Tous les articles par AFEBALK

Erol Özkoray, Déconstruction, Éditions Thaddée, 2019 (164 p., 20€)

Comment comprendre la Turquie contemporaine au-delà des clichés flatteurs – fidèle alliée de l’OTAN, incarnation modèle d’un islam tolérant – que diffuse à outrance l’une des plus grandes destinations touristiques internationales ? Un immense défi, car comme l’explique le héros de ce roman en partie autobiographique, la Turquie moderne et laïque, fondée par Mustafa Kemal en 1923 sur les ruines de l’Empire ottoman, est bâtie sur toute une infrastructure de mensonges abyssaux : des origines raciales délirantes mystifiant une race turque autochtone pure, à la négation d’une série de génocides, en particulier celui des Arméniens. Sans oublier leurs immenses biens spoliés, un butin qui a permis de financer en partie la guerre d’indépendance et de constituer de grandes fortunes qui ont perduré.

Dans cette découverte de la Turquie par sa « déconstruction «, le lecteur aura pour guide Cem Aren, un jeune journaliste turc formé à l’école française. Il n’aura de cesse de démasquer ces mensonges d’Etat et de lutter pour faire triompher la vérité et la justice. Dans ses tribulations romanesques entre deux villes cardinales, Istanbul et Paris, il nous replonge dans les bouillonnantes années 1970 et 1980, et nous livre toute une série de révélations : la genèse du coup d’Etat de 1980, le nettoyage de toutes les mentions du génocide des Arméniens dans les archives ottomanes, l’affaire iranienne, les «passeports Mitterrand»…

Erol Özkoray, journaliste politique auprès des grands médias turcs et français, auteur de nombreux essais, lutte depuis 30 ans pour la défense des libertés en Turquie. Il est aussi l’un des tous premiers intellectuels turcs à avoir milité pour la reconnaissance du génocide des Arméniens. Élève du lycée francophone Galatasaray, il étudie ensuite à Sciences Po Paris. Harcelé par les tribunaux en Turquie, il réside à Paris et Stockholm.

Avec Déconstruction, il se lance dans un nouveau genre, le roman.

Gabriel LEANCA, À L’ÈRE DES EMPIRES ET DES NATIONS : LA FRANCE ET LES PRINCIPAUTES DE MOLDAVIE ET DE VALACHIE (1711-1859), The isis press, 2019, (260 p., 30€)

Préface 

Avant-propos

I. Cadre conceptuel et état de la recherche I. 1. Empires, nations, corps intermédiaires et zones d’influence I. 2. L’interdépendance entre centre et périphérie dans les relations internationales à l’époque moderne : une spécificité française par rapport à l’Orient I. 3. Un regard sur l’historiographie de la matière et sur les sources disponibles (pour le xviiie siècle, jusqu’à la Révolution française) 

II. L’expansion russo-autrichienne vers les principautés de Moldavie et de Valachie dans la première moitié du xviiie siècle : l’émergence de la géopolitique de la périphérie danubienne II. 1. La campagne de Pierre le Grand en Moldavie et en Valachie et ses conséquences II. 2. Dans le sillage des Impériaux : la Russie et ses victoires annulées II. 3. Annexion ou organisation des diversions contre les Ottomans : quelle place pour les principautés de Moldavie et de Valachie dans la stratégie des Impériaux ? II. 4. Le Drang nach Südosten et l’occupation de l’Olténie (1718-1739) 

III. La France et les périphéries orientales du système international dans la première moitié du xviiie siècle III. 1. La tactique de revers et l’accentuation des rivalités impériales sur la ligne du Danube. Le traité de Prut (1711) III. 2. La nouvelle intervention diplomatique française dans la région intermédiaire. La succession de Pologne et le traité de Belgrade (1739) III. 3. Le facteur prussien et les alliances de revers : un test en Europe orientale avant la guerre de Sept Ans Continuer la lecture de Gabriel LEANCA, À L’ÈRE DES EMPIRES ET DES NATIONS : LA FRANCE ET LES PRINCIPAUTES DE MOLDAVIE ET DE VALACHIE (1711-1859), The isis press, 2019, (260 p., 30€)

Julien Vercueil, Jean-Pierre Pagé (dir.), Tableau de bord des pays d’Europe centrale et orientale et d’Eurasie, Presses de l’Inalco, 2019 (25€)

Ce Tableau de bord des pays d’Europe centrale et orientale et d’Eurasie propose une mise en perspective des évolutions économiques, sociales et politiques d’une région du monde qui s’étend de Prague à Vladivostok en passant par Tallin, Skopje, Bucarest ou Bichkek. Vingt-neuf pays sont ainsi passés en revue par douze spécialistes issus du monde universitaire, de la consultance ou des administrations publiques. Depuis 2014, date de la précédente édition de l’ouvrage, des évolutions majeures se sont manifestées : économiques (chute puis redressement des prix des hydrocarbures) ; socio-politiques (rejet croissant de la corruption et montée de l’euroscepticisme et de l’illibéralisme) ; géopolitique enfin, avec la cassure que constitue le conflit ukrainien. Structuré en deux parties, intitulées « Europe centrale et orientale » et « Eurasie », cet ouvrage entend éclairer ces changements et donner à comprendre les singularités et les similarités des trajectoires socio-économiques des pays de cette région du monde.

Arnoux-Farnoux, Lucile, Kosmadaki, Polina et Jollivet, Servanne (Dir.), Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939), Ecole Française d’Athènes, 2018 (486P.,45€)

« Paris m’a ouvert les yeux » écrit le sculpteur grec Apartis, élève de Bourdelle, arrivé dans la capitale française en 1919. « C’est l’Acropole qui a fait de moi un révolté », déclare pour sa part Le Corbusier en 1933. Nous saisissons là l’essence même du « double voyage » : durant l’entre-deux-guerres, intellectuels et artistes traversent la Méditerranée orientale dans les deux sens, d’Athènes à Paris et de Paris à Athènes, chacun puisant dans ce va-et-vient fécond ce qui lui manque : les Grecs viennent se former à Paris et se frotter aux grands courants artistiques du moment, les Français partent en Grèce à la recherche d’une Antiquité renouvelée et découvrent un pays qu’ils ne soupçonnaient pas.
Le poète Séféris, le romancier Théotokas, l’architecte Pikionis, le compositeur et chef d’orchestre Mitropoulos, tous sont passés par Paris, où deux Grecs, Christian Zervos et Tériade, jouaient un rôle déterminant au sein des avant-gardes artistiques. Dans l’autre sens, des personnalités aussi diverses que les architectes Ernest Hébrard et Le Corbusier, le photographe Eli Lotar, le sculpteur Ossip Zadkine, ou encore l’écrivain Raymond Queneau, ont trouvé en Grèce les éléments d’une autre modernité, tandis que Roland Barthes, venu en 1937 jouer Les Perses d’Eschyle avec les étudiants de la Sorbonne, éprouve à Athènes un trouble dont, comme Freud, il se souviendra quarante plus tard.
Le double voyage est issu d’un programme franco-grec de recherche pluridisciplinaire qui exploite de nombreuses sources documentaires inédites ; il offre un aperçu de la richesse et de la variété des échanges littéraires et artistiques entre les deux pays durant l’entre-deux-guerres et vient combler une lacune dans un domaine de l’histoire culturelle encore très peu exploré. S’adressant aussi bien au chercheur spécialisé, qui y trouvera une bibliographie très complète et des données nouvelles, qu’au lecteur de bonne volonté, qui y découvrira un sujet passionnant, il a pour ambition de devenir un ouvrage de référence pour un public très large, en France comme en Grèce.

Francine Saint-Ramond, Les Désorientés – Expériences des soldats français aux Dardanelles et en Macédoine, 1915-1918, Presses de l’Inalco, 2019 (30€)

Plus de 80 000 soldats français ont été envoyés aux Dardanelles en 1915 par un gouvernement réticent, dans une expédition improvisée et condamnée à l’échec. Quand cet échec devint évident, les survivants ont été convoyés vers Salonique pour une autre expédition encore plus importante en Macédoine, au total près de 400 000 soldats français sont passés par cette armée d’Orient. Les soldats partaient avec appréhension vers l’inconnu, mais les mots de Constantinople, Orient et Grèce, leur rappelaient des visions littéraires agréables. Leurs mémoires montrent que les réalités furent tout sauf agréables : conditions naturelles, climat, approvisionnement, équipement, munitions, maladies ; mais leur correspondance, censurée et autocensurée, ne dit rien de cela en France et la presse se tait. Tout au contraire, elle répand l’image des plaisirs de Salonique. Chez les soldats, l’amertume est grande : ils comprennent que gagner Constantinople est impossible, ils constatent que la Macédoine ne ressemble pas à la Grèce de leurs rêves… Ce livre, nourri des mémoires et souvenirs émouvants des soldats, témoigne à la fois de leurs conditions de vie et de combat, de la crise morale qu’ils ont vécue et de la vie en Macédoine telle qu’ils l’ont découverte avec sa toute sa diversité.

Jean-François PÉROUSE, Istanbul planète La ville-monde du XXIe siècle, La Découverte, 2017 (250p., 18€)

Istanbul est un continent urbain inconnu, trop souvent réduit à quelques prétendus hauts lieux – de plus en plus perdus dans l’immensité métropolitaine environnante – extraits d’un imaginaire réducteur, aux figures par trop rebattues. Il y a pourtant urgence à sortir des lieux communs pour prendre la mesure de l’organisme urbain monstrueux devenu ces deux dernières décennies la principale métropole du bassin méditerranéen, au pouvoir attractif croissant.
Mégapole choyée par un pouvoir qui l’a promue en vitrine de sa puissance et de son identité refabriquée, mégapole qui fascine un « arrière-pays » de plus en plus vaste et diversifié, Istanbul a radicalement changé de dimensions et de fonctions. Outre l’étalement vertigineux qui la caractérise, aux conséquences catastrophiques pour son environnement, elle est le théâtre de profondes transformations physiques, économiques et culturelles.
Laboratoire de la « Nouvelle Turquie », Istanbul est à la fois le lieu de la reconstruction de la référence ottomane – source de fierté –, le lieu où les paillettes du tourisme mondial côtoient la tension autoritaire installée par le régime, et le terrain d’expérimentation de nouvelles façons de vivre, entre économie de la consommation et tentations de repli autour d’identités collectives réinventées.

Constantin Mihailovic, Mémoires d’un janissaire, Anacharsis, 2019 (160p., 9 €)

Traduit du vieux-polonais par Charles Zaremba.
Présenté et annoté par Michel Balivet.

À la fin du XVe siècle, le Serbe Constantin Mihailovic adresse aux rois de Pologne et de Hongrie ses Mémoires d’un janissaire, où il récapitule les instants les plus dramatiques du siècle de fer et de feu qui vient de s’écouler.

Il avait servi, de 1455 à 1463, dans le régiment turc des janissaires, lorsque l’Empire ottoman achevait la conquête du monde balkanique.
En forme de chronique des règnes des sultans ottomans, son récit rapporte la disparition des principautés chrétiennes, et expose, de la bataille de Kosovo à la prise de Constantinople en passant par la figure de Vlad Dracul « l’Empaleur », toute la matière qui donna lieu, quelques siècles plus tard, aux romans nationaux des Balkans contemporains.

Jehan de Wavrin, La Croisade sur le Danube, Anacharsis, 2019 (176p., 18 €)

Traduit du moyen français et présenté par Joana Barreto.

En novembre 1444, à Varna sur les rives de la mer Noire, une armée de croisés conduite par le jeune roi de Pologne Ladislas Jagellon, dit « Lancelot », fut anéantie par les Ottomans. Le roi y trouva la mort.

Mais il restait sur mer une flotte de Bourguignons qui décidèrent, malgré la défaite, de risquer quelque entreprise. On appareilla pour la mer Noire et le Danube ; l’on fit un peu de piraterie, et l’on s’empara de places fortes le long du fleuve, au plus grand bénéfice du fameux Vlad Dracul, voïvode de Valachie. Puis l’on s’en retourna, loin du désastre.
Jehan de Wavrin, oncle du commandant des navires bourguignons, relate ici la vivante chronique de cette expédition calamiteuse dans l’Orient balkanique, qui devait être connue comme la « dernière croisade ».