa fermeture en 2010.

Dorina Rosca, Le grand tournant de la société Moldave – “Intellectuels” et capital social dans la transformation post-socialiste, Presses de l’inalco, 2019 (359p., 30€)

Ce livre analyse le changement systémique post-socialiste en République de Moldavie. Il mobilise la problématique du capital social au sens de Pierre Bourdieu afin d’analyser la diversité de stratégies et de trajectoires des « intellectuels » – définis au sein de la société moldave de type soviétique par la possession d’un diplôme d’études supérieures ou supérieures incomplètes et par l’accomplissement d’un travail non manuel – dans le post-socialisme. Appuyant les résultats de deux enquêtes de terrain, par questionnaire et par entretien semi-directif, ce travail met en avant l’idée que cette diversité peut dégager les traits caractéristiques du type de capitalisme post-socialiste moldave. Il rompt ainsi avec une vision téléologique et universaliste d’un système pour le penser selon ses propres particularités institutionnelles, historiques, politiques, culturelles, etc. S’inscrivant dans une démarche socio-historique et conjuguant différents champs des sciences sociales, cette recherche apporte une lecture comparative entre la trajectoire de ces « intellectuels », de 1980 à 2000, période couvrant trois régimes spécifiques d’accumulation : un propre à la fin du système socialiste de type traditionnel, un autre propre au système socialiste réformateur et un troisième relevant du système post-socialiste moldave. Elle montre que les tensions engendrées par les différents régimes d’allocation et de distribution des ressources peuvent être régulées par le volume du capital social accumulé par les individus. La problématique du capital social apparaît ainsi centrale, permettant de voir comment s’articulent la dynamique institutionnelle et l’action sociale.