Archives de catégorie : 2017

XAVIER BOUGAREL, SURVIVING EMPIRES. Islam and Nationhood in Bosnia-Herzegovina, BLOOMSBURY, 2017 (262 P., 102$)

Based on substantial fieldwork and thorough knowledge of written sources, Xavier Bougarel offers an innovative analysis of the post-Ottoman and post-Communist history of Bosnian Muslims. Islam and Nationhood in Bosnia-Herzegovina explores little-known aspects of the war in Bosnia and Herzegovina, unravels the paradoxes of Bosniak national identity, and retraces the transformations of Bosnian Islam from the end of the Ottoman period to today. It offers fresh perspectives on the wars and post-war periods of the Yugoslav space, the forming of national identities and the strength of imperial legacies in Eastern Europe, and Islam’s presence in Europe.

Continuer la lecture de XAVIER BOUGAREL, SURVIVING EMPIRES. Islam and Nationhood in Bosnia-Herzegovina, BLOOMSBURY, 2017 (262 P., 102$)

Pierre Sintès, En présence du passé. Géopolitique de la mémoire aux frontières de la Grèce, Presses Universitaire du Provence (228p., 20 €)

La Grèce est depuis plusieurs années au cœur de l’actualité en raison de la crise qui touche ses finances publiques, ainsi que de sa position sur les routes migratoires méditerranéennes. Ces nouveaux phénomènes s’inscrivent pourtant dans la continuité des périodes précédentes, où tensions géopolitiques comme immigration soudaine ont contribué à donner de ce pays une image d’altérité manifeste en Europe, et à développer au sein de sa société un sentiment de marginalité voire d’exclusion. Par la présentation d’enquêtes menées ces dix dernières années en Grèce, cet ouvrage rend compte de ces transformations à partir du renforcement, généralement vu comme une réaction à la mondialisation, du recours au passé et à la mémoire dans le fonctionnement de ses territoires. Différents exemples, pris dans les régions frontalières du pays, permettent ainsi d’illustrer comment la mondialisation y est allée de pair avec le renforcement apparemment paradoxal d’une multitude de liens et de réseaux qui se fondent sur un passé particulier. Sans ramener inexorablement vers les questions de permanences sociales ou de tradition, qui ont contribué à réduire la Grèce, les Balkans comme la Méditerranée à des lieux d’ethnicisation, de conservatisme ou de pratiques anticiviques, cet ouvrage rappelle que le Sud-Est européen demeure un laboratoire pertinent pour mener une analyse des relations passé/présent dans l’Europe contemporaine.

CATHERINE SAMARY, D’un communisme décolonial à la démocratie des communs, Editions du croquant, 2017 (164p. 12 €)

À la veille de 2018, cet ouvrage s’inscrit dans les anniversaires de trois basculements historiques revisités à la lumière de leur bilan et des crises du monde actuel

: la révolution russe d’octobre 1917 ; l’excommunication des communistes yougoslaves par Staline en 1948 poussant la direction « titiste » à se différencier du modèle soviétique en introduisant l’autogestion ; enfin les années 1968, contestataires de l’ordre mondial : dans l’ombre du Printemps de Prague pour un socialisme « à visage humain » il y eut aussi, méconnu, un Juin 1968 des jeunes de Belgrade revendiquant « l’autogestion de bas en haut » contre la « bourgeoisie rouge » et les inégalités du marché socialiste tout en se mobilisant contre l’intervention étasunienne au Vietnam.

Continuer la lecture de CATHERINE SAMARY, D’un communisme décolonial à la démocratie des communs, Editions du croquant, 2017 (164p. 12 €)

STEFAN ÇAPALIKU, TRILOGIA ALBANICA, ÉDITIONS L’ESPACE D’UN INSTANT, 2017 (140 P., 19€)

Texte traduit par Anna Couthures-Idrizi. Préface par Ardian Marashi.

La Trilogia Albanica est une traversée de l’Albanie contemporaine, celle qui a suivi un demi-siècle de dictature communiste avant d’entrer avec fracas dans un capitalisme des plus sauvages. L’ensemble est un chaos, un théâtre de paradoxes, une danse entre modernité et identité. I am from Albania, monologue pour une jeune fonctionnaire, croise la condition féminine et la géopolitique dans un cauchemar grotesque. Mais bien plus que de l’Albanie, c’est le sort de n’importe quel pays émergent qui est ici mis en jeu. Allegretto Albania, comédie noire, confronte deux réalités antagonistes : d’une part celle de la télévision, qui ne cesse de claironner les formidables progrès du pays, et d’autre part celle d’une famille, qui vit recluse sous la menace d’une vengeance coutumière plus ou moins imaginaire. Made in Albania, tragédie comique, joue de la même dualité : dans l’atelier au sous-sol, on partage la vie des esclaves de la délocalisation, tandis qu’au-dessus, dans la rue au soleil, le carnaval bat son plein. Dans ce triptyque détonant, on lit évidemment le destin d’un pays tout entier, où la pratique de l’isolationnisme radical pendant un demi-siècle a bouleversé la relation à l’autre et rendu possible l’engloutissement de 80 % de l’économie nationale dans une pyramide de Ponzi. Le bateau coule, mais l’orchestre continue à jouer.

MILENA MARKOVIĆ, LA FÔRET QUI SCINTILLE, ÉDITIONS L’ESPACE D’UN INSTANT, 2017 (64 P., 10€)

Texte traduit par Mireille Robin et Karine Samardžija.

Au bord d’une route, à la lisière de la forêt, un bar improbable. Une chanteuse, Maca, beauté sur le déclin à la voix rauque, un entraîneur déchu désormais videur, rongé par l’alcool et amoureux de Maca, un ancien toxicomane, un groupe de jeunes filles, parmi lesquelles une enfant, dans un camion arrêté le long de la route, parties pour voir quelque chose, gagner quelque chose, vivre quelque chose, et qui finiront probablement sur un trottoir, quelque part en Europe. Des personnages au bord du monde qui se croisent, s’affrontent et s’ignorent jusqu’au petit matin. Cette pièce courte au cadre restreint, ces personnages et les thèmes abordés, rencontre improbable entre un bus de prostituées en transit et les occupants d’un cabaret en déshérence, laissent entrevoir de solides possibilités de mise en scène. La création de La Forêt qui scintille, en 2009 à l’Atelier 212 de Belgrade, par l’étonnant Tomi Janežić, a été qualifiée de « meilleur spectacle jamais accueilli au BITEF ».

Hélène Bayard-Can, Voisinage et réseaux. Ethnologie du voisinage en Turquie urbaine, Karthala (266 p. 25 €)

Véritable institution en Turquie, le voisinage a paradoxalement a été peu traité en anthropologie. À partir d’une observation participante de longue durée, complétée par des entretiens et l’utilisation de concepts et outils de l’analyse de réseaux sociaux, l’auteure étudie les relations de voisinage d’un ensemble résidentiel d’Adana pour dégager ce qui en fait la spécificité. Deux questions guident la recherche. Que reste-t-il du mode de sociabilité traditionnel qu’est le voisinage dans le contexte de la modernité turque ? Comment s’organisent les relations des différents habitants entre eux ?

Continuer la lecture de Hélène Bayard-Can, Voisinage et réseaux. Ethnologie du voisinage en Turquie urbaine, Karthala (266 p. 25 €)